Le Président Tebboune tient une réunion au siège du MDN    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Le statu quo !    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Le procès de Chakib Khelil et de l'ancien P-DG de Sonatrach reporté    Plus de 1 700 employeurs exonérés à Aïn Témouchent    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Les troupes nigérianes tuent cinq terroristes lors d'une fusillade    Le N 2 d'un groupe terroriste éliminé    CAN-2021 (Gr.E) Algérie : les "Verts" à l'heure des calculs    JM-2022: les championnats d'Afrique de judo fixés du 26 au 29 mai à Oran    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    Un syndicat plaide pour la gratuité des tests de dépistage de la Covid-19    Un vif intérêt d'opérateurs américains pour une coopération avec leurs homologues algériens    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Mouvement partiel dans le corps des douanes    Le baril de Brent «touche» les 86 dollars    A l'écoute de la CAN    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    Quatrième report du procès de Chakib Khelil    Entre le fait politique et le fait polémique, l'intérêt du citoyen en péril !    «L'Omicron n'épargne aucune tranche d'âge»    Des agressions et des vols à répétition sur des équipements d'électricité et de gaz    Covid-19: vaccination "fondamentale" et mesures barrières pour faire face à la pandémie    Privilèges, affectations et contrariétés !    Comment un espion de la CIA est tombé à Alger    La «Longue liste» des auteurs retenus pour le prix littéraire Mohammed-Dib dévoilée    Des experts japonais en visite au CNRDPA et nombre de ports de pêche à Skikda    Nouvelles infrastructures éducatives    Equipe nationale: Une faillite collective    Groupe C : Ghana-Comores, aujourd'hui 17h00 - Les Cœlacanthes veulent décrocher les étoiles    Pénurie d'huile: Les résultats de l'enquête parlementaire dans dix jours    Une histoire entre colons    Tébessa: Une dégradation en continu du cadre de vie    Belmadi refuse d'abdiquer    L'ADE au banc des accusés    Arrêts, grève et menaces planent...    Comme Barkhane, Takuba déjà à la peine    Tu recevras autant que tu as...    Les Canaris assurent et rassurent    Bouazza lance un cri de détresse    Héroïsme et sacrifice d'un condamné à mort    «Le rythme, c'est la vie»    La conquête de l'impossible    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Point barre : Un vent de diagonale des fous
Publié dans El Watan le 12 - 10 - 2019

Il n'existe rien dans la nature que les vents ne peuvent transporter d'un endroit à un autre de la terre. Le sirocco vient du désert et son souffle brûlant, poussé par un des accélérateurs de la Diagonale du fou, signe son passage en embaumant votre atmosphère d'un musc qui peut être oriental comme asiatique.
Si vous n'avez rien remarqué de tel, tant mieux. Cela veut dire, déjà, que la dernière folie du président turc Recep Tayyip Erdogan reste fixée, ou en suspension, dans sa géopolitique d'origine. Quelque part dans un cercle d'enfer entre la Turquie, la Syrie et le «Bled kurde» qui se défend comme il peut contre les tentatives d'extermination par ses multiples ennemis.
Ce n'est pas pour distiller la peur ou être de mauvais augure, mais quand une menace mutuelle est entretenue par deux va-t-en-guerre aussi imprévisibles et belliqueux que Donald Trump et Recep Tayyip Erdogan, il ne faudrait pas s'étonner de voir le ciel illuminé par la fulgurance des missiles tirés de loin.
En tout cas, par les déclarations intempestives dont ils ne sont guère avares, les deux hommes sont assez expérimentés dans l'art de menacer la paix… Et pas seulement dans leurs pays respectifs. Ils lui tendent des traquenards dans le monde entier, partout où elle a des chances de nidifier et de s'enraciner.
Le chef de la première puissance mondiale rêve debout à ses guerres contre les faibles et les pauvres, d'un côté, et Erdogan qui somnole dans les rencontres internationales, l'esprit plongé dans la résurrection du califat ottoman dont il rêve d'être l'héritier «califal», d'un autre côté.
Les deux puissants de la planète, chacun avec sa dimension, réduite ou en expansion, se montrent prêts en toute occasion à livrer des batailles qui ne méritent pas qu'on leur condescende le moindre sacrifice.
Les deux Présidents ont-ils bien tout prévu et calculé ? Rien n'est moins sûr. Depuis lundi dernier, qui a culminé dans les menaces proférées par l'un et l'autre, puis mercredi, jour de début des bombardements turcs dans le Kurdistan syrien, la décision irréfléchie d'Erdogan a été accueillie par des réactions de condamnation fermes aussi bien des dirigeants européens que ceux d'autres pays siégeant au Conseil de sécurité de l'ONU, saisi officiellement pour imposer l'arrêt des raids turcs. Plus grave, les combattants kurdes du FDS ont accusé la Turquie d'avoir bombardé une prison dans le nord de la Syrie, où se trouveraient des terroristes de Daech. Qui se retrouveraient, de ce fait, remis en liberté malgré eux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.