Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Les flammes de la passion    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington cherche à apaiser le ressentiment d'Ankara
La peur de la Turquie de voir émerger une région autonome kurde
Publié dans La Tribune le 31 - 08 - 2016

Le président Barack Obama aura l'occasion d'évoquer ces tensions dimanche, en Chine, en marge du G20, avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan
C'est dans la périphérie sud de cette ville que des combats ont lieu, depuis samedi 27 août, entre les forces spéciales turques, alliées aux rebelles syriens anti Bachar soutenus par l'administration américaine d'une part, et, d'autre part, les milices kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes épaulée par Washington.
Un soldat turc a été tué samedi. En représailles, l'aviation turque a alors bombardé les positions des Kurdes syriens dans la zone. Les Turcs n'ont jamais caché le fait que leur incursion en Syrie le 24 août, baptisée «Bouclier de l'Euphrate», avait un double objectif : faire refluer l'organisation Etat islamique (EI) mais aussi chasser à l'est de l'Euphrate les milices kurdes syriennes (YPG), soutenues par les Etats-Unis.
Lundi 29 août, l'envoyé spécial du président Barack Obama chargé de la coalition contre l'EI, Brett McGurk, en était réduit à multiplier les critiques sur son compte Twitter : «Nous considérons ces affrontements, dans des zones où l'EI n'est pas présente, comme inacceptables et comme une source d'inquiétude.»
Côté turc, le ressentiment est grand envers l'allié américain. Les Etats-Unis devraient «tenir parole» et contraindre les milices kurdes syriennes «à se retirer à l'est de l'Euphrate», a martelé le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus, lundi, à Istanbul. Faute de retrait, les milices kurdes «deviendront une cible», a averti Mevlut Cavusoglu, le chef de la diplomatie turque.
Les officiels turcs ne perdent pas une occasion de rappeler qu'avant la prise de Manbij, la ville syrienne conquise par les FDS sur l'EI le 12 août, les Américains leur avaient promis que les combattants kurdes se retireraient à l'est de l'Euphrate, juste après l'offensive. Or, les milices kurdes, qui jouent les premiers violons au sein des FDS, se sont empressées, une fois Manbij prise à l'EI, de se diriger vers Jarabulus au nord et non vers Rakka plus au sud.
Détenu par l'EI depuis le début de l'année 2014, le couloir de Jarabulus sépare les cantons kurdes de Kobané et de Jazira, au nord-est de la Syrie, de celui d'Afrine situé au nord-ouest. Pour le parti kurde syrien de l'Union démocratique (PYD, affilié aux rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan, PKK, en guerre contre Ankara depuis 1984), dont les YPG sont le bras armé, faire la jonction entre les cantons est une priorité afin de voir émerger une région autonome kurde le long de la frontière turque.
Pour les Turcs, la création d'une région kurde gérée par le PKK, lequel fait exploser chaque jour des convois militaires dans le sud-est de la Turquie, est inadmissible. Voilà pourquoi l'incursion turque dans le nord de la Syrie vise avant tout la création d'une «zone non kurde». Au fur et à mesure que les villages autour de Manbij sont débarrassés des FDS, les rebelles syriens anti Bachar en prennent le contrôle. Pourront-ils, à l'avenir, tenir leurs positions sans le soutien de l'armée d'Ankara ? La présence turque dans le nord de la Syrie risque de s'inscrire dans la durée.
«Désescalade» était, lundi matin, le vœu pieux du département d'Etat américain pendant qu'à la Maison Blanche, Ben Rhodes, du Conseil de sécurité nationale, en appelait à l'unité. Dans cette perspective, un haut responsable de l'administration a assuré que les FDS, qui englobent les miliciens kurdes considérés comme «des terroristes» par Ankara, s'étaient retirées à l'est de l'Euphrate. Il s'agit de la ligne rouge, tracée le 24 août par le vice-président américain Joe Biden en visite de rattrapage en Turquie après le coup d'Etat manqué du 15 juillet. Ankara avait alors jugé tièdes les condamnations américaines.
L'embarras de Washington est d'autant plus grand que l'administration a longtemps regretté un manque d'engagement turc et s'est reposée, au sol, sur les miliciens kurdes syriens pour lutter contre l'EI, faute d'alternative. Le président Barack Obama aura l'occasion d'évoquer ces tensions dimanche, en Chine, en marge du G20, avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan. La parole américaine s'affaiblit cependant au fur et à mesure que s'approche la fin de son second mandat. Et les arrière-pensées des acteurs en présence ont donc d'autant plus de chances de l'emporter sur l'agenda officiel de la lutte contre l'EI.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.