Présidentielle du 12 décembre: Les élections sont l'unique solution pour sortir de la crise    Poursuite de l'action pour garantir aux enfants tous leurs droits consacrés dans la convention des droits de l'enfant    Le projet de loi sur les hydrocarbures devant la Commission économique du Conseil de la Nation    Colonies israéliennes: rejet international de la position américaine    Agence CNAS d'Alger: Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour maladies professionnelles depuis janvier 2019    CAMPAGNE ELECTORALE : Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : L'Algérie a ratifié 60 accords internationaux du travail    DISTRIBUTION DES 300 LOGEMENTS SOCIAUX A AIN TURCK : Les exclus observent un sit-in devant la Daïra    MASCARA : Arrestation d'un individu pour incendie volontaire    AIN TEMOUCHENT : Un mort et un blessé suite au renversement d'un tracteur    Troisième jour de campagne: les candidats s'engagent à poursuivre la lutte contre la corruption    JSK : Benchérifa «Je demande aux supporters de rester derrière leur équipe»    USMA : Le TAS reporte le verdict et exige le PV du BF    MCA : Les joueurs se sont réunis dans les vestiaires avec Sakhri    Inauguration mercredi d'une nouvelle desserte reliant Alger à Tébessa    L'ethnie sidama vote demain sur son autonomie    Le principal port d'Irak bloqué par les manifestants    Moscou confirme un sommet le 9 décembre à Paris    Des dizaines d'arrestations à travers le pays    Le montant des créances de la Cnas explose    Djellab relève l'importance de donner une valeur ajoutée à la datte algérienne    Les Canaris préparent Saoura et Vita Club    "J'exige un contrat de travail !"    Le lieu et la date du match connus jeudi    L'Algérie, un marché à potentiel    Trois manifestants blessés    Un fourgon fonce dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 50 migrants à bord    Le gouvernement évoque une situation «plus calme»    Un enfant de deux ans se noie dans un bassin d'irrigation à Belacel    ACTUCULT    Des conférenciers algériens attendus à Tunis    Une stèle en hommage aux victimes du 17 Octobre 1961 à Bouzeguène    "Ecrire pour se raconter. Variations sur une œuvre"    Transition    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    XIVe Championnat d'Afrique de tir sportif : Quinze pays participent pour des places aux JO    Eliminatoires/CAN-2021 (2e j): l'Algérie assure, les Comores musèlent l'Egypte    Le mal-être de la société vue en jaune    Suivi mitigé de la grève des enseignants du primaire    Recherches dans le domaine de la cancérologie: Mise en lumière des travaux de trois lauréats    Procès boycotté par les avocats: Deux ans de prison ferme requis contre 20 détenus du hirak    MILA : La CNR organise des journées portes ouvertes    Selon l'économiste, Anisse Terai "Les banques publiques algériennes sont réduites au statut de caisses"    Libye : Washington appelle Haftar à cesser son offensive sur Tripoli    M'hamad Khedad : Le discours du roi est une expression d'inquiétude face à la situation au Maroc    Trois condamnations et quatre acquittements    Tebboune professe ses convictions    CONSTANTINE - 16e édition de Dimajazz : Inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une urbanisation désordonnée
Chlef est à reconstruire selon le plan d'aménagement de l'après-séisme
Publié dans El Watan le 15 - 10 - 2019

Trente-neuf ans après le violent de tremblement de terre du 10 octobre 1980 qui avait détruit la ville de Chlef et d'autres localités, le problème de reconstruction définitive de la région reste toujours posé.
En effet, beaucoup de spécialistes et d'habitants touchés estiment que l'opération tant promise par les décideurs successifs a été gardée sous le coude pour des raisons obscures.
En lieu et place, on assiste plutôt, selon eux, à une extension urbanistique anarchique et sans planification réfléchie en totale contradiction avec l'approche scientifique et rationnelle arrêtée par les experts nationaux et étrangers suite à cette catastrophe naturelle.
Pour l'expert en aménagement du territoire, Maâmar Addad, qui était à l'époque le directeur de l'Agence nationale d'aménagement du territoire (ANAT), la situation actuelle est la conséquence de «l'absence de vision et de suivi des recommandations des études de reconstruction et d'orientation urbaine par les décideurs qui se sont succédé depuis les années 80'.
Pourtant, le programme d'urgence décidé en faveur de cette région en 1980, a prévu dans sa 3e phase, une reconstruction durable, réfléchie, sur la base des leçons tirées en matière de qualité des normes de construction, de l'urbanisation intégrant les risques de cette catastrophe naturelle dans les aménagements et l'occupation des sols.
Malheureusement, la situation sur le terrain est manifestement à l'opposé de la politique d'aménagement urbain et de planification spatiale prônée et clamée par les experts nationaux et étrangers ayant mené ce travail colossal durant plusieurs années.»
Selon le même spécialiste, Maamar Addad, «la troisième phase dite de reconstruction définitive des zones sinistrées, basée sur des études d'urbanisation devait aboutir à une recomposition et une réelle intégration entre les entités urbaines formant le tissu urbain étalé de la capitale de la wilaya pour en faire une métropole d'équilibre entre Alger et Oran. Cependant, le constat actuel révèle un fort déséquilibre entre les zones urbaines formant la ville de Chlef et sa périphérie.
En effet, le centre-ville concentre presque toutes les structures administratives importantes, des services et des commerces en pleine expansion. Par conséquent, le centre-ville s'en trouve étranglé dans son fonctionnement quotidien, amplifié par une circulation croissante sans espaces de stationnement (déficit en parkings) et un foncier mal réparti.
Cela nécessite une réflexion sur les espaces occupés de manière abusive par des structures dont la présence au centre-ville est inutile. Les sites, en préfabriqué réalisés à la périphérie de la ville, sont mal intégrés malgré les efforts consentis en termes de réseau routier. Ils demeurent, ni plus ni moins, des cités dortoirs dépourvues d'infrastructures sportives, de services de proximité et d'une urbanisation moderne et rationnelle», relève-t-il avec regret.
A cet égard, il insiste sur la nécessité pour tous les responsables concernés de «revisiter les objectifs tracés de la stratégie de la 3e phase de reconstruction et de s'inscrire dans une nouvelle redéfinition des fonctionnements attendus en se basant sur le foncier occupé abusivement par nombre d'administrations et de structures dont l'utilisation est quasi nulle».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.