Habitat : distribution de dizaines de milliers de logements à l'occasion du 1er Novembre    L'Algérie prend acte de la désignation de Bah N'daw comme président de la transition au Mali    Le Premier ministre palestinien salue la position du Président Tebboune contre la politique de normalisation avec l'entité sioniste    Convention entre le ministère de la santé et le ministère de l'enseignement supérieur pour lutter contre la Covid 19    PENSIONS DE RETRAITE : Mise en place d'un nouveau calendrier de versement    LUTTE CONTRE L'ARGENT SALE : L'impératif de garantir la transparence    MESURES DE REPRISE DES COURS : Les représentants des étudiants satisfaits    CONSTANTINE : Attribution "prochaine" de 100 aides à l'habitat rural    LUTTE CONTRE LES GANGS DE RUES A BLIDA : Arrestation de 59 personnes depuis le début de l'année    Exportations: l'ANCA plaide pour des conventions avec les pays africains limitrophes    Journée internationale de la paix: l'impératif de décoloniser la Palestine et le Sahara occidental    Tottenham : Alli serait disponible en prêt    Coronavirus: 191 nouveaux cas, 127 guérisons et 10 décès    Oran: l'opération d'installation des coordinateurs communaux de la délégation de l'ANIE touche à sa fin    Mostaganem: mise en échec de quatre tentatives d'émigration clandestine et arrestation de 51 personnes    Championnat d'Italie : Débuts flamboyants pour la Juve    Championnat d'Espagne : Le Real Madrid manque sa rentrée    Le paiement électronique "sécurisé et gratuit"    Naceri à la Cour constitutionnelle    Quelle chance pour la paix ?    Mise en échec de trois tentatives de migration irrégulière à Mahdia    Ça urge !    Le drabki, Abou Fadhel et tamazight    Les articles de la discorde    Un autre décès par strangulation    Hommage à Abdelmadjid Merdaci    Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !    Merci M6 ! Merci pour mes zygomatiques !    Benkhelifa signe pour trois ans    Enfin un gouverneur !    Deux réseaux de passeurs démantelés à Aïn Turck    Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère    L'opposition appelle à la désobéissance civile en Côte d'Ivoire    Un suspect arrêté aux Etats-Unis    L'ange blanc s'envole    Hommage au journaliste Salem Hammoum à Bouzeguène    Premier film en variante amazighe ouarglie    Renouvellement des associations sportives : Le MJS fixe les modalités des AG    Flagrant délit !    Retrouver la grandeur américaine    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Les importateurs face à leur destin    COLERES ET ENTORSES    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    «Khayrek sbaq»    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une urbanisation désordonnée
Chlef est à reconstruire selon le plan d'aménagement de l'après-séisme
Publié dans El Watan le 15 - 10 - 2019

Trente-neuf ans après le violent de tremblement de terre du 10 octobre 1980 qui avait détruit la ville de Chlef et d'autres localités, le problème de reconstruction définitive de la région reste toujours posé.
En effet, beaucoup de spécialistes et d'habitants touchés estiment que l'opération tant promise par les décideurs successifs a été gardée sous le coude pour des raisons obscures.
En lieu et place, on assiste plutôt, selon eux, à une extension urbanistique anarchique et sans planification réfléchie en totale contradiction avec l'approche scientifique et rationnelle arrêtée par les experts nationaux et étrangers suite à cette catastrophe naturelle.
Pour l'expert en aménagement du territoire, Maâmar Addad, qui était à l'époque le directeur de l'Agence nationale d'aménagement du territoire (ANAT), la situation actuelle est la conséquence de «l'absence de vision et de suivi des recommandations des études de reconstruction et d'orientation urbaine par les décideurs qui se sont succédé depuis les années 80'.
Pourtant, le programme d'urgence décidé en faveur de cette région en 1980, a prévu dans sa 3e phase, une reconstruction durable, réfléchie, sur la base des leçons tirées en matière de qualité des normes de construction, de l'urbanisation intégrant les risques de cette catastrophe naturelle dans les aménagements et l'occupation des sols.
Malheureusement, la situation sur le terrain est manifestement à l'opposé de la politique d'aménagement urbain et de planification spatiale prônée et clamée par les experts nationaux et étrangers ayant mené ce travail colossal durant plusieurs années.»
Selon le même spécialiste, Maamar Addad, «la troisième phase dite de reconstruction définitive des zones sinistrées, basée sur des études d'urbanisation devait aboutir à une recomposition et une réelle intégration entre les entités urbaines formant le tissu urbain étalé de la capitale de la wilaya pour en faire une métropole d'équilibre entre Alger et Oran. Cependant, le constat actuel révèle un fort déséquilibre entre les zones urbaines formant la ville de Chlef et sa périphérie.
En effet, le centre-ville concentre presque toutes les structures administratives importantes, des services et des commerces en pleine expansion. Par conséquent, le centre-ville s'en trouve étranglé dans son fonctionnement quotidien, amplifié par une circulation croissante sans espaces de stationnement (déficit en parkings) et un foncier mal réparti.
Cela nécessite une réflexion sur les espaces occupés de manière abusive par des structures dont la présence au centre-ville est inutile. Les sites, en préfabriqué réalisés à la périphérie de la ville, sont mal intégrés malgré les efforts consentis en termes de réseau routier. Ils demeurent, ni plus ni moins, des cités dortoirs dépourvues d'infrastructures sportives, de services de proximité et d'une urbanisation moderne et rationnelle», relève-t-il avec regret.
A cet égard, il insiste sur la nécessité pour tous les responsables concernés de «revisiter les objectifs tracés de la stratégie de la 3e phase de reconstruction et de s'inscrire dans une nouvelle redéfinition des fonctionnements attendus en se basant sur le foncier occupé abusivement par nombre d'administrations et de structures dont l'utilisation est quasi nulle».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.