Une grande marche en cours à Alger    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: près de 3.000 affaires traitées en novembre    Banques : installation du nouveau P-dg de la BEA    Le taux de participation au niveau du consulat de Paris est "appréciable et de régulier" (ANIE)    Un décret présidentiel portant création d'une agence nationale de développement du numérique (JO)    Loi de finances 2020: de légères augmentations d'impôts, une nouvelle taxe sur les véhicules    Belmadi : «Le Sénégal Champion d'Afrique ? Ce sera le jour où je ne serai plus là, peut-être en 2030 (Rires)»    Les populations nomades de Laghouat et Béchar accomplissent leur devoir    Gattuso est arrivé à Naples    LFP : une réunion "prochainement" avec les représentants des clubs pour solutionner les problèmes financiers    Subsistance de divergences    Le président annonce des mesures d'apaisement    Du renouveau pour C3 Aircross    Le père du «low cost» s'en va    Imposante mobilisation des campus    Des personnalités appellent à éviter les dépassements    Le bouleversement technologique, un facteur amplificateur    Un programme chargé pour les Canaris    Coupe d'Algérie de Football : JSM Béjaia - ES Sétif en 1/32es de finale    L'EN sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    Les actes d'accusation votés au Congrès d'ici la fin de semaine    Centre Anti-Cancer : Le scanner en panne depuis plusieurs mois    Mobilisation de 150 000 hectares pour la céréaliculture    36 nouveaux bus affectés aux communes    Setif : le secteur de la formation accuse un déficit    Khatini, une nouvelle pièce sur les planches    ACTUCULT    La Maison de la culture de Aïn Témouchent rebaptisée    L'œuvre du ciseleur des mots revisitée    Ettiki !    Tribunal de Sidi M'hamed: le Parquet publie les jugements prononcés    Benflis dénonce une «cabale»    Ligue des champions d'Europe: Duels à distance pour la seconde place    Chlef: Du nouveau à la Caisse de retraite    Le tribunal de Sidi M'hamed rend son verdict: 15 ans de prison pour Ouyahia et 12 pour Sellal    Enième effondrement partiel au 1, Rue Mezouar Mohamed: Des familles en danger de mort interpellent le wali    LA COULEE DE LAVE    Equipementier automobile : Valeo vise plus de 15% de marge avec l'électrification et les ADAS    Maroc : Visite du secrétaire d'état américain au Maroc    Les conditions d'inscription fixées    Qualifications Afro-paralympiques-2020 de handi-basket: L'Afrique du Sud obtient l'organisation du tournoi    Gita Gopinath, conseillère économique auprès du FM "Les réformes dans les pays émergents et les pays en développement sont plus efficaces ...    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    Ghardaïa: L'étude d'aménagement de la wilaya d'El-Menea présentée aux autorités locales    Banques De nouveaux P-DG à la tête de la BEA et de la BNA    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mal-être de la société vue en jaune
Seen Art Gallery, à Dely Brahim
Publié dans El Watan le 19 - 11 - 2019

L'homme jaune revient pour sa deuxième exposition en solo à la Seen Art Gallery avec plus d'une vingtaine d'œuvres des plus décalées les unes que les autres. C'est toujours avec la couleur jaune que l'artiste exprime le mal-être et la dérive de la société. Son travail se focalise sur la dénonciation politique, économique et sociale sans violence ni brutalité, mais plus dans une réalité subtile connue de la population. L'exposition à la couleur de «l'hypocrisie humaine» reste visible jusqu'au 16 décembre.
Connu sous le pseudonyme de «L'homme jaune», Yasser Ameur, 30 ans, s'inspire d'une expression populaire «dahka safra» (sourire jaune, ndlr) pour réaliser ses tableaux. Une hypocrisie humaine qui ronge la civilisation actuelle déconnectée de tout lien social. Il expose une nouvelle fois entre les murs de la Seen Art Gallery.
En effet, c'est la seule galerie d'art qui lui a donné la chance de s'exprimer sans limite ni censure vu que ses œuvres sont très politiques. «On a voulu mettre en avant la jeune génération, mais tout en exposant les artistes confirmés. Yasser Ameur est un artiste qu'on suivait depuis un moment. Son travail fait dans la dénonciation politique.
Il a une certaine manière très subtile de la dénoncer, pas dans la violence, mais plus dans l'humour», précise la galeriste Randa Tikou. Pendant des années, les tableaux de l'homme jaune voyageaient dans toute l'Europe, tandis que lui est dans sa ville d'origine, Mostaganem, en pleine création artistique. Il a également participé à de nombreuses expositions collectives, mais sans vraiment y être physiquement.
Mais si l'homme jaune ne préfère pas s'afficher dans ses expositions, il l'a été pour la première fois au vernissage, ce samedi, dans sa seconde exposition en solo. «La raison pour laquelle je n'assiste jamais à mes expositions, c'est pour garder une certaine distance par rapport à l'importance que prend mon personnage. Il a pris son envol, il voyage un peu partout en Europe, mais au final, je reste à Mostaganem, là où personne ne me connaît. Mes œuvres voyagent et parlent à ma place», confie avec le sourire Yasser Ameur, l'homme jaune.
L'essentiel de ses œuvres a été réalisé avant le hirak, et pour beaucoup d'autres, depuis des années, mais qui restent d'actualité avec les événements actuels. 23 tableaux avec cinq multiples techniques graphiques, entre autres l'acrylique sur toile naturelle, sur toile, sur isorel ou sur plexiglas. Nous pouvons voir un tableau d'un homme demi-nu sur un tonneau de pétrole fait en acrylique sur isorel du nom de «Miziriya wa tahia El Djazaïr» (La pauvreté, mais vive l'Algérie, ndlr).
Plus d'une dizaine de toiles en acrylique sur toile simple représentant par exemple des natures mortes. De plus, pour la première fois, l'artiste s'adonne à une nouvelle technique qui consiste à réaliser des tableaux en impression digitale sur toile backlite rétro éclairée mettant en scène la planche à billets, le visa schengen ou encore Youtube sous le «sandouk el aadjab» (la boîte à trouve-tout, ndlr).
Conception du journal
Une nouvelle création s'est également ajoutée à l'exposition de Yasser. Il s'agit d'un recueil de pages sous forme de journal. En effet, l'artiste a voulu faire quelque chose qui lui tenait à cœur depuis longtemps, c'est de pouvoir réaliser un journal où il n'y a pas d'écrit, juste des images ou des suggestions de mots en reprenant ces mêmes sujets qui reviennent depuis les années 1990 à aujourd'hui, notamment la crise politique, la crise financière, la chute du dinar ou la planche à billets, puis ensuite les retravailler.
Afin de rester dans le style contemporain à toute époque, l'homme jaune essaye de créer un art intemporel. Ses inspirations, il les doit aux gens qui l'entourent et qui n'ont pas forcément une éducation scolaire. Des inconnus qu'il rencontre dans les cafés populaires, notamment dans celui où il travaille tous les jours.
«En fait, je suis un artiste public comme un écrivain public. Je m'installe de 8h à 17h dans les cafés populaires à Mostaganem, et ce sont les gens qui me donnent toutes ces idées et à qui je dois toute ma philosophie de l'art. Ce sont eux les vrais artistes, je ne fais qu'interpréter en images les idées qu'ils me donnent», précise l'artiste.
Avant de pouvoir se consacrer à l'art, l'artiste explique qu'il avait des difficultés à communiquer avec l'extérieur depuis l'âge de trois ans à cause des événements de la décennie noire. En effet, il avait assisté à des scènes qui sont restées gravées dans sa mémoire et qui l'ont complètement bouleversé. Donc, devenir artiste n'a jamais été un choix pour lui. Bien au contraire, c'était l'unique moyen pour lui de s'exprimer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.