Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Real : Valverde a dit non au PSG    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Contradictions ?    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    219 Commissions rogatoires émises    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«L'UE doit faire entendre sa voix», Selon Le Monde
Publié dans El Watan le 30 - 11 - 2019

«L'UE doit faire entendre sa voix», affirmait Le Monde hier, dans son éditorial en ligne en rappelant que «depuis plus de neuf mois, l'Algérie vit dans un silence extérieur assourdissant un mouvement de contestation populaire, le hirak, dont l'ampleur et la nature font pourtant un phénomène sans précédent au Maghreb et dans le Monde arabe».
L'éditorialiste du quotidien français explique ce «phénomène» par son ampleur d'abord : «Cette mobilisation constante et géographiquement étendue est renforcée par d'autres rassemblements en dehors du jour symbolique du vendredi.»
Par sa nature ensuite : «Bien que non structuré et sans leaders, le hirak est un mouvement fondamentalement pacifique et discipliné. L'ensemble des composantes de la société algérienne y sont représentées et, même si elles y sont nettement moins nombreuses que les hommes, les femmes n'y sont pas inquiétées. Cette société traumatisée par la sanglante guerre civile des années 1990 y a même trouvé une nouvelle vigueur et une cohésion qu'elle avait perdue.»
Selon l'éditorialiste, «la question qui se pose aujourd'hui en Algérie n'est pas de savoir qui sera élu le 12 décembre au soir, car ce Président ne détiendra pas la réalité du pouvoir, mais ce qu'il se passera le 13, qui sera un vendredi, lorsque les manifestants redescendront dans la rue ?» «Personne ne peut à ce stade entrevoir la réponse, tant la situation paraît bloquée entre un pouvoir confisqué par la hiérarchie militaire et une contestation populaire qui s'enhardit malgré les arrestations.»
«Une autre question devient inévitable» au regard du quotidien français, c'est ce «qu'en pensent les gouvernements démocratiques, et en particulier ceux des pays européens ? Pour des raisons que l'on peut entendre, la France, ancienne puissance coloniale, a choisi de rester discrète.
Jeudi 28 novembre, les députés européens ont adopté une résolution sans valeur contraignante qui ‘‘condamne vivement'' les ‘‘arrestations arbitraires''». «Au-delà des eurodéputés, c'est l'Union européenne qui doit ouvrir les yeux et parler de l'Algérie.»

Paris
De notre bureau Nadjia Bouzeghrane


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.