Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    Haltérophilie : Ahmed Tarbi n'est plus    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Expo-photos « Poésies citadines : photographier les rues en Algérie » d'Emeline Laurens : Photogéniques instantanés
Publié dans El Watan le 03 - 12 - 2019

Diplomatie et passion pour la photo d'art peuvent-ils rimer ensemble ? Et bien, Emeline Laurens, Conseillère politique à l'Ambassade de France a Alger, le prouve en exposant ses œuvres, lundi soir, à l'Institut français a Alger.
L'Exposition de photos intitulée « Poésies citadines: photographier la rue en Algérie » à été étrennée, en présence de l'artiste-photographe, Emeline Laurens, heureuse de partager ses œuvres prises entre 2018 et 2019 avec le public venus nombreux. Le visiteur est d'emblée invité à promener son regard sur des photos prises ça et là, dans la rue, le milieu ambiant, où Emeline Laurens, déclenche et fixe un objectif plein de poésie. Ainsi, l'expo-photos « Poésies citadines: photographier la rue en Algérie » porte bien son titre. Emeline Laurens décline un œil design positif par opposition au négatif (photo), un regard humain.
Cela rappelle « Humans of New York »( humains de New York pris en photos). Et là, ce sont les humains, d'Alger,d' Algérie. Des passants, des riverains, des citadins, des enfants, des cheikhs( vieux), des femmes…Une galerie scindée en plusieurs fragments. « Enfances », « Solitudes », « Conversations », » Héritages » ou encore « Couleurs ». Ce tirage, entre couleur et noir et blanc argentique, est révélateur d'une planche-contact avec des gens dans les rues, ruelles, avenues, places d'Alger, Ghardaia, Oran, Béchar, Taghit, Boussaada… La photo « Le gang », est une bande de jeunes accoudés à une rampe, l'insouciance, « Des écoliers « , deux enfants marchant en s'épaulant, la camaraderie, « L'échappée belle », une fillette courant dans une venelle de la Casbah, « Récréation « , de jeunes vendeurs d'objets hétéroclites de fortune dans une place, » Condamné « , un mouton derrière un barreaudage, attendant le sacrifice de l'Aid El Adha, « Ombre blanche », une femme portant le haïk, le voile traditionnel blanc, à la Casbah, « Méditation « , un homme consultant son smartphone, assis sur un banc public, » Rock The Casbah », les jeunes de la Casbah, « Contre-courant », des femmes portant le hidjab au quartier Sidi El Houari à Oran…
« Cela a été extrêmement enrichissant. »
« Je travaille à l'Ambassade de France à Alger. La photo a toujours été ma passion. Je suis partie à la découverte de la ville d'Alger et d'autres à travers mon objectif. Une opportunité qui s'est présentée naturellement, connaître la ville. Le regard que je porte sur la ville est très personnel. Ce n'est pas une proposition. Cela a été extrêmement enrichissant. L'échange avec les gens en découvrant les quartiers. Une photo interactive. C'est important. Les gens sentaient que j'avais un regard intéressant. Je proposais une lecture cohérente où ils interagissent… Par exemple, Bologhine, Bab el Oued, le centre-ville d'Alger, Béni Isguen à Ghardaia…Il y a une énergie qui se dégage. Je travaille beaucoup sur les lignes et les couleurs. C'est ce qui m'intéresse. » commentera Emeline Laurens.
Dans une note de présentation de cet album de photos, Emeline Laurens, décrit le déclic : « Observer les splendeurs intactes, les couleurs, ce fatras de lignes, les pelures orgueilleuses de peintures qui s'écaillent et ces perspectives qui n'en finissent plus de mourir dans l'horizon maritime. La rue vibre d'une poésie particulière. Il faut interroger les solitudes, les conversations, les pensées, les secrets que chaque image laisse transparaître. Regarder au-delà de ce que l'oeil perçoit, imaginer un peu plus loin – y voir des entrées, peut-être, vers autant d'intimités. Photographier la rue en Algérie, c'est être funambule – se concentrer sur cette frontière ténue entre ce que dit l'espace public et tout ce qu'il dissimule, tout ce qu'il transforme. La rue algérienne est un apprentissage. Elle devient, le temps d'une prise de vue, une réalité qui ne retentit, alors, que de nos propres profondeurs. ».
Cette passion pour la photo d'art à été transmise par son oncle, mordu, un écrivain et surtout par le grand photographe Lucien Clergue(1934-2014) qui l'a beaucoup encouragée. Il avait décelé en elle grain qui deviendra beauté. Il ne s'est pas trompé. Y' a pas photo. Mais celle d'Emeline Laurens est photogénique.
Institut français d'Alger
7, rue Hassani Issad
Jusqu' au mardi 24 décembre 2019
L'Exposition de photos
« Poésies citadines: photographier la rue en Algérie » de l'artiste-photographe, Emeline Laurens


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.