Trafic de drogues: démantèlement d'un réseau criminel composé de ressortissants étrangers    Festival du théâtre amateur de Mostaganem: 35 troupes à la 53e édition    Projet de loi de l'artiste: proposition pour la création de marchés de l'art    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Real : Valverde a dit non au PSG    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Contradictions ?    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    219 Commissions rogatoires émises    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La diaspora algérienne à l'unisson de son peuple
Publié dans El Watan le 07 - 12 - 2019

Le vote pour l'élection présidentielle du 12 décembre commence aujourd'hui pour les Algériens résidant à l'étranger. Cette élection a été précédée d'une campagne quasiment inexistante de la part des cinq candidats adoubés par le pouvoir politique.
La communication de la part de l'autorité chargée de l'organisation des élections et de leur déroulement était réduite à sa plus simple expression.
Pourtant, les bureaux de vote en France et dans les autres pays accueillant des ressortissants algériens et binationaux ouvrent leurs portes aujourd'hui et jusqu'à jeudi prochain.
Si les candidats n'ont pu faire eux-mêmes campagne auprès de la communauté algérienne résidant en France – au motif de restrictions budgétaires, semble-t-il – aucun de leurs représentants, à supposer qu'ils en aient, ne s'est manifesté publiquement ou par voie de presse.
Que proposent les prétendants à la plus haute fonction de l'Etat dans leurs programmes aux nationaux vivant à l'étranger ? Dans leurs déclarations de campagne sur le territoire national, pas une allusion à leurs compatriotes de l'émigration. Ignorées et laissées-pour-compte, les voix de la diaspora sont toutefois convoitées.
Consciente des desseins dont elle est l'objet, elle refusera certainement, une fois de plus, d'être instrumentalisée à des fins qui ne sont pas les siennes.
La vacuité et le vide sidéral des pro-élection qui ont fait profil bas tranchent avec la dynamique sans faille, soutenue, au hirak, à ses mots d'ordre, à ses revendications.
Rassemblements, marches, meetings, conférences-débats, présence sur les réseaux sociaux, travail des radios et télévisions communautaires et autres initiatives et actions sont, depuis le 22 février, organisés par les nombreux militants démocrates, collectifs, associations et regroupements nés à la faveur de la Révolution populaire pacifique et démocratique du Sourire ou, plus anciens, parmi les Algériens de France.
Et ce, pour marquer leur soutien à leurs compatriotes d'Algérie. Pour signifier qu'ils sont concernés et partie prenante de ce combat populaire pacifique qui rejette massivement des élections destinées à maintenir le système dont ils réclament l'éradication. Pour arracher un nouveau mode de gouvernance émanant de la souveraineté populaire, fondé sur le droit et la légalité. Pour faire dégager ce système et ses symboles.
Aussi, la diaspora algérienne à travers le monde a montré qu'elle est à l'unisson des aspirations du peuple dont elle est issue. Qu'elle est au diapason de sa mobilisation pacifique depuis dix mois pour une nouvelle République inclusive, ouverte à tous ses enfants, où qu'ils se trouvent.
Faut-il rappeler que dès le dimanche 15 février, un rassemblement était organisé place de la République, marquant le premier des rendez-vous dominicaux jusqu'à aujourd'hui, d'abord contre le 5e mandat de Bouteflika, puis pour le rejet de tout le système.
La diaspora algérienne a toujours joué un rôle primordial dans l'histoire de l'Algérie, de l'Etoile nord-africaine à la Fédération de France du FLN. Comme hier leurs parents étaient partie intégrante de la lutte pour l'indépendance nationale, leurs enfants sont, aujourd'hui, non pas à la marge, mais au cœur de la lutte pacifique pour le recouvrement de la souveraineté du peuple.
Nombre d'entre eux seront, à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 12 décembre, rassemblés devant les consulats pour dire pacifiquement leur refus de ce simulacre électoral et, a contrario, leur adhésion à la mise en œuvre d'une réelle transition démocratique, avec un pouvoir constituant pour l'avènement d'une Algérie libre et plurielle.
Et comme l'affirmaient les signataires d'un appel à la constitution d'une Alliance des démocrates de la diaspora algérienne (ADDA), le 14 août dernier, «c'est par notre union, Algériennes et Algériens du pays et de la diaspora, que nous arriverons au nécessaire dépassement du système et à la construction d'une Algérie démocratique et plurielle, une perspective qui propulsera le pays dans la modernité politique, économique et sociale et qui marquera l'histoire des peuples au même titre que la première Révolution algérienne avait marqué le mouvement de décolonisation du XXe siècle».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.