Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Boulaya a pris une décision importante pour son avenir    Otretien, nouvelle application pour les Algériens    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Nouveau statut pour le Cnes    L'ESS, le MCA et l'OM, «voyageurs de luxe» !    Véritable moelleux au chocolat    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Tébessa: Sit-in des habitants de «Mizab 2» devant la wilaya    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La diaspora algérienne à l'unisson de son peuple
Publié dans El Watan le 07 - 12 - 2019

Le vote pour l'élection présidentielle du 12 décembre commence aujourd'hui pour les Algériens résidant à l'étranger. Cette élection a été précédée d'une campagne quasiment inexistante de la part des cinq candidats adoubés par le pouvoir politique.
La communication de la part de l'autorité chargée de l'organisation des élections et de leur déroulement était réduite à sa plus simple expression.
Pourtant, les bureaux de vote en France et dans les autres pays accueillant des ressortissants algériens et binationaux ouvrent leurs portes aujourd'hui et jusqu'à jeudi prochain.
Si les candidats n'ont pu faire eux-mêmes campagne auprès de la communauté algérienne résidant en France – au motif de restrictions budgétaires, semble-t-il – aucun de leurs représentants, à supposer qu'ils en aient, ne s'est manifesté publiquement ou par voie de presse.
Que proposent les prétendants à la plus haute fonction de l'Etat dans leurs programmes aux nationaux vivant à l'étranger ? Dans leurs déclarations de campagne sur le territoire national, pas une allusion à leurs compatriotes de l'émigration. Ignorées et laissées-pour-compte, les voix de la diaspora sont toutefois convoitées.
Consciente des desseins dont elle est l'objet, elle refusera certainement, une fois de plus, d'être instrumentalisée à des fins qui ne sont pas les siennes.
La vacuité et le vide sidéral des pro-élection qui ont fait profil bas tranchent avec la dynamique sans faille, soutenue, au hirak, à ses mots d'ordre, à ses revendications.
Rassemblements, marches, meetings, conférences-débats, présence sur les réseaux sociaux, travail des radios et télévisions communautaires et autres initiatives et actions sont, depuis le 22 février, organisés par les nombreux militants démocrates, collectifs, associations et regroupements nés à la faveur de la Révolution populaire pacifique et démocratique du Sourire ou, plus anciens, parmi les Algériens de France.
Et ce, pour marquer leur soutien à leurs compatriotes d'Algérie. Pour signifier qu'ils sont concernés et partie prenante de ce combat populaire pacifique qui rejette massivement des élections destinées à maintenir le système dont ils réclament l'éradication. Pour arracher un nouveau mode de gouvernance émanant de la souveraineté populaire, fondé sur le droit et la légalité. Pour faire dégager ce système et ses symboles.
Aussi, la diaspora algérienne à travers le monde a montré qu'elle est à l'unisson des aspirations du peuple dont elle est issue. Qu'elle est au diapason de sa mobilisation pacifique depuis dix mois pour une nouvelle République inclusive, ouverte à tous ses enfants, où qu'ils se trouvent.
Faut-il rappeler que dès le dimanche 15 février, un rassemblement était organisé place de la République, marquant le premier des rendez-vous dominicaux jusqu'à aujourd'hui, d'abord contre le 5e mandat de Bouteflika, puis pour le rejet de tout le système.
La diaspora algérienne a toujours joué un rôle primordial dans l'histoire de l'Algérie, de l'Etoile nord-africaine à la Fédération de France du FLN. Comme hier leurs parents étaient partie intégrante de la lutte pour l'indépendance nationale, leurs enfants sont, aujourd'hui, non pas à la marge, mais au cœur de la lutte pacifique pour le recouvrement de la souveraineté du peuple.
Nombre d'entre eux seront, à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 12 décembre, rassemblés devant les consulats pour dire pacifiquement leur refus de ce simulacre électoral et, a contrario, leur adhésion à la mise en œuvre d'une réelle transition démocratique, avec un pouvoir constituant pour l'avènement d'une Algérie libre et plurielle.
Et comme l'affirmaient les signataires d'un appel à la constitution d'une Alliance des démocrates de la diaspora algérienne (ADDA), le 14 août dernier, «c'est par notre union, Algériennes et Algériens du pays et de la diaspora, que nous arriverons au nécessaire dépassement du système et à la construction d'une Algérie démocratique et plurielle, une perspective qui propulsera le pays dans la modernité politique, économique et sociale et qui marquera l'histoire des peuples au même titre que la première Révolution algérienne avait marqué le mouvement de décolonisation du XXe siècle».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.