Le Président Tebboune ordonne la rupture avec les pratiques du passé    Bilan et perspectives de leur dynamisation dans le cadre d'une vision stratégique    Tebboune à la Conférence Internationale sur la paix en Libye, à Berlin    L'Algérie regrette les décisions du Gabon et de la Guinée    Violences nocturnes, appels à de nouvelles manifestations    Handball/CAN-2020 (3e journée): les résultats complets    Sahnoun et Medjahed réalisent les minimas des Championnats d'Afrique    3 milliards de dinars pour des opérations d'aménagement en vue des JM    Le président de la République présente ses condoléances aux familles endeuillées par l'accident de la circulation survenu à El-Oued    Rapport de la première quinzaine du mois de janvier :    Aghribs commémore son enfant, le chahid Didouche Mourad    LF 2020: l'importance des dispositions encourageant de l'investissement mise en exergue    Aourag : Promouvoir la recherche appliquée, un réel plus pour le développement socioéconomique    Foot/Mercato d'hiver : le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Examens de promotion aux grades d'enseignant principal et enseignant formateur: les résultats lundi    Irak : nouvelles manifestations réclamant une refonte du système politique    REVISION DE LA CONSTITUTION : Talaia El Hourriyet exige ‘'la parole au peuple''    SITUATION FINANCIERE : La commune d'Oran peine à retrouver ses entrées    Interdiction du téléphone et des rassemblements dans les hôpitaux    NOMINATION DE CERTAINS CADRES DE L'ETAT : Le président transfert le pouvoir au premier ministre    Le Président de la République reçoit à Berlin le président du Conseil européen    Football/CAN-2021 et Mondial-2022: des changements au programme de la sélection algérienne    Les banques ciblées par les protestataires    15 militants devant le juge ce matin    La quadrature du cercle    Desertec veut renaître de ses cendres    La Cnas de Relizane passe à l'offensive    Non, le Hirak n'a pas échoué !    Belkaroui interdit d'entraînement    Le duo Chay-Karouf bien parti pour rester    «Tous les détenus politiques doivent être libérés»    Le PAD appelle à une adhésion massive    Sit-in aujourd'hui au tribunal de Sidi M'hamed    Le PT exige la libération des manifestants du hirak    Attentat déjoué contre la veuve du militant Brahmi    Le saviez-vous… ?    Cinq civils tués dans un présumé raid aérien russe    ACTUCULT    Une exposition de photographies d'art sur le site de Séfar dans le Tassili N'Ajjer à Alger    Tizi Ouzou : coup d'envoi de la 12e édition du salon du livre    Et zut ! C'est raté pour cette année ! Tant pis ! L'année prochaine, inch'Allah, pitet' !    Alger-Paris en continuel aller-retour    La FAF s'oppose à la domiciliation du tournoi dans la ville de Laâyoune occupée    La pièce GPS du TNA primée    Ouverture en présence de nombreux intellectuels    NCA Rouiba conclu un accord avec le groupe français Castel    El-Bayadh: Enfin la liste des logements sociaux    Bouira: De 3 ans de prison à la perpétuité pour trafic international de drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La diaspora algérienne à l'unisson de son peuple
Publié dans El Watan le 07 - 12 - 2019

Le vote pour l'élection présidentielle du 12 décembre commence aujourd'hui pour les Algériens résidant à l'étranger. Cette élection a été précédée d'une campagne quasiment inexistante de la part des cinq candidats adoubés par le pouvoir politique.
La communication de la part de l'autorité chargée de l'organisation des élections et de leur déroulement était réduite à sa plus simple expression.
Pourtant, les bureaux de vote en France et dans les autres pays accueillant des ressortissants algériens et binationaux ouvrent leurs portes aujourd'hui et jusqu'à jeudi prochain.
Si les candidats n'ont pu faire eux-mêmes campagne auprès de la communauté algérienne résidant en France – au motif de restrictions budgétaires, semble-t-il – aucun de leurs représentants, à supposer qu'ils en aient, ne s'est manifesté publiquement ou par voie de presse.
Que proposent les prétendants à la plus haute fonction de l'Etat dans leurs programmes aux nationaux vivant à l'étranger ? Dans leurs déclarations de campagne sur le territoire national, pas une allusion à leurs compatriotes de l'émigration. Ignorées et laissées-pour-compte, les voix de la diaspora sont toutefois convoitées.
Consciente des desseins dont elle est l'objet, elle refusera certainement, une fois de plus, d'être instrumentalisée à des fins qui ne sont pas les siennes.
La vacuité et le vide sidéral des pro-élection qui ont fait profil bas tranchent avec la dynamique sans faille, soutenue, au hirak, à ses mots d'ordre, à ses revendications.
Rassemblements, marches, meetings, conférences-débats, présence sur les réseaux sociaux, travail des radios et télévisions communautaires et autres initiatives et actions sont, depuis le 22 février, organisés par les nombreux militants démocrates, collectifs, associations et regroupements nés à la faveur de la Révolution populaire pacifique et démocratique du Sourire ou, plus anciens, parmi les Algériens de France.
Et ce, pour marquer leur soutien à leurs compatriotes d'Algérie. Pour signifier qu'ils sont concernés et partie prenante de ce combat populaire pacifique qui rejette massivement des élections destinées à maintenir le système dont ils réclament l'éradication. Pour arracher un nouveau mode de gouvernance émanant de la souveraineté populaire, fondé sur le droit et la légalité. Pour faire dégager ce système et ses symboles.
Aussi, la diaspora algérienne à travers le monde a montré qu'elle est à l'unisson des aspirations du peuple dont elle est issue. Qu'elle est au diapason de sa mobilisation pacifique depuis dix mois pour une nouvelle République inclusive, ouverte à tous ses enfants, où qu'ils se trouvent.
Faut-il rappeler que dès le dimanche 15 février, un rassemblement était organisé place de la République, marquant le premier des rendez-vous dominicaux jusqu'à aujourd'hui, d'abord contre le 5e mandat de Bouteflika, puis pour le rejet de tout le système.
La diaspora algérienne a toujours joué un rôle primordial dans l'histoire de l'Algérie, de l'Etoile nord-africaine à la Fédération de France du FLN. Comme hier leurs parents étaient partie intégrante de la lutte pour l'indépendance nationale, leurs enfants sont, aujourd'hui, non pas à la marge, mais au cœur de la lutte pacifique pour le recouvrement de la souveraineté du peuple.
Nombre d'entre eux seront, à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 12 décembre, rassemblés devant les consulats pour dire pacifiquement leur refus de ce simulacre électoral et, a contrario, leur adhésion à la mise en œuvre d'une réelle transition démocratique, avec un pouvoir constituant pour l'avènement d'une Algérie libre et plurielle.
Et comme l'affirmaient les signataires d'un appel à la constitution d'une Alliance des démocrates de la diaspora algérienne (ADDA), le 14 août dernier, «c'est par notre union, Algériennes et Algériens du pays et de la diaspora, que nous arriverons au nécessaire dépassement du système et à la construction d'une Algérie démocratique et plurielle, une perspective qui propulsera le pays dans la modernité politique, économique et sociale et qui marquera l'histoire des peuples au même titre que la première Révolution algérienne avait marqué le mouvement de décolonisation du XXe siècle».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.