Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le communiqué du Premier ministère    104 nouveaux cas et 9 décès    86% des Algériens sont inquiets    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Mellal veut éviter la surenchère    "Je suis optimiste pour la reprise des compétitions"    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Les élus fustigent l'exécutif    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    "ADN" de la Franco-Algérienne Maïwenn parmi les 56 films retenus    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    L'épreuve    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Vers un intérimaire à la tête du MPA    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tebboune veut criminaliser le racisme, le régionalisme et les discours de la haine
Djerad est chargé d'élaborer un projet de loi
Publié dans El Watan le 14 - 01 - 2020

«J'ai instruit aujourd'hui le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, d'élaborer un projet de loi criminalisant toute forme de racisme, de régionalisme et autre forme de discours de haine dans le pays, notamment à travers les réseaux sociaux», avait tweeté le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune.
Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, envisage de promulguer une loi criminalisant «toute forme de racisme, de régionalisme et discours de la haine». A cet effet, il a instruit son Premier ministre, Abdelaziz Djerad, d'élaborer un projet de loi à ce sujet.
«Cette décision intervient après avoir constaté une recrudescence du discours de la haine et de l'incitation à la fitna (discorde), notamment à travers les réseaux sociaux», indique un communiqué de la Présidence, qui ajoute que c'est également pour «faire face à ceux qui exploitent la liberté et le caractère pacifique du hirak (mouvement populaire) pour brandir des slogans portant atteinte à la cohésion nationale».
«Tout un chacun est appelé à se conformer à la Constitution et aux lois de la République, notamment le respect des constantes de la nation et ses valeurs, les principales composantes de l'identité et de l'unité nationales ainsi que les symboles de l'Etat et du peuple», conclut le communiqué.
«J'ai instruit aujourd'hui le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, d'élaborer un projet de loi criminalisant toute forme de racisme, de régionalisme et autre forme de discours de haine dans le pays, notamment à travers les réseaux sociaux», avait tweeté au même moment le chef de l'Etat.
Le communiqué en question intervient au lendemain de l'affaire dite du directeur de la culture de la wilaya de M'sila, qui s'en est pris, sur sa page Facebook, à l'un des symboles de la Guerre de Libération nationale, Abane Ramdane, même si, a priori, cela s'apparente beaucoup plus à une «volonté» de mettre un terme au discours de haine qui a proliféré, sur les réseaux sociaux notamment, ces dernières années, mais surtout depuis le début du mouvement populaire.
Un discours raciste et régionaliste porté même par des personnalités publiques connues qui agissent en toute impunité. Il y a quelques jours, la Présidence avait déjà réagi à l'endroit de ceux qui créent de faux profils de responsables de l'Etat.
Le pays a-t-il besoin d'une nouvelle loi pour combattre les auteurs de ces dépassements ? Certains n'y voient pas d'utilité, du moment que les propos diffamatoires, racistes ou régionalistes sont déjà pris en charge par les différents textes de loi en vigueur. A titre indicatif, l'article 76 de la Constitution stipule que «l'Etat garantit le respect des symboles de la Révolution, la mémoire des chouhada et la dignité de leurs ayants droit et des moudjahidine».
Ceci pour le cas, par exemple, du directeur de la culture de M'sila ou de certaines autres personnalités qui s'en sont pris au moudjahid Bouregaâ en remettant en cause son passé révolutionnaire.
Par ailleurs, l'article 295 bis 1 du code pénal indique qu'il «est passible des mêmes peines (emprisonnement de six mois à trois ans et d'une amende de 50 000 à 150 000 DA, ndlr), quiconque, publiquement, incite à la haine ou à la discrimination envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur appartenance raciale ou ethnique ou organise, propage, encourage ou mène des actions de propagande aux mêmes fins».
D'autres, par contre, estiment qu'une loi spécifique relative au discours raciste, régionaliste ou de haine, est nécessaire. Tout comme doit être définie avec précision chacune de ces trois notions. En tout cas, il faut attendre la promulgation de ce projet de loi pour voir comment les pouvoirs publics comptent combattre les discours de la haine, notamment sur les réseaux sociaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.