Niger: des télévisions privées fermées pour "non paiement d'impôts"    Le pétrole en hausse en Asie    Syrie : près de 7.000 personnes évacuées de villes assiégées    Le président palestinien condamne la loi sur "l'Etat national du peuple juif"    Trump s'attaque à la loi protégeant les espèces menacées    New York déboutée de son action contre cinq géants pétroliers    L'Iran accuse les Etats-Unis de déstabiliser le monde    MCA : Bendebka : «On a perdu à cause d'un manque de concentration dans les ultimes minutes»    CSC : Kagambiga a besoin de visa pour rentrer avec le groupe au pays    CRB : La piste Cherif El Ouazzani toujours d'actualité    De l'alternance promise au pouvoir absolu.    La régularisation de la situation des jeunes de 30 ans et plus se poursuit dans de «bonnes conditions»    Es-Seddikia et El Menzeh (Canastel): Une vingtaine de panneaux publicitaires anarchiques démantelés    Sanctions, répressions et tentations ne feront pas reculer les Palestiniens    Renvoi des demandeurs d'asile algériens: Berlin revient à la charge    Constantine - Université d'été 2018: «Entrepreneuriat et Innovation» à l'honneur    «Nécessité d'encourager les conventions et les partenariats industriels»    Des changements et des postures    L'étau se resserre sur Zetchi    L'ESS et le MCA en lutte pour un seul billet    ASM Oran: Les dirigeants optimistes malgré les contraintes    BAC 2018 : Un taux de réussite de 55,88%    Les pharmaciens et les assurés sensibilisés    Le certificat de capacité du permis de conduire en trois jours    Où va le pays ?    Bassin gazier de Berkine: Accord entre Sonatrach et Eni    Le chargé d'affaires en pied de l'ambassade de la Colombie en visite à Oran: Les relations bilatérales avec l'Algérie sont «excellentes»    Une nouvelle prestation estivale à Chlef    Quand l'art fusionne avec la beauté    Il tue son neveu pour un lopin de terre    Coup d'envoi demain à Chélia    Au moins 19 morts dans un naufrage au large de Chypre    Makri tire sur Ould Abbès    Guéguerre interne au FFS    Ces dossiers qui paralysent le mercato    Victoire de l'Algérie devant la Jordanie    La Jordanie, la nouvelle terre de création pour le cinéma arabe    Du nouveau pour la diaspora    Le chargé de la communication de la sûreté d'Alger limogé    Mandela : architecte international de la paix    Russie-Afrique du Sud : d'une pierre, deux coups    L'Etat poursuivra en justice les incitateurs au boycott des élections    La Sonelgaz pointée du doigt    Le RCD tiendra un Congrès extraordinaire en 2019    Fadhma N'soumer gagne la bataille de Tachkirt contre le Maréchal Randon    Le livre, le meilleur ami !    Avec la participation d'une trentaine de jeunes de différents pays: Le chantier culturel de bénévolat d'été lancé    Bouteflika procéde à un mouvement partiel dans le corps de la magistrature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La loi sur la gratuité des plages bafoiée : Les barons assurés de l'impunité
Publié dans El Watan le 22 - 07 - 2010

Les estivants les moins nantis sont évidement la cible de ces vautours assurés de toute impunité.
Quoique mis en évidence à l'entrée de chaque site de baignade, les écriteaux de l'APPL assurant que l'accès aux plages est gratuit conformément à la loi, font juste office de décor. Des plages de Bordj El Kiffan, en passant par celles de Bordj El Bahri, El Marsa, Aïn Taya, de Heuraoua, ou encore de Réghaïa, le constat est pratiquement le même. il révèle en somme une toute autre réalité. Hormis les largesses et le laisser-faire accordés aux jeunes qui exploitent les plages illégalement en imposant des tarifs d'accès exorbitants aux estivants, ce sont paradoxalement les agents de l'EGCTU qui versent dans ce créneau illégal. A l'entrée de Decca Plage, dans le littoral est-algérois, ces derniers profitent du laxisme des services de sécurité, pourtant présents sur les lieux en grand nombre, pour percevoir les droits de stationnement à leur profit, et ce, en ne remettant pas de tickets aux automobilistes. « Nous ne donnons pas de tickets à partir de 19h », s'entête à expliquer un jeune planté à l'entrée de la plage, qui plus est, arbore un gilet portant le sigle de l'établissement en question. Le directeur de l'EGCTU à qui nous avons soulevé le problème affirme de son coté, que « ce genre de pratiques est l'apanage des agents qui sont recrutés au niveau local. Il est du ressort des services de sécurité présents sur place de lutter contre ce genre d'abus.
Néanmoins, les citoyens peuvent nous faire part de ces agissements inacceptables pour que nous prenions à notre niveau les dispositions qui s'imposent en pareils cas, à savoir l'élimination immédiate des éléments qui sont derrière ces actes ». Au niveau des plages, c'est une autre forme d'arnaque que les estivants subissent. A Bordj El Kiffan, par exemple, les vacanciers qui tenteront de planter leurs parasols à même le sable se verront systématiquement refoulés de la plage, qui se trouve en fait fractionnée en périmètres d'exploitation reconnaissables par des cordes qui délimitent chacune des parcelles. Des gros bras veillent ainsi au grain et délogent, sans hésitation aucune, les « intrus » récalcitrants. Il n'est par ailleurs pas rare que les citoyens payent les deux cents dinars d'usage deux fois de suite. « J'ai dû payer la somme de 400 DA pour cette place », affirme une mère de famille, et d'ajouter : « Un jeune m'a, une première fois, réclamé les 200 DA, et quelques instants plus tard se présente un autre jeune pour me réclamer la même somme. » A Bordj El Bahri, notamment à la plage des Ondines, la situation qui prévaut est similaire aux autres sites. En plus du parking qui devient, au delà d'une certaine heure de l'après-midi, la propriété de jeunes qui s'imposent par la force, la plage est également payante. Sous prétexte de location de parasols, des jeunes gens font payer aux estivants le droit à une place sur le sable. Sur un autre registre, à Tamentfoust, le droit à l'exploitation des parkings n'est pas réservé uniquement à l'EGCTU, car l'APC d'El Marsa, dont dépend la localité, a donné l'autorisation à des jeunes du quartier pour exploiter les trottoirs en guise d'aire de stationnement. Les automobilistes qui refusent de s'acquitter des 50 DA auront affaire à l'exploitant qui affiche une allure qui dissuaderait les plus récalcitrants des propriétaires de voiture souvent en compagnie de leurs familles. Les pouvoirs publics de par cette situation anarchique ont démontré leur incapacité à faire appliquer la loi, et ce sont les couches les plus défavorisées qui payent le prix. Jusqu'à quand ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.