COVID-19: fabrication et commercialisation des masques de protection à partir de juin    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    DECES D'EL-YOUSSOUFI : Le président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ALGERIE POSTE : Disponibilité du réseau de l'ordre de 97.3% durant le Ramadhan    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    ORAN : Le wali booste les projets en cours    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    TISSEMSILT : Saisie de stupéfiant dans deux affaires différentes    Accidents de la route: 5 morts et 294 blessés durant les dernières 48 heures    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Le député FLN Abdelmalek Sahraoui bientôt devant le juge    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Covid-19: 360 cas guéris ont quitté les hôpitaux depuis l'apparition de la pandémie    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du confinement sanitaire au «confinement médiatique»
Des laissez-passer aux journalistes pour rejoindre leur poste de travail et le domicile
Publié dans El Watan le 06 - 04 - 2020

Les professionnels des médias ne peuvent travailler durant la période du couvre-feu ou se déplacer vers d'autres wilayas pour rendre compte de la situation. Les laissez-passer que leur délivrent les chefs de daïra leur permettent de rejoindre leur lieu de travail ou leur domicile.
Depuis l'instauration du confinement sanitaire par les autorités, en raison de la pandémie du coronavirus (Covid-19), les médias sont soumis à un laissez-passer pour exercer leur mission de service public, qui consiste à informer l'opinion publique de tout ce qui concerne la crise sanitaire induite par la pandémie du coronavirus (Covid-19). Or, la procédure de délivrance de ce document et les restrictions imposées aux journalistes soumettent ces derniers à un véritable confinement.
Cette décision ne peut être justifiée par le souci de «préserver» la santé des journalistes, sachant que durant les années 1990, lorsque le couvre-feu a été instauré pour des raisons sécuritaires liées au terrorisme, les professionnels des médias circulaient librement, avec un laissez-passer sans aucune restriction.
Aujourd'hui, les organes de presse sont sommés de présenter une liste réduite de leurs journalistes (avec l'exigence de mentionner leur adresse personnelle) au chef de daïra de la circonscription, dans laquelle se trouve leur siège social et où toutes les demandes des vendeurs ambulants, des commerçants, des transporteurs de fruits et légumes etc, sont déposées.
Les représentants des médias doivent donc prendre leur mal en patience pour attendre parfois jusqu'à 48 heures pour obtenir le document qui, finalement, ne sert aucunement le travail de journaliste, puisqu'il indique clairement qu'il a été délivré pour «permettre à son détenteur de rejoindre son lieu de travail et ou de le quitter». Une précision appuyée par la mention de l'adresse personnelle du journaliste. En clair, si le journaliste est arrêté en dehors de l'itinéraire qui relie son lieu de travail à son domicile, il tombe sous le coup de la loi.
Mieux encore. S'il réside en dehors de la wilaya de Blida, il n'a pas le droit d'aller travailler dans cette ville. S'il est détenteur de ce laissez-passer, il ne lui servira à rien. Il sera renvoyé par le premier policier ou gendarme qui contrôle les accès de Blida. Peut-on parler du principe sacré du droit d'informer, lorsque le journaliste est confiné dans son bureau ou chez lui et sommé de servir de caisse de résonnance du gouvernement ?
Le ministre de la Communication, Amar Belhimer, auquel nous avons posé des questions, (voir entretien) ne trouve pas d'intérêt, pour le journaliste de travailler durant le couvre-feu, d'aller par exemple à Blida. Il explique : «Du fait même que les lieux sous couvre-feu n'offrent pas une large palette de sujets à traiter, le laissez-passer, établi par les services des walis délégués, permet de se déplacer, de nuit, de son lieu de travail à son domicile ou vice-versa. En cas de situation exceptionnelle, qui susciterait l'intérêt médiatique et justifierait la nécessité d'informer comprise comme notion de service public minimum, on avisera.
La flexibilité sera alors de mise.» Mieux encore, il estime que «le confinement intéresse davantage les spécialistes, psychologues, psychiatres, sociologues et autres, qui animent les plateaux pour disserter sur les conséquences de l'isolement, surtout si c'est pour filmer des quartiers ou des populations confinées, qui ne constituent point un scoop ou une quelconque révélation».
Le ministre promet aux journalistes «une flexibilité» mais uniquement en cas «de situation exceptionnelle, qui susciterait l'intérêt médiatique et justifierait la nécessité d'informer comprise comme notion de service public minimum». Des réponses qui nous laissent perplexes et montrent que nous sommes dans un confinement sanitaire et médiatique !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.