Algérie-Tunisie-Portugal: le développement de la coopération commerciale examiné à Alger    CHU d'Oran: quatre employés suspendus suite à une erreur sur l'identité de deux personnes décédées    Zitounie: l'Etat déterminé à parachever l'opération de récupération des restes mortuaires des chouhada    Sport-Covid19: les pouvoirs publics rassurent les athlètes bloqués à l'étranger    Barrage de la Renaissance : l'Ethiopie procédera au remplissage du réservoir "même sans accord"    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ouverture du procès de Mahieddine Tahkout    Le général à la retraite Hocine Benhadid honoré    463 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Tizi-Ouzou: la cerisaie menacée par les maladies cryptogamiques    CONSTANTINE : Arrestation de l'auteur d'une vidéo attentatoire à l'EHU    Maroc: le journaliste et militant des droits de l'Homme Omar Radi arrêté    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Nâama: des projets pour désenclaver les zones d'ombre de Moghrar    Football / Transferts : la FAF veut "assainir" le métier d'agent de joueurs    Le Président Tebboune présidera une séance de travail sur l'élaboration du plan de relance socioéconomique    Tebboune s'exprime pour une dynamique de détente plurielle    «Tous les pourparlers sont reportés à la fin de saison»    Onze personnes tuées dans une embuscade dans le Nord-Est    Feu de forêt à Kef-Essebihi    Près de 700 logements tous types confondus attribués à leurs bénéficiaires    Le RCD plaide pour un «débat adulte et loyal»    Un Pissarro définitivement restitué à une famille spoliée durant l'occupation nazie    Deux ministres évoquent un possible "changement de gouvernement"    LE MAMMOUTH À DEGRAISSER    La campagne de vendanges bat son plein à Aïn Témouchent    L'ADE de Médéa croule sous le poids des créances    "J'espère suivre les traces de Bougherara et Gaouaoui"    Israël accélère sa politique de colonisation en Palestine    Tirs de roquettes en direction de la Zone verte de Bagdad    5 000 ouvrages à livrer aux bibliothèques communales d'Oran    Vulgariser le jargon médical auprès du grand public    La situation sociopolitique et sanitaire décortiquée par un diplomate    Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Un moment historique    Le dérisoire des murs    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    Les gens de mon douar    Un jour sur la plage    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»
Le chef de l'état tunisien pique une colère noire
Publié dans El Watan le 27 - 05 - 2020

Rached Ghannouchi sera interrogé par l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) sur les limites à donner à ses actions diplomatiques, le 3 juin prochain, après sa communication téléphonique avec le président du Gouvernement d'union nationale libyenne, Fayez Al Sarraj, juste après les dernières victoires du camp de ce dernier, sur le terrain, en Libye. «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie», avait déclaré le président Saïed, dans son discours aux Tunisiens à l'occasion de l'Aïd.
Comme toujours, c'est la présidente du Parti Destourien Libre (PDL), Abir Moussi, qui a lancé l'alerte, en demandant d'interroger le président de l'ARP, Rached Ghannouchi, suite à son contact téléphonique avec Fayez Al Sarraj. Le PDL a demandé à questionner le président de l'ARP, sur la question. Les députés du PDL ont même organisé un sit-in à l'ARP, pour réclamer le questionnement de Ghannouchi sur le sujet. Mais il avait fallu un communiqué des quatre blocs parlementaires, Qalb Tounes, Tahya Tounes, El Islah (la Réforme) et Al Mostaqbil (l'Avenir), pour que le bureau de l'ARP se décide à tenir la plénière.
Attributions
C'est la 2e fois, en six mois, que Ghannouchi est interrogé. Et c'est toujours en rapport avec ses attributions, en tant que président de l'ARP. La première, ce fut en rapport avec sa visite en Turquie, en janvier dernier, suite à l'échec du Parlement à attribuer la confiance au gouvernement de Habib Jamli. Une séance houleuse a eu lieu, le 19 janvier dernier, pendant laquelle plusieurs blocs parlementaires, dont notamment Qalb Tounes, ont demandé à Ghannouchi de respecter son devoir de réserve, en tant que président de l'ARP, représentant l'Assemblée, non le parti islamiste d'Ennahdha.
Il a été convenu, suite à cette réunion, que le président de l'ARP informe davantage le bureau de l'Assemblée de son ordre du jour, notamment ses déplacements à l'étranger. Mais «il ne faut jamais oublier que Ghannouchi appartient à une secte, qui est les Frères musulmans, et il n'est pas habitué aux pratiques démocratiques», remarque le député Mustapha Ben Ahmed, président du bloc parlementaire de Tahya Tounes, le parti de l'ex-chef de gouvernement, Youssef Chahed. Il est clair que «Ghannouchi et ses alliés ne font que ce qui leur plait», soutient quant à lui l'universitaire et constitutionnaliste, Slim Laghmani.
Mécontentement
Le Président Kais Saied n'a pas digéré que le président de l'ARP, Rached Ghannouchi, exprime une position différente de celle de la neutralité affichée par la République tunisienne dans le dossier libyen. Le pire, c'est que la diplomatie fait partie de la chasse gardée de la présidence de la République, dans les attributions de la Constitution de 2014. Et il a donc fallu que le Président Saied le dise ouvertement dans son allocution télévisée, pour présenter ses félicitations à l'occasion de l'Aid au peuple tunisien. «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie», avait-il martelé, exprimant sa colère face à cette atteinte à ses prérogatives.
Or, l'absence d'une Cour constitutionnelle rend difficile un arbitrage efficace entre les trois têtes de l'Etat, à savoir les présidences de la République, de l'ARP et du gouvernement. Un précédent accrochage avait déjà opposé Ghannouchi à Elyes Fakhfakh, le chef du gouvernement, lorsque ce dernier a refusé d'assister à une réunion du bureau de l'ARP.
La Tunisie peine clairement à asseoir son modèle démocratique. Les divisions au sein de l'ARP rendent compliquée la formation de la Cour constitutionnelle, nécessitant la majorité des deux tiers des membres de l'ARP. Laquelle Cour pourrait vraisemblablement stabiliser le nouveau pouvoir.
Le Président Saied cherche certes à changer le modèle politique, à travers un référendum populaire. Mais cela nécessite, également, d'avoir l'approbation de la majorité des deux tiers de l'ARP. Et si l'on ajoute, encore, la crise socioéconomique, il est clair qu'une décennie n'a pas suffi pour stabiliser le nouveau pouvoir. Pour l'instant, il s'agit donc de délimiter l'attribution des trois présidences.

Tunis
De notre correspondant Mourad Sellami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.