L'amitié entre l'Algérie et la Hongrie pourra être mieux exploitée    Une exposition collective d'arts plastiques inaugurée à Alger    Coronavirus: la majorité des cas positifs à la PCR ont moins de 50 ans    Le Président Tebboune préside jeudi une séance de travail consacrée à l'examen de l'évolution de la situation sanitaire    L'Algérie s'inquiète de la persistance des déplacements forcés dans le monde    Zones d'ombre: plus de 1,7 milliard de DA pour la réalisation de programmes de développement à Rouiba    NAAMA : Saisie de près de 10 quintaux de kif traité    CONFINEMENT PARTIEL A SETIF : Le ministre du commerce donne des instructions d'urgence    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Le président Tebboune instruit le Gouvernement d'entamer l'exploitation de 2 grands gisements de fer et de zinc    LE WALI DE TIARET RASSURE : ‘'5000 logements seront livrés le 1er Novembre prochain''    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    "Le procès d'Ali Ghediri est encore loin et nous espérons la liberté provisoire"    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le président Tebboune reçoit l'ambassadrice de Suède en Algérie    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Laskri annonce son boycott du congrès    Le MSP pour un régime parlementaire    Saisie de 4 090 comprimés psychotropes    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Erigées sur le domaine public: Démolition de trois constructions illicites à Sidi El Houari    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Epidémie du Covid-19 à Béjaïa : Le CHU gère son espace
Publié dans El Watan le 31 - 05 - 2020

La propagation de la Covid-19 met sous pression autant le personnel médical que les structures hospitalières. Le CHU de Béjaïa, qui comprend les deux hôpitaux Khellil Amrane et Frantz Fanon ainsi que la clinique d'accouchement, Mère-Enfant, de Targa Ouzemmour, subit les conséquences de la persistance de la crise sanitaire qui ne connaît toujours pas un recul notable.
Pas plus loin que la veille de l'Aïd, les responsables de l'hôpital Khellil Amrane ont été contraints de transférer un autre service pour renforcer le dispositif d'accueil et de traitement des malades du nouveau coronavirus.
L'établissement a continué à recevoir de nouveaux malades, ce qui lui a imposé le choix de ces réaménagements à l'intérieur de la structure. Après les services de la neurochirurgie et de la médecine interne, le service de l'orthopédie a été aussi versé dans la lutte contre la Covid-19. Pour élargir les capacités d'accueil face aux cas affluant vers l'établissement, le CHU a dégagé de l'espace après avoir transféré le service de la chirurgie infantile (CCI) vers la Clinique Mère-Enfant de Targa Ouzemmour.
Le manque de places a aussi dicté l'installation de box au niveau des Urgences. Si la propagation de l'épidémie perdure, le Centre hospitalo-universitaire sera dans l'obligation de réquisitionner les espaces d'autres services pour la prise en charge des cas contaminés et suspects du Sars-CoV qu'il continue de recevoir. Parallèlement, il devra aussi transférer ces services vers d'autres structures.
Ces réquisitions, transferts et réaménagements forcés, sont une contrainte imposée par le gel du projet de construction d'un CHU qui connaît tant de tergiversations et de retard. Si l'épidémie n'affiche pas une tendance à la baisse, le CHU continuera à gérer le peu d'espace dont il dispose après la saturation de l'hôpital Frantz Fanon et la Clinique Mère-Enfant de Targa Ouzemmour avec ses 64 lits.
Seul le service de réanimation, recevant les malades atteints de détresse respiratoire aiguë, n'est pas encore au maximum de ses capacités d'accueil.
Si le problème d'espace est, pour le moment, plus ou moins gérable, en comptant sur l'apport des structures hors chef-lieu de wilaya dont celles qui sont à réceptionner, le problème du personnel médical et paramédical risque de ne pas l'être.
Chaque service transféré hors structure-mère voit le nombre de son personnel divisé en deux, une moitié restant sur place pour prendre en charge les malades habituels. A croire des professionnels de la santé, le problème se posera autant pour le personnel médical que celui paramédical, les recrutements n'étant pas possibles. «Si les chiffres de l'épidémie viendraient à exploser, nous n'aurons pas les moyens humains pour faire face», nous dit, inquiet, un employé du CHU. Les inquiétudes du personnel médical sont alimentées par le peu de rigueur dans la prévention contre la maladie observé dans la rue. La dernière entorse à la règle sanitaire est le non-respect de l'obligation du port de masque.
Elle s'ajoute aux entorses contre l'éloignement social et tous les gestes barrières. Les deux jours de l'Aïd, l'interdiction formelle de circulation automobile a été un grand vain mot, tout comme continue à l'être par une partie de la population le confinement sanitaire. 572 personnes, 424 véhicules et 64 motos ont été d'ailleurs contrôlés les deux jours de l'Aïd par la police. 43 voitures et 18 motos ont été mises en fourrière, tandis que 108 personnes ont été verbalisées et fait l'objet de «procédure judiciaire». Jusqu'à vendredi dernier, la wilaya a déploré 25 morts de la Covid-19.
La veille, 24 cas ont été confirmés en 24 heures, un chiffre atteint au moment où le laboratoire de dépistage de l'université n'avait pas encore repris ses fonctions après un arrêt faute de kits d'extraction PCR. Ce n'est que jeudi que la reprise a eu lieu après que le laboratoire ait été alimenté en 250 kits importés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.