Nice : C'est la tuile pour Youcef Atal...    Crouch : "Klopp doit absolument arrêter ce cycle horrible"    7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Quelles formes pénales ?    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    "Beaucoup reste à faire"    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Zeghdoud à la barre de l'USMA    Le compte à rebours commence    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    "Nous reprenons confiance"    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ministère de la Culture-syndicats des éditeurs : Au chevet du livre
Publié dans El Watan le 24 - 06 - 2020

A l'initiative de la ministre de la Culture, Malika Bendouda, une rencontre portant sur le livre et de l'édition a été organisée jeudi à Alger entre des cadres du ministère de la Culture, des représentants et professionnels de l'édition pour débattre du marché du livre.
Cette rencontre, consacrée à l'édition et à la chaîne du livre, présidée par le secrétaire général du ministère de tutelle, Hakim Miloud, a regroupé des représentants du Syndicat national des éditeurs du livre (SNEL), Yasser Meziane, secrétaire général et Yacine Abed, 2e vice-président du SNEL, de l'Organisation nationale des éditeurs du livre (Onel) et des cadres du ministère de la Culture.
Les participants à cette rencontre ont abordé les «difficultés entravant le marché et l'industrie du livre en Algérie», particulièrement en cette période exceptionnelle de pandémie du coronavirus, ainsi que les voies de collaboration entre le ministère et les professionnels de l'édition et proposé la mise en place d'une commission mixte constituée du SNEL, ONEL et le ministère de la Culture chargée de centraliser les différentes propositions pour surmonter les problèmes de ce secteur afin de «redynamiser le marché l'édition et revivifier le marché du livre».
Le SNEL avait déjà sollicité le soutien de l'Etat en l'occurrence, le ministère de la Culture, aux éditeurs ayant vu leur activité à l'arrêt depuis quatre mois, conséquences directes du coronavirus. Le ministère de la Culture est à l'écoute de l'appel des éditeurs du livre. Donc, l'ordre du jour de cette commission portait aussi sur la proposition de préparation d'un programme des salons nationaux du livre prévus à Ouargla, Tamanrasset, Oran, Batna, Constantine, Tizi Ouzou et Alger, notamment dans les zones éparses car il s'agit d'amener le livre au citoyen comme droit à l'acte culturel, ainsi que l'éventuel achat des livres par les directions de la culture.
«Soutenir les jeunes et moyens éditeurs pour qu'ils ne fassent pas faillite»
A la question de la faisabilité de cette proposition, le président du Syndicat national des éditeurs du livre (SNEL existant depuis 25 ans), Ahmed Madi, déclarera : «Il n'y a pas un éditeur qui n'a pas un stock de livres. Je remercie Mme la ministre de la Culture, Malika Bendouda, de nous avoir écoutés et répondu rapidement à nos doléances en provoquant cette rencontre.
Le SNEL a déjà commencé à contacter tous les éditeurs sans exception ni exclusion pour nous remettre les listes d'ouvrages pour les soumettre au ministère de la Culture. Jeudi prochain, la commission mixte se réunira et sera à pied d'œuvre à propos du programme des salons du livre nationaux, avec toutes les drastiques mesures sanitaires anti-coronavirus, qui en marge, abriteront des conférences, des ateliers de lecture et écriture, des espaces d'expression de matières d'éveil pour les enfants, des récitals poétiques...
L'action du ministère de la Culture est à saluer, mais il faut aussi que les autres ministères suivent l'exemple du ministère de la Culture. J'interpelle le ministère de l'Enseignement supérieur pour l'achat d'ouvrages didactiques et pédagogiques pour la rentrée universitaire d'octobre 2020. Les ministères de l'Eduction nationale sont concernés par l'achat de livres parascolaires, le ministère du Tourisme, pour la saison estivale (tourisme culturel, proposition d'un corner, coin livresque dans les établissements hôteliers)...
La plupart des éditeurs possèdent des imprimeries qui sont à l'arrêt depuis quatre mois. La solution la voici. L'ONPS, (Office National des Publications Scolaires) dépendant imprime huit millions d'ouvrages, d'exemplaires mais chez uniquement quatre éditeurs, quatre imprimeurs sous-traitant avec d'autres. Je considère cela comme une injustice, une exclusion.
Pourtant, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, l'a dit et répété, il est désormais temps d'édifier une nouvelle république et soutenir les jeunes et moyens imprimeurs, éditeurs pour qu'ils ne fassent pas faillite.»
«ENCOURAGER LES LIBRAIRES»
Les libraires dans le monde, comment sont-ils soutenus ? Par des avantages, mais par la vente de manuels scolaires pour la fluidité avec une remise de 25%. On encourage les libraires. Nous attendions aussi que le Parlement évoque le livre et l'édition dans ses séances de travail. Est-ce normal ? Nous demandons à présent l'exonération totale des taxes sur les matières premières du livre. C'est une chose facile. Il faut l'introduire dans la loi de finances complémentaire...
En avril 2020, le Syndicat national des éditeurs du livre (SNEL), en collaboration avec le ministère de la Culture et le groupe HTT (hôtellerie, tourisme et thermalisme) avaie lancé une action livresque, inaugurée par Mme Malika Bendouda, ministre de la Culture, en solidarité avec les citoyens rapatriés depuis la France et l'Espagne, mis en confinement temporaire dans des hôtels, suite à la pandémie du coronavirus. 10 000 ouvrages seront offerts aux confinés du complexe touristique EGTC des Andalouses (Oran), des hôtels Matares (Tipasa), Mazafran (Zeralda), El Riad (Sidi Fredj).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.