Conseil des ministres: Le projet d'ordonnance sur le Régime électoral adopté    Environnement hostile    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Abderrahmane Benkhalfa: «Passer à une stratégie de lobbying international»    Ligue 1 - Mise à jour: Le CRB avec quel état d'esprit ?    MC Oran: Un statut à fructifier    ASO Chlef: Un club à la dérive !    Chlef: Sept morts et trois disparus dans des inondations    Tizi Ouzou: Un véhicule prend feu, 7 personnes brûlées    Constantine: Trois morts et deux blessés dans un accident de la route    Les efforts de l'Etat nécessitent une contribution des différents partenaires    Les partis politiques s'y préparent    Abrégée et interdite aux femmes et aux enfants    130 nouveaux cas confirmés, 03 morts et 118 guérisons    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Ramos a trois semaines pour trancher    Brèves Omnisports    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Un webinaire international organisé mercredi    Le président Tebboune présente ses condoléances    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    Les propriétaires réinvestissent la rue    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    «Le vieux renard» revient à bouzeguène    Le double combat de la femme algérienne    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Sabri Boukadoum en visite au Togo    Entrepreneuriat féminin: un concours pour valoriser les femmes créatrices de richesse    CAN-2021 (U17) : "L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc"    Pour un manifeste des femmes algériennes    Futur parti pour une majorité présidentielle?    La militante sultana khaya victime d'une tentative d'élimination physique    Le Président Tebboune présente ses condoléances à son homologue sahraoui suite au décès de sa mère    Ligue 1 CRB-CSC : le Chabab pour renouer avec la victoire    L'heure du bilan    Actuculte    Scènes de guérilla urbaine après l'arrestation d'un opposant    Au moins 90 morts dans des combats à Marib    Mechichi tente l'apaisement    Le «tintamarre» Yasmina Khadra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Madi. Président du Syndicat national des éditeurs du livre (SNEL) : «Il faudrait créer une nouvelle politique culturelle»
Publié dans El Watan le 27 - 05 - 2020

Ahmed Madi, président du Syndicat des éditeurs du livre(SNEL), tire la sonnette d'alarme sur «l'effet coronavirus» dévastateur sur l'édition et la chaîne du livre. Les éditeurs, les imprimeurs, les librairies, les distributeurs sont à l'arrêt. Le livre numérique s'impose ainsi que d'autres mesures d'urgence
Entretien réalisé par K. Smail

-Une grande et alarmante inquiétude gagne les éditeurs du livres, depuis trois mois, marquée par la crise sanitaire due à la pandémie du coronavirus…
Oui, effectivement, une grande inquiétude est palpable chez les éditeurs du livre, les libraires. Elle est grandissante. Déjà que le secteur de l'édition éprouve d'énormes difficultés, il est miné par un coronavirus, avant l'heure, dont la contamination a été entretenue pas les décideurs culturels de la «issaba» (le gang du régime de Bouteflika). Ceux qui sont en détention aujourd'hui ou justiciables actuellement. Ils nous mentaient en avançant l'alibi de l'austérité. Alors que les fonds ont été détournés de leur vocation initiale.
Depuis, trois mois, l'industrie du livre est à l'arrêt. Les éditeurs, les imprimeurs et les imprimeries, les librairies, les distributeurs sont à l'arrêt. Mais malgré cette situation alarmante, tant bien que mal, nous continuons à rétribuer nos salariés, nos employés. Nous n'avons pas le droit de les mettre au chômage. Le personnel des éditeurs privés et étatiques est estimé à 5 jusqu'à 500 employés (ANEP, ENAG, OPU…).Ces derniers ont des familles auxquelles ils subviennent. Ils sont considérés comme des membres de la famille.
Nous nous arrangeons. Mais combien de temps allons-nous résister à cette situation déficitaire ? On ne peut pas non plus interpeller uniquement le ministère de la Culture. Sont concernés, les ministères de l'Education, l'Enseignement Supérieur, la Jeunesse et des Sports dont les maisons de la Jeunesse abritent des bibliothèques, un coin livresque…
-Les décideurs culturels, le gouvernement est interpellé…
Personne au gouvernement n'évoque la crise du livre. Et en particulier le ministère de la Culture qui est concerné au premier chef. Nous avons 48 wilayas, 48 directions de la Culture, 48 bibliothèques principales à travers le territoire national. Toutes ces structures possèdent un fonds réservé à l'achat de livres. Elles peuvent soutenir le livre en achetant des ouvrages multidisciplinaires. Pour soulager un peu la condition des éditeurs, imprimeurs, distributeurs et bien sûr les libraires. L'édition se trouve dans un état «comateux». Nous ne pouvons pas tenir encore plus. Sinon, nous allons déclarer faillite, si nous continuons à ce rythme.
-Il faudrait un plan d'envergure, d'urgence…
L'Etat devrait octroyer un crédit sans intérêts par rapport à la chaîne du livre. Pour éviter la faillite, la banqueroute et continuer à œuvrer dans le secteur du livre. Chaque éditeur devrait bénéficier d'un crédit exonéré alloué dans le cadre du soutien et la promotion du livre. Dans ce confinement, l'universitaire, le lycéen, l'écolier, le citoyen lambda a besoin d'un livre, d'un manuel scolaire, d'un ouvrage didactique, d'un roman… Le ministère de la Culture devrait donner une instruction claire et transparente à cet effet. L'Etat devrait encourager cette proposition, cette mesure. Il faut rappeler, qu'il s'agit d'un crédit, d'un emprunt. Ce n'est pas une donation.
-Les éditeurs vont inévitablement revoir leurs sorties de livre à la baisse…Voire même les reporter à l'année prochaine ?
L'année 2020, est une année blanche pour les éditeurs, les imprimeurs sont à l'arrêt et les librairies sont fermées ou vides. Une menace pèse sur eux. Les distributeurs sont à l'arrêt aussi. Ils ne peuvent pas se déplacer avec les mesures strictes de confinement depuis trois mois. Une perte de chiffre d'affaires énorme. Ils sont déficitaires à 100%. Et les éditeurs des ouvrages parascolaires à 200%. Parce que les écoles sont fermées. Il faudrait créer une nouvelle politique culturelle. Le soutien de l'Etat est essentiel. Ce n'est pas de la «mendicité». L'Etat est un partenaire et nous lui faisons confiance sur ce volet portant sur la crise de la chaîne du livre.
-La pandémie du coronavirus a été un accélérateur du livre numérique en Algérie…
Récemment, on a procédé à une étude portant sur le livre numérique. Mais il faut une loi ferme. L'éditeur et l'auteur doivent être protégés. Là, l'Office national des droits d'auteurs (ONDA) est concerné. Il y a aussi le problème du e-payment qui surgit, la carte de crédit. Il faudrait un nouveau mécanisme bancaire ou autres concernant le payement électronique et notamment à travers Amazon.
Personnellement, je concerte des éditeurs algériens et étrangers sur l'effet «Coronavirus» sur le livre et celui numérique. Une réflexion commune. Nous pensons à une tribune, une plateforme livresque numérique, une proposition de l'Union des éditeurs arabes dont nous sommes membres. Un salon numérique où on peut commander et acheter un ouvrage d'un auteur algérien, marocain, syrien, égyptien…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.