Djerad: lutter contre la bureaucratie pour "un avenir meilleur"    Séisme à Mila: plus de 3.100 constructions inspectées à travers les zones sinistrées    Installation de la nouvelle présidente et du nouveau procureur général à la Cour d'Ain Temouchent    Huit ans de prison ferme contre Wassiny Bouazza    Foot: les clubs contestataires de la LNFA et de la LIRF introduisent des recours    ECOLE SUPERIEURE DE LA GN DE ZERALDA : Sortie de la 07ème promotion d'officiers    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    Le procès de Baha Eddine Tliba reporté    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent le vaccin    Quatre walis testés positif au coronavirus    495 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    Les habitants de Jijel redécouvrent la splendeur de la nature loin des plages    REOUVERTURE GRADUELLE DES PLAGES : Toutes les conditions sont réunies à Mostaganem    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché
Publié dans El Watan le 04 - 07 - 2020

C'est le fruit de plus de cinquante ans de poésie de Mohamed Saïd Gaci, ancien chanteur également. Son recueil de poèmes intitulé Agerruj Yeffren ou le trésor caché, vient de paraître dans les éditions Assirem à Bouira.
Cent dix-huit anciens poèmes rédigés à partir de la fin des années 1960 et traitant différentes thématiques. Des poèmes de la vie sur la vie pleins de sagesse et de leçons. «Je n'ai pas cherché un gain pécuniaire.
On sait tous que la poésie ne fait pas vivre. C'est beaucoup plus pour faire connaître ma poésie et honorer mon engagement après de tous ceux qui m'ont connu et qui n'ont cessé de m'encourager à écrire et surtout à éditer. Je cite les défunts grands artistes Medjahed Mohamed Ameziane, Guerroudj Rabah, Ben Hanafi, Ouarab Hocine, et autres que j'avais côtoyés.
C'était à l'époque où je passais sur les ondes des émissions de la Chaîne II de la Radio algérienne», dira le poète. Mohamed Saïd, actuellement à la retraite, passe tout son temps à cultiver son jardin sis dans la commune de Chorfa, à l'est de la wilaya de Bouira.
C'est dans le calme et au milieu de la nature qu'il trouve l'inspiration. «Je crois que c'est le cas pour la plupart des poètes. La solitude est créatrice», insiste-t-il à dire.
En 1972, Mohamed Said avait déjà fait un pas dans le monde de la chanson en enregistrant un disque 33 tours contenant deux titres, chez la maison d'édition Oasis. «Je n'avais plus les moyens pour continuer à cette époque où l'on n'encourageait plus l'art et les artistes. J'ai abandonné la chanson et j'ai gardé la passion de l'écriture poétique qui coule toujours dans mes veines», se rappelle-t-il.
«J'ai encore plein de nouveaux poèmes»
Le poète a ainsi marqué une longue pause avant de revenir sur la scène, puisqu'en 1989 il sort une cassette dont le titre est Amekar Tezhoud a yul (O mon cœur ! Comment peut-on être heureux !). L'album contenait aussi deux chansons et plusieurs poèmes récités dans lesquels il décrivait l'état des lieux de l'Algérie des années 1980 avec tous ses bouleversements. Après ce deuxième pas dans la chanson, le poète décide de rompre avec le monde de la musique, mais toujours pas avec le verbe.
Pendant les trois décennies suivantes, il n'avait jamais cessé d'écrire. «J'ai encore plein de nouveaux poèmes qui seront édités prochainement. Chacun s'y trouvera dedans, un poème le touchera peut-être», conclue-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.