Editions Casbah. « L'Outrage fait à Sarah Ikker », nouveau roman de Yasmina Khadra    Crise politique et crise de nerfs    Le refus d'encadrer la présidentielle entériné    Suggestions pour un système électoral sans fraude    La semaine du titre pour le Barça ?    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    L'arbitre assistant Doulache va témoigner devant la CD/LFP    1 décès et 5 blessés graves lors d'un renversement d'un véhicule    Masques spécial peaux grasses et sèches    Paëlla    Le pouvoir maintient sa feuille de route    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    El Braya: Un homme mortellement poignardé    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    GCB Mascara Le handballeur Tomba Ali n'est plus    Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    La mobilisation populaire intacte    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Manifestations devant le QG de l'armée    La date sera fixée dimanche    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Libye.. Les combats continuent    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'exil et le poète
SLIMANE AZEM
Publié dans L'Expression le 02 - 08 - 2009

Le seul regret est que des jeunes de moins de trente ans ne connaissent, dans leur grande majorité, que peu ou rien de ce maître.
Slimane Azem a vécu exilé. Il est mort loin de sa terre natale au moment où ses chansons constituaient une bouffée d'oxygène pour ses fans auxquels on ne servait que les chansons des artistes aux ordres. En dépit d'un talent indéniable, Slimane Azem est demeuré, pendant des années, un artiste indésirable. C'est un chanteur qu'on présentait à l'époque comme «grand» qui ajouta, au stylo, son nom à la liste des artistes indésirables de la radio Chaîne II. Pour lui avoir rendu un hommage dans sa chanson Ifenanen, Lounès Matoub a subi le même sort. Suite à son premier passage à la radio, l'animateur chanteur lui signifia sèchement que sa voix n'était pas faite pour la chanson. Slimane Azem, contre vent et marées, a pu s'imposer comme l'un des plus grands poètes kabyles. Il a composé des centaines de chansons, qui demeurent des chefs-d'oeuvre malgré le changement de génération. S'il n'est plus aussi écouté qu'avant, il demeure un repère aux vrais artistes, tout comme Cheikh El Hasnaoui.
Slimane Azem est un pilier de l'art
Sur le plan poétique, il est de la trempe de Si Mohand Ou Mhand et de Lounès Matoub. A l'instar de ce dernier, que l'on pourrait qualifier d'élève malgré sa grandeur, Slimane Azem ne s'est jamais compromis, quelle que soit la contrepartie. Il a opté pour la voix de la liberté. Il a payé de sa chair ce choix d'indépendance mais il a gagné le coeur du public qui le considère comme un artiste honnête. Plusieurs travaux universitaires ont été réalisés sur Slimane Azem. Le livre le plus accompli est sans doute celui écrit par Youssef Necib. Pendant une quarantaine d'années, Youssef Necib a travaillé sur la tradition orale en Algérie. C'est un livre de 700 pages qu'il a consacré à Slimane Azem qu'il présente comme l'un des plus grands poètes d'expression amazighe. L'auteur a traduit en langue française plus de cent cinquante poèmes de Slimane Azem. De même que sur cent cinquante pages, il analyse et compare l'oeuvre du poète d'Agouni Gueghrane, près des Ouadhias (Tizi Ouzou). En effet, la diversité thématique de la poésie de Slimane Azem a été l'occasion pour Necib de faire le parallèle entre ce qui est chanté par ce poète et ce qui est vécu dans sa société. De l'enfance jusqu'à l'exil, la poésie de Slimane Azem déroule la vie de milliers de Kabyles à une époque où la fontaine du village revêtait encore une symbolique importante. Ce n'est donc point un hasard si Slimane Azem consacre l'une de ses plus célèbres chansons à ce lieu mythique. Contrairement à d'autres poètes et même écrivains (Mouloud Feraoun, entre autres), Slimane Azem ne réduit pas Tala (la fontaine) au seul rôle de témoin des amours interdites à une époque chaste. Pour Slimane Azem, la fontaine est un cordon ombilical qui relie l'homme à sa terre nourricière. Une fois en exil, c'est cette fontaine qui constitue le témoin de sa solitude. Ainsi, la fontaine, présente ou absente, reste un élément de la personnalité du Kabyle de l'époque. Pour l'écrivain Youssef Necib, «les mythes et les légendes reçus et fixés par son enfance, qu'ils aient trait à de mystérieux gardiens de différents lieux ou à des saints gardiens des valeurs morales codifiées par le groupe, déterminent en partie les croyances, la personnalité et la conduite de Slimane Azem».
L'exil est un thème récurrent chez Slimane Azem. Dans plusieurs chansons, il dit les contradictions infinies qui habitent l'âme de l'émigré. Dans Anetsruhu netsughal, A Muh a Muh, D'aghriv davarani, Aâssas n tala...,Slimane Azem, tout en soupirant son malheur d'être privé de son pays, reflète aussi la déconfiture de milliers d'Algériens sous l'emprise de la même situation que lui: «O gardien de la source, me voici en triste état, mon coeur désire mon pays et ma chance le lui refuse». On retrouve, de façon fréquente, cette ambivalence entre les mots et les sens dans la poésie de Slimane Azem. Dans la chanson, Uliw, on assiste à un monologue intérieur de l'exilé où deux désirs antinomiques ne cessent de se débattre en prenant en otage le poète. Ce dernier se demande pourquoi il ne peut trancher entre l'envie de partir et celle de rester. Grâce à un jeu de mots génial, le poète réussit à restituer ses pensées contradictoires: «Sans cesse, mon coeur se demande s'il doit rester ou partir. S'il reste, il veut partir. Il n'est pas plus resté que parti. Ni plus parti que resté».
Le jeu de mots ne s'arrête pas au premier couplet. Slimane Azem continue à interroger les mots pour exprimer ses maux: «Il me consulta, je lui dis reste, en fait il voulait partir, donc je lui dis pars, alors qu'il voulait rester, je lui dis pars et il veut rester, je lui dis reste et il veut partir, s'il avait quelque bon guide, il pourrait rester ou partir». Dans la traduction, le poème perd quelque peu de son âme. Dans sa version kabyle, le texte est sublime. Contrairement à Cheikh El Hasnaoui ou à Lounès Matoub, la poésie de Slimane Azem n'est pas trop sentimentale, ni anticonformiste. Slimane Azem use de la morale et de la raison. C'est ce qui fait que certain de ses textes, même empreints de douleur, sont plutôt d'essence philosophique, comme c'est le cas de Ur iruh ur yeqqim. On retrouve cette touche philosophique dans des textes n'ayant pas trait à l'exil comme dans la chanson A yul iw henni yi. Dans ce poème, il est aussi question des contradictions du coeur avec la raison. Ici, le poète s'adresse à son coeur comme s'il s'agissait carrément d'une autre personne ou d'un adversaire honni. Le poète accable son coeur de reproches et lui impute tous ses déboires car il a toujours désiré ce qui est compliqué et voulu tout avoir en même temps.
Marqué par les Fables de La Fontaine
Slimane Azem a réservé une bonne part de son oeuvre à des poèmes où les animaux symbolisent des tas de choses.
L'hirondelle est son poème le plus connu dans cette catégorie. L'hirondelle est envoyée par le poète pour explorer les cieux de la Kabylie qui lui manquent tant.
«Le taon», «La grenouille de la mare», «Criquets hors de ma terre!...», sont autant de textes où l'influence des Fables de La Fontaine se fait le plus sentir. Un autre point sensible qui fait la différence entre Matoub et El Hasnaoui d'une part et Slimane Azem d'autre part: il s'agit de la chanson d'amour. De tout son répertoire, on ne retrouve que deux chansons d'amour: Atas ay sevregh et Kem akc dnek. Dans cette dernière, on découvre aussi un jeu de mots avec des vers laconiques, composés parfois de deux mots mais pleins de sens. Ce poème est présenté sous forme de dialogues entre deux amoureux. Il s'agit de déclarations d'amour sous différentes formes tandis que dans Attas ay sevregh, il est plutôt question du cri du coeur d'une femme esseulée au village avec la promesse non tenue du retour et de la félicité. L'homme parti à l'étranger, n'est plus revenu.
La femme reçoit des nouvelles négatives qui ne laissent poindre aucun espoir. Slimane Azem a beaucoup chanté sur le temps et les temps révolus. Ce qui est parti ne reviendra plus.
Le beau fait toujours partie du passé. Dans ce chapitre, la morale occupe une grande place puisque le poète dit que les valeurs faisaient désormais partie des souvenirs lointains. Ce genre de texte, on le retrouve bien plus tard dans le célèbre poème Iluhqed Zhir de Matoub Lounès. Dans ce dernier également, le poète de Taourirt Moussa déplore la dégradation des valeurs kabyles et le recul enregistré par la langue kabyle. En faisant ce parallèle, l'objectif est de mettre en relief l'influence qu'a eue Slimane Azem sur les grands artistes des générations qui l'ont suivi comme Matoub Lounès ou Kamel Messaoudi. Ces derniers ont repris des mélodies de Slimane Azem. Kamel Messaoudi a complètement repris la chanson Saha di lwaqt aghedar (musique et textes). Alors que Matoub Lounès a préféré écrire ses propres textes en conservant les musiques du maître adulé et respecté. Dans la majorité des cas, Matoub utilise les compositions musicales de Slimane Azem pour dénoncer l'exclusion dont ce dernier avait fait objet à l'époque du parti unique. Matoub a été d'ailleurs le seul homme public à avoir critiqué l'ostracisme contre Azem. Dans l'une de ses premières cassettes, Matoub se fait messager de Slimane Azem. Il s'agit de la chanson Aâmi Slimane. Matoub invite Azem à rentrer au pays dans le prélude. Puis il donne la parole à Azem, tout au long de la chanson, afin que ce dernier puisse dire tout ce qui lui fait mal du fait de ne pouvoir retourner au bercail. Après sa mort en 1983, Matoub chante avec rage. Il édite un album qu'il intitule carrément Tamsalt n Slimane (L'affaire de Slimane). Puis en 1988, Matoub compose une chanson où il fait le constat de la régression de la chanson et de la poésie kabyle. Là, Matoub réussit la prouesse d'avoir combiné deux musiques, l'une d'El Hasnaoui et l'autre de Azem. Une première! Dans le même album, Matoub a repris la musique de la chanson de Azem Daghriv davarani, en détournant le poème qu'il transforma en complainte du poète exilé. Slimane Azem reste un repère incontournable et indétrônable dans la culture orale kabyle, et même écrite puisque son oeuvre est disponible dans des livres.
Le seul regret est que des jeunes de moins de trente ans ne connaissent, dans leur grande majorité, que peu ou rien de ce maître. Ceci, bien que ses cassettes continuent à occuper les premières places des ventes en Kabylie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.