75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    La confrérie Tidjanie joue un rôle important dans la propagation des valeurs de l'Islam et de la paix    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    La bataille du siège entre au tribunal    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La méditerranée, une spécificité dans le changement climatique
Publié dans El Watan le 09 - 07 - 2020

IL existe dans la région méditerranéenne une sensibilité particulière au réchauffement climatique. C'est ce que vient de révéler la revue Journal of Climate de la Société américaine de météorologie (AMS) avec la publication d'une équipe de chercheurs du prestigieux Massachussetts Institut of Technologie (MIT) dont les résultats indiquent que la Méditerranée ne répondrait pas au scénario classique du changement climatique prédit pour le reste du monde.
Les différents modèles climatiques se rejoignent sur une augmentation globale des températures et des précipitations pour la plupart des régions, l'air chaud étant capable de transporter plus de vapeur d'eau. Le site Futura qui reprend les résultats de l'étude, souligne que les scénarios existants pour la région méditerranéenne ne s'accordent pas, mais tous prédisent «une dégradation des conditions climatiques dans le bassin méditerranéen dans les décennies à venir avec une réduction moyenne de 40% des précipitations». Ce serait cette imprécision des modèles qui donnent entre 10% à 60% de réduction qui a poussé l'équipe du MIT à mieux comprendre les processus du réchauffement dans cette zone.
Il y a, selon les chercheurs, une spécificité pour la région, sa localisation qui la place sous les effets conjugués de deux phénomènes atmosphériques. Celui du courant jet (jet stream en anglais) qui circule d'Ouest entre 10 et 20 km d'altitude au-dessus des moyennes latitudes. Il voyage à travers l'Europe, l'Asie, et jusqu'en Amérique du Nord et à mesure que le climat change, la force de ce courant augmente, créant une alternance de vagues de pression lorsque celui-ci rencontre des obstacles.
Le relief influence le jet stream
Le coauteur de cette publication, Alexandre Tuel, explique que le courant jet est influencé par des chaînes de montagnes qui entourent le bassin. Ce relief crée une zone de haute pression au-dessus de la Méditerranée associée à des températures plus élevées et à un temps plus sec. Le second phénomène relevé par l'équipe du MIT est la différence de température entre la terre et la mer. Elle conditionne les vents et décroît lorsque que les températures augmentent. «Les projections prévoient une hausse de seulement 2 °C pour la mer, contre 3 à 4 °C pour les terres durant le prochain siècle.»
Un écart qui s'ajoute aux effets du courant jet. L'augmentation des températures moyennes de 2°C serait à l'origine de vagues de chaleur extrêmes et de sécheresses plus fréquentes et plus longues, de feux de forêt plus nombreux. Des chutes de précipitations et des épisodes caniculaires commencent déjà à être observées dans la région. Le Maroc en Afrique du Nord-Ouest, la Turquie et le Levant dans la partie orientale seront les plus durement touchés par ces changements.
La hausse de la température affecterait les réserves d'eau douce, les activités agricoles et le tourisme. La côte méditerranéenne est la destination touristique la plus populaire du monde, captant 30 % des flux touristiques et des revenus du tourisme mondial. Tous ces facteurs, directement ou indirectement, pourraient détourner les estivants de cette zone.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.