Installation du nouveau président de la Cour d'Alger    BNA: lancement de la Finance Islamique dans deux autres agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Le choc !    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





On vous le dit
Publié dans El Watan le 12 - 07 - 2020

La promenade de l'îlot des chèvres fermée à Skikda à cause de la Covid-19
Désormais, les citoyens ne pourront plus profiter des brises marines le long de la corniche Est de la ville de Skikda. Une décision communale (une première à Skikda) vient d'être rendue publique interdisant le stationnement de tout véhicule le long de cette avenue, connue sous l'appellation Route de l'îlot des chèvres. Des garde-fous ont d'ailleurs été mis en place de façon à empêcher tout stationnement.
Cette rue est devenue, depuis la fermeture de la Marina de Stora, une zone de concentration des citoyens et une destination de choix pour des centaines de familles qui, chaque soir, viennent garer leur véhicule le long du trottoir et entamer leur promenade.
Cette décision semble avoir été prise pour minimiser, un tant soit peu, les risques de contamination dans une ville qui représente aujourd'hui un véritable foyer de la Covid-19 dans la wilaya de Skikda. Une ville où la situation risque encore de s'aggraver si on ne réagit pas pendant qu'il est encore temps. Une ville où les bazars de babioles et autres produits qui pullulent à tout bout de rue constituent de véritables ruches de contamination. A elle seule, la ville de Skikda comptabilise 67 cas positifs et les choses risquent encore de s'aggraver dans les prochains jours. Le personnel médical de l'hôpital des frères Guermech ne cesse d'attirer l'attention sur les réseaux sociaux. En dépit des démarches entreprises par la direction de la santé dans sa lutte contre cette infection, la situation risque d'échapper à tout contrôle sanitaire. Le travail de lutte doit se faire plutôt en amont et les pouvoirs publics sont interpellés pour agir avant qu'il ne soit trop tard.
Le télétravail fait grimper le marché mondial des ordinateurs portables
Surpris par la pandémie et forcés de travailler de la maison pendant des semaines, entreprises et particuliers se sont rués partout dans le monde sur l'ordinateur personnel, qui vivotait à l'ombre de la technologie mobile. Les chiffres publiés par Gartner & international data corporation (IDC) ont montré que les livraisons de stations fixes, ordinateurs portables et autres postes de travail ont augmenté au deuxième trimestre, une fois surmontées les difficultés dans la chaîne d'approvisionnement créées par la pandémie. «La forte demande due au télétravail tout comme l'enseignement en ligne ont dépassé les attentes et ont remis le PC au centre de la palette du portefeuille du consommateur informatique», note Jitesh Ubrani, responsable recherche chez IDC Mobile Device Trackers.
Covid-19 : la Californie va libérer 8000 prisonniers supplémentaires
La Californie va libérer jusqu'à 8000 prisonniers supplémentaires afin de réduire la propagation du nouveau coronavirus dans ses établissements pénitentiaires surpeuplés, ont annoncé les autorités de cet Etat américain particulièrement touché par la pandémie. Ces prisonniers pourront prétendre à une libération anticipée d'ici fin août, rejoignant ainsi les 10 000 autres déjà libérés depuis le début de la crise sanitaire, a précisé vendredi le département californien chargé de l'administration pénitentiaire, cité par des médias. «Ces initiatives visent à assurer la santé et la sécurité de la population incarcérée et du personnel», a déclaré dans un communiqué le directeur du département, Ralph Diaz.
Inquiétudes après l'autorisation d'élever tigres et pangolins en Birmanie
L'autorisation récente en Birmanie de l'élevage à des fins commerciales de tigres, pangolins et autres animaux d'espèces en danger suscite l'inquiétude des défenseurs de l'environnement qui redoutent de voir augmenter les trafics pour répondre à la demande chinoise. Ce pays d'Asie du Sud-Est sert déjà de plateforme au commerce illégal d'animaux sauvages qui représente selon des estimations 20 milliards de dollars au total dans le monde. En juin, le ministère chargé des Forêts a donné discrètement son feu vert aux zoos privés afin qu'ils puissent présenter des demandes d'autorisation d'élevage pour 90 espèces dont plus de 20 en danger ou au bord de l'extinction.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.