Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zabor ou les psaumes : langage et liberté
Publié dans El Watan le 12 - 07 - 2020

Le lettré est le principal garant et défenseur de la triple liberté de pensée, de parole et d'action. Dans Lire, écrire et être libre, José Morais affirme que la pratique de la littératie (lecture-écriture) constitue la condition sine qua non pour la construction d'une démocratie solide visant un «devenir lettré» et, par ricochet, un devenir libre.
Le deuxième roman de Kamel Daoud, Zabor ou Les psaumes, laisse entrevoir une sorte de pratique productive de la littératie. Le roman retrace l'histoire de Zabor, un jeune qui, muni d'une langue et d'une plume, part dans une quête pour essayer de vaincre la mort et la déchéance des âmes.
Peut-on sauver le monde et se sauver soi-même par un livre ?
Zabor ou Les psaumes est un roman qui raconte la formation d'une âme torturée par la société, par la condition sociale et religieuse. Une âme qui se délivre par la découverte de la force et des puissances telluriques de la langue, de l'écriture et du corps.
Le corps, la langue et l'écriture vont former un triptyque tout au long du roman, inventant ainsi une manière libre et radicale de lutter contre la mort des âmes, par la force de l'écriture et de l'imagination. Ce roman est un long voyage lyrique et poétique, traversé par les figures mythiques des livres sacrés, bibliques surtout. Le but de son auteur est d'essayer de répondre à une très vieille question que l'humanité s'est toujours posée :
«Peut-on sauver le monde par un livre ?»
Telle est l'obsession de Zabor, le héros du roman. Kamel Daoud dira plus tard à propos de son propre roman : «Zabor était un livre de recensement fabuleux et indispensable et je dois raconter l'histoire de mon naufrage. Cela sauvera quelqu'un quelque part.» L'histoire que tisse le romancier à la plume affûtée va se confondre au fil du récit avec celle de Noé, de Jonas ou même celle du roi David qui prêchait vainement ses psaumes, pour un peuple incapable d'écoute et de compréhension. Le roman de Kamel Daoud s'ouvre sur un énoncé dont le sens est extrêmement profond : «Ecrire est la seule ruse efficace contre la mort».
Autrement dit, toute pratique de la littératie est susceptible de sauver le monde. Il annonce, dès le début de son roman, que l'acte de prendre une plume, de penser à immortaliser des idées, de les fixer en noircissant des pages, est un acte de citoyenneté, un acte civique. C'est aussi un acte qui fait vivre éternellement des personnes, plongées dans l'oisiveté de l'analphabétisme et de l'inculture.
Ces vices constituent le terreau fertile de l'obscurantisme, surtout religieux. Le héros de Zabor ou les psaumes estime qu'il est le seul à avoir trouvé le remède face à la mort, par ce geste salvateur qui fait revivre les morts, le geste de l'acte d'écrire.
Il affirme que tous ceux qui ont essayé des prières, des versets en boucle, de la magie, des médicaments ont échoué : être sauvé de la mort, c'est lorsque l'on rejoint via l'écriture l'immense béance idéelle de ceux qui ont lu, pensé et écrit.
Zabor est ce jeune homme, maigre et courbé, vivant (bravo ici tu as bien employé le participe) dans un village, Aboukir, situé entre la mer et le désert. Il a décidé d'immuniser les gens de son village contre la mort, en écrivant leurs différentes histoires. L'écriture est sa révélation, son don par lequel il réalise des miracles : vaincre la mort.
De plus, ce don a un médium spécifique qui est la langue française par laquelle Zabor peut échapper au sacré, à la morale et à la censure qui frappent sa langue maternelle.
Le français est pour lui une langue de l'exil, du voyage, de la sensualité. Elle peut rendre compte du corps de désirs. C'est une langue du vers et non du verset. Zabor écrit ses livres «dans une langue étrangère qui guérissait les agonisants et qui préservait le prestige des anciens colons». «Les médecins l'utilisaient pour leurs ordonnances, mais aussi les hommes du pouvoir, les nouveaux maîtres du pays et les films immortels.
Pouvait-elle être sacrée comme si elle descendait du ciel ? Personne n'avait de réponse et on hochait la tête comme face à une vieille idole en marbre ou lorsqu'on passait près du cimetière des Français, à l'est. Le village n'était pas grand et ses conversations étaient rarement secrètes(1)», lit-on dans le roman.
Mais pourquoi une langue du vers ? Zabor veut renverser la formule du Livre et du Savoir Sacré dont le premier mot dit «Lis». Cette première injonction lui pose problème puisqu'il estime qu'il n'y a rien à lire quand rien n'est écrit. A la place du mot «lis», il préfère mettre le mot «écris» en lui assignant la mission d'échapper à la fatalité du destin et de contrer l'arbitraire de la religion. Ecrire sa vie pour ensuite la lire. Le verbe écrire est devenu la Loi de sa vie, ses dix commandements.
Pour lui, la mort est comme un rapace des airs qui dévore et dépeuple les villages, son village en l'occurrence, sous ses yeux. Pour l'en empêcher, il recourt à sa mémoire, à sa plume et à la mise en pratique du verbe écrire.
Il retrouve ainsi un équilibre : les mots pertinents rendent la mort aveugle, laquelle se met à tourner en rond, s'éloigne, et puis se perd dans les cieux. Face à la fatalité de la mort, Zabor découvre sa propre Loi dans l'écriture, une sorte de correspondance ressuscitée. Il ne cesse d'affirmer que «l'écriture est la première rébellion, le vrai feu volé et voilé dans l'encre pour empêcher qu'on se brûle (2)».
La fabrique d'une langue
Zabor a fabriqué aussi sa propre langue. Une langue qui lui sera une obligation éthique, celle d'atteindre le salut. Un salut de l'ici-bas dont la réalisation n'est aucunement messianisme : le salut n'est qu'écriture. Il vit une grande fierté quand il cherche et trouve les mots justes, quand il écrit jusqu'à contraindre les objets à devenir consistants, les vies à avoir un sens. Une sorte de magie douce. L'aboutissement d'un foisonnement de l'esprit.
Mais Zabor écrit aussi dans une langue jugée hérétique par les clergés de son village : les imams et les récitateurs du Livre Sacré. Ceux-ci l'accablent toujours de jérémiades, lui rappelant ainsi ce que dit Dieu dans Son Livre à propos des poètes : «Tandis que les poètes sont suivis par les égarés/ Ne les vois-tu pas errer dans chaque vallée.../... et disent ce qu'ils ne font pas ?».
Face à ces attaques, le héros de l'histoire n'est pas suffisamment armé. Il ne parle pas leur langue, il n'est ni médecin ni écolier de la France. Il est, pour eux, une véritable anomalie parce qu'il lit et écrit, parce qu'il s'est soustrait de la monotonie du Livre Sacré.
Et, pire encore, parce qu'il s'est mis dans la posture du mégalomane qui sauve des vies en écrivant des récits de leurs vies, tâche réservée autrefois à Dieu et à ses prophètes : apostasie.
Zabor a un lien charnel avec le verbe. C'est pour lui le dénouement d'un corps, le déchiffrement de la langue qui vise l'assouvissement du désir d'avoir une langue. Une langue utilisée comme boîte à outils pour vaincre l'absurde. Cette passion pour le verbe est due aussi au manque des livres : à force de relire incessamment par défaut, Zabor finit par appréhender le livre comme un corps qu'on caresse, qu'on transforme, qu'on réinvente à chaque lecture.
Il compare sa situation à celle de Poll, le fameux perroquet de Robinson Crusoé, gardien de l'île qui aurait sombré dans le silence de la tombe, s'il ne l'avait pas maintenu à force de conjugaisons, au-dessus des flots. De même que pour Zabor, écrire signifie prendre des ailes, atteindre une renommée, un prestige, une notoriété qu'il n'a jamais pu atteindre en sillonnant les rues d'Aboukir. Ecrire, c'est pour lui l'élévation pour recevoir la révélation.
Le dernier chapitre de la deuxième partie du roman, «La langue», annonce la révélation tant attendue : Zabor découvre enfin la langue de son don, celle avec laquelle il va échapper à celle de l'école coranique et des imams : la langue française. Il la découvre par accident, dans la profondeur de ses extases.
Elle est la langue qui dit le sexe, qui dit le plaisir charnel. Encore plus, c'est une langue du voyage dans lequel il serait possible d'étendre son corps à autrui, dans lequel on l'oblige à renaître. Zabor dit qu'il «fallait écrire un grand roman à contre-courant du Livre Sacré. Je rêve de ce cahier depuis que j'ai commencé à maîtriser cette langue sensuelle. [...]. En résumé, pour sauver une personne en écrivant, il faut lui restituer son histoire, la lui faire boire comme une eau sacrée, doucement, en lui penchant la tête pour que le souvenir ne l'étouffe pas(3)».
La langue et l'écriture, selon Zabor, sont le contraire du sable et de la dispersion. Elles empêchent la fin du monde et éternisent les moments vécus. Elles vont à l'encontre de la volonté de l'Ange qui vient annoncer la mort du soleil, de l'horizon, des arbres et enfin, celle des hommes. La langue et l'écriture ont aussi marqué et transformé à jamais le corps de Zabor et sa sensualité. Elles ont acté la naissance de son désir. Elles sont ce long chemin de tâtonnements, d'apprentissages de lucidité, d'exercices d'acuité. Plus précisément, elles sont un «équarrissement».
Kant identifiait la culture à une faculté qui rend possible l'accomplissement de la liberté du sujet agissant. Une liberté qui serait l'aboutissement d'un long processus complexe de formation : la Bildung. Cette dernière étant pour Gadamer une «élévation à l'universel», un dépassement de soi.
L'homme acquiert une fierté qui lui est propre en maîtrisant et en mettant en pratique ses capacités intellectuelles et ses compétences novatrices, au service de la création artistique.
L'écriture est transformation du monde et des hommes. C'est la plus noble des révolutions. La véritable révélation.

Par Faris Lounis
Diplômé d'un Master 2 en Sciences du langage- Paris 13 – Etudiant en philosophie politique-Master 2- Paris 8

——————————————–
1) – Kamel Daoud, Zabor ou les psaumes, Alger, Editions Barzakh, 2017, p.16.
2) – Ibid,p.19-20.
3) – Ibid, p. 245.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.