El Hachemi Djaaboub, nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale    Barça : Koeman réclame un attaquant    Rencontre entre Benbouzid et Chitour: L'utilisation des énergies renouvelables dans le secteur de la santé au menu    Lyon officialise l'arrivée de Paqueta    Le transport urbain collectif autorisé à circuler durant les week-ends    Finance islamique: accompagner et appuyer les banques par les lois nécessaires    L'Algérie a amorcé une étape de "changement positif"    Real Madrid: Hazard encore blessé !    Coronavirus : 162 nouveaux cas, 111 guérisons et 8 décès    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs    Mohamed Bedjaoui inculpé dans l'affaire de l'autoroute est-ouest    Justice: le verdict du procès de Mourad Oulmi reporté au 10 octobre prochain    DECES DU CHEIKH SABAH AL AHMED : Le président Tebboune présente ses condoléances    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Un groupe de travail pour renforcer la numérisation    ORAN : La mer rejette un corps à Ain Turck    SURETE NATIONALE (DGSN) : Saisie d'une quantité de cannabis traité et de psychotropes    Sud : accroissement du nombre de cas importés de paludisme    Sportifs d'élite et de haut niveau: des accès à l'emploi et études envisagés par le MJS    Le projet de révision de la Constitution garantit aux juges une large indépendance dans l'exercice de leurs fonctions    Accidents de la route: 5 morts et 153 blessés en une journée    Laghouat: un bouquet d'activités artistiques en ouverture de la saison culturelle    La question fait l'objet d'une profonde réflexion    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Benkhemassa dans l'équipe-type de la semaine    Le stage de Mostaganem a commencé    Aziz Benabdi signe pour 3 saisons    Mokka change de look    Labiodh Sidi Cheikh, une généalogie berbéro-arabe    Actucult    Véronique Cayla, ex-patronne d'Arte et du CNC, bientôt à la tête des César    Tazmalt marche pour la libération de son fils    Signature de huit conventions entre l'ADE et des microentreprises    À contre-"courant"    "Il est temps de restituer l'Etat à la nation"    L'Anie définit les contours de la campagne    Relogement de 138 familles    Le ministre promet d'ouvrir le dossier du secteur touristique    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    Amnesty dénonce un acharnement judiciaire contre les manifestants    Les Etats arabes n'ont pas respecté leur engagement    L'ONU appelle à préserver la paix    La collection Tin Hinan de retour avant la fin de l'année    Leur reportage et nos anémies citoyennes    À l'abandon depuis des années    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Le syndrome libanais    HUMEURS PREFABRIQUEES    Les délais de dépôt des comptes sociaux prorogés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»
Publié dans El Watan le 04 - 08 - 2020

Les obsèques de Gisèle Halimi, décédée mardi 28 juillet à l'âge de 93 ans, auront lieu ce jeudi en fin de matinée au cimetière du Père-Lachaise, a indiqué l'un de ses trois fils, Jean-Yves Halimi. Un hommage national pourrait lui être rendu à la rentrée. Des discussions «sont en cours», a-t-il ajouté.
Le nom de Gisèle Halimi est lié aux combats contre les oppressions et les injustices.
L'avocate s'est notamment illustrée par la défense des militants du FLN pendant la guerre de Libération nationale, par son engagement pour les droits légitimes du peuple palestinien et pour les femmes battues, violées, humiliées, dont elle fut l'avocate. «L'injustice m'est physiquement intolérable», disait-elle souvent. «Toute ma vie peut se résumer à ça. Tout a commencé par l'Arabe qu'on méprise, puis le juif, puis le colonisé, puis la femme», confiait Gisèle Halimi au Journal du dimanche en 1988.
La sortie de son dernier livre, Une farouche liberté, écrit avec la journaliste du Monde Annick Cojean, dans lequel elle revient sur «70 ans de combats», a été avancée au 19 août au lieu du 16 septembre comme prévu initialement, a annoncé la semaine dernière son éditeur Grasset. Jeune avocate, elle devient rapidement l'avocate des luttes d'indépendance. En Algérie, elle commence commise d'office devant les tribunaux militaires.
Elle obtient la grâce de plusieurs de ses clients condamnés à la peine de mort auprès de René Coty, Président français, mais aussi auprès du général de Gaulle. Gisèle Halimi signe avec onze autres personnalités françaises (Henri Alleg, Germaine Tillion, Josette Audin, Simone de Bollardière, Nicole Dreyfus, Alban Liechti, Noël Favrelière, Madeleine Rebérioux, Pierre Vidal-Naquet, Jean-Pierre Vernant et Laurent Schwartz) l'appel lancé le 31 octobre 2000, à l'initiative de L'Humanité, demandant au président Jacques Chirac et au Premier ministre Lionel Jospin de condamner la torture pendant la guerre d'Algérie.
En 2014, lors de l'agression israélienne contre Ghaza, elle publiait un texte dans le journal L'Humanité dans lequel elle écrivait qu'«un peuple aux mains nues – le peuple palestinien – est en train de se faire massacrer. Une armée le tient en otage. Pourquoi ? Quelle cause défend ce peuple et que lui oppose-t-on ? J'affirme que cette cause est juste et sera reconnue comme telle dans l'histoire».
Et elle dénonçait un «silence complice, en France, pays des droits de l'homme et dans tout un Occident américanisé» et disait ne pas vouloir se «taire» ni se «résigner». «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre. L'histoire jugera mais n'effacera pas le saccage. Saccage des vies, saccage d'un peuple, saccage des innocents. Le monde n'a-t-il pas espéré que la Shoah marquerait la fin définitive de la barbarie ?» concluait-elle.
Elle avait également été membre du collectif d'avocats de Marwan Barghouti, un des responsables du Fatah, arrêté en 2002 par Israël et condamné à cinq peines de prison à perpétuité. «Marwan Barghouti appartient à ces combattants de la liberté qui ont rendu l'espérance à leur peuple, comme Jean Moulin pendant l'Occupation», avait affirmé Gisèle Halimi en 2014.
En 1998, elle fait partie de l'équipe qui crée l'organisation altermondialiste Attac (Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne). C'est aussi une figure incontournable du mouvement féministe en France dont elle est l'une des pionnières.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.