Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Real : Valverde a dit non au PSG    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Contradictions ?    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    219 Commissions rogatoires émises    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»
Publié dans El Watan le 04 - 08 - 2020

Les obsèques de Gisèle Halimi, décédée mardi 28 juillet à l'âge de 93 ans, auront lieu ce jeudi en fin de matinée au cimetière du Père-Lachaise, a indiqué l'un de ses trois fils, Jean-Yves Halimi. Un hommage national pourrait lui être rendu à la rentrée. Des discussions «sont en cours», a-t-il ajouté.
Le nom de Gisèle Halimi est lié aux combats contre les oppressions et les injustices.
L'avocate s'est notamment illustrée par la défense des militants du FLN pendant la guerre de Libération nationale, par son engagement pour les droits légitimes du peuple palestinien et pour les femmes battues, violées, humiliées, dont elle fut l'avocate. «L'injustice m'est physiquement intolérable», disait-elle souvent. «Toute ma vie peut se résumer à ça. Tout a commencé par l'Arabe qu'on méprise, puis le juif, puis le colonisé, puis la femme», confiait Gisèle Halimi au Journal du dimanche en 1988.
La sortie de son dernier livre, Une farouche liberté, écrit avec la journaliste du Monde Annick Cojean, dans lequel elle revient sur «70 ans de combats», a été avancée au 19 août au lieu du 16 septembre comme prévu initialement, a annoncé la semaine dernière son éditeur Grasset. Jeune avocate, elle devient rapidement l'avocate des luttes d'indépendance. En Algérie, elle commence commise d'office devant les tribunaux militaires.
Elle obtient la grâce de plusieurs de ses clients condamnés à la peine de mort auprès de René Coty, Président français, mais aussi auprès du général de Gaulle. Gisèle Halimi signe avec onze autres personnalités françaises (Henri Alleg, Germaine Tillion, Josette Audin, Simone de Bollardière, Nicole Dreyfus, Alban Liechti, Noël Favrelière, Madeleine Rebérioux, Pierre Vidal-Naquet, Jean-Pierre Vernant et Laurent Schwartz) l'appel lancé le 31 octobre 2000, à l'initiative de L'Humanité, demandant au président Jacques Chirac et au Premier ministre Lionel Jospin de condamner la torture pendant la guerre d'Algérie.
En 2014, lors de l'agression israélienne contre Ghaza, elle publiait un texte dans le journal L'Humanité dans lequel elle écrivait qu'«un peuple aux mains nues – le peuple palestinien – est en train de se faire massacrer. Une armée le tient en otage. Pourquoi ? Quelle cause défend ce peuple et que lui oppose-t-on ? J'affirme que cette cause est juste et sera reconnue comme telle dans l'histoire».
Et elle dénonçait un «silence complice, en France, pays des droits de l'homme et dans tout un Occident américanisé» et disait ne pas vouloir se «taire» ni se «résigner». «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre. L'histoire jugera mais n'effacera pas le saccage. Saccage des vies, saccage d'un peuple, saccage des innocents. Le monde n'a-t-il pas espéré que la Shoah marquerait la fin définitive de la barbarie ?» concluait-elle.
Elle avait également été membre du collectif d'avocats de Marwan Barghouti, un des responsables du Fatah, arrêté en 2002 par Israël et condamné à cinq peines de prison à perpétuité. «Marwan Barghouti appartient à ces combattants de la liberté qui ont rendu l'espérance à leur peuple, comme Jean Moulin pendant l'Occupation», avait affirmé Gisèle Halimi en 2014.
En 1998, elle fait partie de l'équipe qui crée l'organisation altermondialiste Attac (Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne). C'est aussi une figure incontournable du mouvement féministe en France dont elle est l'une des pionnières.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.