Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    Une nouvelle vague d'anciens ministres concernée    Liberté de dire. Toujours !    "Libérez Drareni, libérez tous les détenus d'opinion"    Des robes noires s'insurgent contre les procès à distance    "Mes vérités..."    Plus de 50 milliards de dinars de perte    La justice à la recherche des complices de Haddad    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    Tebboune installe une commission pour l'amender    Ce que prévoit la note du MJS    Benlamri proche de Getafe    Ferhat marque des points    «Des négociations sont en cours, il est à Londres»    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    6 décès et 210 nouveaux cas en 24 heures    Fin prêtes pour accueillir les étudiants    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Le numérique, un geste barrière efficace ?    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Où est l'Algérie ?    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Le mouvement El Islah décide de voter "Oui" au référendum du 1e novembre    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Tlemcen: Une question de conformité    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





E-learning... l'inévitable saut vers l'école du futur
Enseignement au temps de la Covid-19
Publié dans El Watan le 15 - 08 - 2020

Une mission essentielle mais difficile, compte tenu de la présence de plusieurs handicaps, à savoir les budgets réduits des écoles et la surcharge des classes due au nombre insuffisant d'infrastructures scolaires et exceptionnellement la révision à la baisse des moyennes de passage entre les niveaux pour des millions d'élèves.
Testé et approuvé dans plusieurs pays à travers le monde et encouragé par l'Unesco, le e-learning, pilier de l'école du futur, peine à être adopté en Algérie.
L'enseignement à distance, lancé dès le début du confinement suite à la propagation du coronavirus, reste encore une simple mesure d'urgence pour sauver la scolarité des millions d'élèves.
Pourtant, le saut vers cette étape numérique d'apprentissage est inévitable. Elle est même bénéfique aussi bien pour l'Etat et les élèves que pour leurs parents.
Comment ? Les risques liés à la propagation de la pandémie actuelle ont mené les autorités du pays à décider la fermeture des écoles.
Leur réouverture en octobre, date de la rentrée scolaire, est tributaire de la situation épidémiologique du pays et aussi de la capacité à respecter les mesures de prévention contre la Covid-19.
Une mission difficile, compte tenu de la présence de plusieurs handicaps, à savoir les budgets réduits des écoles et la surcharge des classes due au nombre insuffisant d'infrastructures scolaires et exceptionnellement la révision à la baisse des moyennes de passage entre les niveaux pour des millions d'élèves.
Le e-learning dans sa vraie conception, où un minimum d'interactivité est assuré, aurait pu remédier à toute cette perturbation de fin d'année. Les expériences menées dans plusieurs pays, dont nos voisins, témoignent de l'efficacité de cette méthode d'apprentissage, durant ces périodes de crise et en temps normal.
Un manque à gagner
En plus de garantir un minimum de distanciation physique, le e-learning pourrait même permettre aux élèves d'entrer dans le bain à travers des classes virtuelles avant même l'ouverture officielle des écoles. Ceci s'ajoute aux économies très importantes au profit de la trésorerie de l'Etat.
Les budgets faramineux attribués à l'achat du papier et les subventions du livre scolaire, qui dépassent les 6,5 milliards de dinars,selon les derniers chiffres, pourraient très bien être investis dans la fabrication des tablettes et la création d'application made in DZ pour les programmes scolaires.
Un investissement efficace et durable. Côté parents, le prix des tablettes oscille entre 12 000 et 26 000 DA pour la moyenne gamme.
Une somme que les parents ne débourseront qu'une seule fois chaque 2 ou 3 ans. Ceci contrairement aux frais annuels de l'achat des affaires scolaires et des manuels qui peuvent aller de 12 000 à 20 000 DA au minimum.
Pour ceux qui ont plus d'un enfant scolarisé, la facture de la rentrée est assez salée. L'adoption de la tablette et de l'enseignement numérique résoudrait aussi définitivement le problème du poids du cartable. Dans un seul gadget, l'enfant a ses livres et ses cahiers au bout d'un clic.
De plus, les spécialistes estiment que la génération actuelle et future, préparée dès la naissance au digital, est plus réceptive à ce mode d'apprentissage jugé plus ludique et plus facile à assimiler. Toutefois, pour faire ce saut, il est aujourd'hui indispensable de garantir un minimum de conditions.
La dernière étude dévoilée par le Cread fait savoir que le souci le plus important à régler avant l'adoption de l'enseignement digital est l'accès à Internet à haut débit. Le Cread, qui a mené son enquête dans le milieu universitaire, a interrogé quelque 2000 enseignants sur cette expérience.
Le but de cette étude, selon ses initiateurs, est d'apprécier la nature et les modalités des comportements et des attitudes des enseignants universitaires, ainsi que ceux des étudiants dans l'usage des Ntic et de savoir dans quelles conditions les cours sont dispensés et dans quelle mesure les plateformes et les moyens mis en place sont efficaces.
D'après les résultats de l'étude, 60% des personnes touchées ont avoué avoir utilisé ce mode d'enseignement pour la première fois. 71% d'entre eux dénoncent la mauvaise qualité d'internet. Si tel est le cas à l'université, la situation est certainement pire dans les différents paliers d'enseignement fondamental.
Avec tout ce que peut apporter le e-learning en valeur ajoutée au système éducatif, il est aujourd'hui impératif de faire ce pas.
Le ministère de l'Education nationale avait récemment annoncé, dans sa circulaire cadre relative à la préparation de la rentrée 2020-2021, qu'une expérience pilote sera bientôt menée. Aucun détail n'est toutefois donné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.