Référendum sur la Constitution : l'ANIE fixe les critères de la campagne électorale    La commission des affaires juridiques examine la demande du ministre de la Justice    Une demande de levée d'immunité introduite contre une sénatrice FLN    CONSEIL DE LA NATION : Zeghmati présente le projet de Code de procédure pénale    Koweït: décès de l'émir cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah    Real Madrid : Gros retournement de situation pour deux indésirables de Zidane ?    AIN EL BIA (ORAN) : 549 kg de viande impropre à la consommation saisis    BAGARRE RANGEE ENTRE GANGS A TIARET : La police arrête 11 personnes    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Benabdi, nouvelle recrue    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    Lancement d'une campagne de vaccination contre la rage    Tassili Airlines dément le prétendu accident de l'un des ses avions    Accidents de la route: 31 morts et 1348 blessés en une semaine    Sénat: présentation du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    Transfert de 700 migrants depuis l'île de Lesbos    La France va organiser une conférence internationale    Pompeo entame des entretiens en Grèce, pour favoriser une «désescalade»    Ces détenus oubliés du hirak    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Larbi Ouanoughi a fait long feu    Vu en France    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    40% des Maghrébins n'ont pas de comptes bancaires    Lancement prochain du transport de fret roulant    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Saisie de marchandises interdites à l'importation, évaluées à 912 millions de centimes    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Lancement de la «La rentrée culturelle» en Algérie    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    En attendant la reprise du mouvement en Algérie : Le hirak diasporique à l'épreuve des dissensions idéologiques !    Nouvelle opération de rapatriement: 181 Subsahariens transférés vers leur pays en début de semaine    ES Sétif: Un bain de jouvence pour l'effectif    USM Bel-Abbès: Est-ce le bout du tunnel ?    Energie: Pourquoi le «Super» va être supprimé    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    Institut français d'Algérie: La cérémonie du choix Goncourt Algérie 2020, le 03 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé
Publié dans El Watan le 15 - 08 - 2020

La question de l'exploitation du gaz de schiste revient sur la scène médiatique à la faveur de la récente déclaration du ministre de l'Energie, Abdelmadjid Attar.
En réponse aux questions de l'APS, M. Attar a souligné qu'avec les «réserves prouvées restantes actuellement et l'augmentation de la consommation intérieure, la compagnie nationale Sonatrach devra réduire ses exportations à compter de 2025, pour ne plus exporter à partir de 2030, et non 2025, qu'entre 25 à 30 milliards de mètres cubes».
Le nouveau ministre de l'Energie et ancien PDG de Sonatrach soutient qu'il y a nécessité «d'explorer, d'améliorer les taux de récupération et pourquoi pas aller au gaz de schiste, si c'est nécessaire à cause des besoins intérieurs au-delà de 2030». Une suggestion qui ouvrira certainement le débat sur cette question sensible qui avait, pour rappel, suscité des soulèvements populaires, notamment dans la région du Sud par crainte des conséquences de l'application des techniques de fracturation hydraulique sur la nature, notamment sur l'eau souterraine.
Rappelons qu'au tout début de son mandat, le président Tebboune avait évoqué le recours à l'exploitation du gaz de schiste comme secours face à la raréfaction de la ressource fossile conventionnelle. Une déclaration qui avait soulevé moult indignations et qui a été suivie par un rectificatif de la part de Abdelmadjid Tebboune à travers une interview accordée au média russe Russia Today. «Je n'ai jamais dit que nous allions exploiter le gaz de schiste...
J'ai simplement relevé, chiffres à l'appui, que le développement et la croissance de l'Algérie nous ont amenés à consommer la moitié de notre production gazière» avait-il soutenu en notant que «la décision est subordonnée aux conclusions des experts, ce sont eux les spécialistes». M. Tebboune avait aussi affirmé que la première expérience de l'Algérie dans ce domaine a été une erreur, car «nous avons un vaste Sahara mais nous sommes allés à In Salah». «La décision de l'exploitation du gaz de schiste était venue par surprise et les citoyens n'étaient pas préparés à l'exploitation de ce gaz, ce qui a donné lieu à des interprétations» soutenait-il en février dernier, assurant que les essais de l'exploitation de ce gaz polémique se feront dans le calme. «Si nous voulons élever le niveau de vie, cette richesse doit être exploitée...
L'exploitation du gaz de schiste nécessite un débat national», affirmait le Président. La récente déclaration de Abdelmadjid Attar ouvre donc ce débat qui va très certainement déchaîner les passions, d'autant que les résultats de l'exploitation du schiste aux Etats-Unis ne font pas l'unanimité. Des pays européens, comme la Grande-Bretagne, ont renoncé à des projets d'exploitation du schiste, alors que d'autres ont carrément interdit de tels essais sur leurs territoires.
Aux Etats-Unis, certains gisements sont à l'arrêt du fait de la complexité du procédé d'extraction du gaz de schiste ,mais aussi du très faible rendement. Dans sa déclaration, M. Attar a été prudent en évitant le ton affirmatif et ajoutant un «pourquoi pas» permettant le doute, même si la nouvelle loi sur les hydrocarbures permet le recours à cette exploitation. Il y a une semaine, le PDG de Sonatrach a été plus explicite en notant que «le programme identifié pourrait permettre de produire un volume annuel de 20 mds de mètres cubes de gaz à l'horizon 2030 et de créer 15 000 emplois directs».
Toufik Hakkar précisera en outre qu'il s'agit «d'une industrie complexe qui nécessite plusieurs conditions pour être viable à long terme, telles que les capacités logistiques, la maîtrise des coûts et la gestion des risques et impacts environnementaux». Le même responsable précise que des études sont nécessaires pour réunir toutes les conditions de succès au développement de ces ressources et à suivre attentivement les progrès technologiques liés à leur exploitation. «Le passage à la phase d'exploitation ne peut être envisagé avant de pouvoir confirmer le potentiel et de s'assurer de la maîtrise totale des opérations et des impacts environnementaux» assure le PDG de Sonatrach.
Ceci rend la perspective de recours au schiste bien éloignée et relance tout de même le débat sur la nécessité de gaspiller l'argent public dans ces études au lieu de penser à développer des secteurs comme l'agriculture et le tourisme plus rentables à court terme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.