Importation des véhicules neufs : « une approche alliant simplification et efficacité est nécessaire », selon le Président (communiqué)    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Man United : Greenwood signe un doublé face à Burnley    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    L'Abef allège le recours au Credoc    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le pic de l'inconscience    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé
Publié dans El Watan le 15 - 08 - 2020

La question de l'exploitation du gaz de schiste revient sur la scène médiatique à la faveur de la récente déclaration du ministre de l'Energie, Abdelmadjid Attar.
En réponse aux questions de l'APS, M. Attar a souligné qu'avec les «réserves prouvées restantes actuellement et l'augmentation de la consommation intérieure, la compagnie nationale Sonatrach devra réduire ses exportations à compter de 2025, pour ne plus exporter à partir de 2030, et non 2025, qu'entre 25 à 30 milliards de mètres cubes».
Le nouveau ministre de l'Energie et ancien PDG de Sonatrach soutient qu'il y a nécessité «d'explorer, d'améliorer les taux de récupération et pourquoi pas aller au gaz de schiste, si c'est nécessaire à cause des besoins intérieurs au-delà de 2030». Une suggestion qui ouvrira certainement le débat sur cette question sensible qui avait, pour rappel, suscité des soulèvements populaires, notamment dans la région du Sud par crainte des conséquences de l'application des techniques de fracturation hydraulique sur la nature, notamment sur l'eau souterraine.
Rappelons qu'au tout début de son mandat, le président Tebboune avait évoqué le recours à l'exploitation du gaz de schiste comme secours face à la raréfaction de la ressource fossile conventionnelle. Une déclaration qui avait soulevé moult indignations et qui a été suivie par un rectificatif de la part de Abdelmadjid Tebboune à travers une interview accordée au média russe Russia Today. «Je n'ai jamais dit que nous allions exploiter le gaz de schiste...
J'ai simplement relevé, chiffres à l'appui, que le développement et la croissance de l'Algérie nous ont amenés à consommer la moitié de notre production gazière» avait-il soutenu en notant que «la décision est subordonnée aux conclusions des experts, ce sont eux les spécialistes». M. Tebboune avait aussi affirmé que la première expérience de l'Algérie dans ce domaine a été une erreur, car «nous avons un vaste Sahara mais nous sommes allés à In Salah». «La décision de l'exploitation du gaz de schiste était venue par surprise et les citoyens n'étaient pas préparés à l'exploitation de ce gaz, ce qui a donné lieu à des interprétations» soutenait-il en février dernier, assurant que les essais de l'exploitation de ce gaz polémique se feront dans le calme. «Si nous voulons élever le niveau de vie, cette richesse doit être exploitée...
L'exploitation du gaz de schiste nécessite un débat national», affirmait le Président. La récente déclaration de Abdelmadjid Attar ouvre donc ce débat qui va très certainement déchaîner les passions, d'autant que les résultats de l'exploitation du schiste aux Etats-Unis ne font pas l'unanimité. Des pays européens, comme la Grande-Bretagne, ont renoncé à des projets d'exploitation du schiste, alors que d'autres ont carrément interdit de tels essais sur leurs territoires.
Aux Etats-Unis, certains gisements sont à l'arrêt du fait de la complexité du procédé d'extraction du gaz de schiste ,mais aussi du très faible rendement. Dans sa déclaration, M. Attar a été prudent en évitant le ton affirmatif et ajoutant un «pourquoi pas» permettant le doute, même si la nouvelle loi sur les hydrocarbures permet le recours à cette exploitation. Il y a une semaine, le PDG de Sonatrach a été plus explicite en notant que «le programme identifié pourrait permettre de produire un volume annuel de 20 mds de mètres cubes de gaz à l'horizon 2030 et de créer 15 000 emplois directs».
Toufik Hakkar précisera en outre qu'il s'agit «d'une industrie complexe qui nécessite plusieurs conditions pour être viable à long terme, telles que les capacités logistiques, la maîtrise des coûts et la gestion des risques et impacts environnementaux». Le même responsable précise que des études sont nécessaires pour réunir toutes les conditions de succès au développement de ces ressources et à suivre attentivement les progrès technologiques liés à leur exploitation. «Le passage à la phase d'exploitation ne peut être envisagé avant de pouvoir confirmer le potentiel et de s'assurer de la maîtrise totale des opérations et des impacts environnementaux» assure le PDG de Sonatrach.
Ceci rend la perspective de recours au schiste bien éloignée et relance tout de même le débat sur la nécessité de gaspiller l'argent public dans ces études au lieu de penser à développer des secteurs comme l'agriculture et le tourisme plus rentables à court terme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.