Le procès de «Mme Maya» reporté    Par où commencer ?    La décision annoncée hier: Air Algérie reprendra ses vols domestiques dimanche    SNTF: Pas de date de reprise de la circulation des trains    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    Ligue des champions d'Europe: Atlético - Bayern en tête d'affiche    ES Sétif: Une Entente taille patron    O. Médéa: Déjà une flopée de problèmes    Education: Des écoles peuvent se passer de l'enseignement les samedis    Un autre cadavre repêché au large de Madagh    Des cas de Covid-19 au lycée Imam El Houari: Les enseignants en grève depuis jeudi dernier    DROITURE ET BONNE FOI    5 ans de prison fermecontreOuyahiaet Sellal    Djerad met en place deux "task force"    Les principales mesures    L'Algérie repasse sous la barredes 1.000 casen 24 heures    L'Opep examine son accord de limitationde production    Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Place au numérique    Repli historique du dinar face à l'euro    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sabri Boukadoum à propos de la crise malienne : «Tout ce qui concerne le Mali concerne aussi l'Algérie»
Publié dans El Watan le 30 - 08 - 2020

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a indiqué vendredi dans une déclaration à la presse à son arrivée à Bamako pour une visite d'une journée que le Mali est un pays «extrêmement important pour l'Algérie». «(...) Tout ce qui concerne ce pays voisin nous concerne aussi», a-t-il ajouté.
La visite de Sabri Boukadoum à Bamako intervient 10 jours après le renversement du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). Il est le premier membre d'un gouvernement étranger à se rendre à Bamako depuis le putsch du 18 août, en dehors des médiateurs de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao). «Je suis venu sur instruction du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, pour écouter d'abord, discuter et échanger les points de vue sur la situation au Mali de manière à ce que le peuple malien puisse vivre dans la paix, la sérénité et la concorde», a-t-il souligné. M. Boukadoum a, en outre, relevé que l'Algérie et le Mali sont deux pays voisins qui partagent de longues frontières et qui sont unis par des liens «historiques, familiaux, tribaux et d'amitié».
Sur place, Sabri Boukadoum s'est entretenu avec les membres du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) au Mali qui ont renversé IBK, rapporte un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Cette rencontre a eu pour objet «la situation prévalant au Mali ainsi les paramètres de la sortie de la crise», note la même source. Lors de ses entretiens, le ministre des Affaires étrangères a réitéré «la disponibilité de l'Algérie à accompagner le Mali en ces circonstances particulières, comme elle l'a toujours fait».
Il a réitéré, à cet égard, «l'engagement indéfectible de l'Algérie en direction du Mali et du peuple malien frère, qui a depuis toujours caractérisé les relations entre les deux pays, y compris dans le cadre de la mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du Processus d'Alger». Cette rencontre a été l'occasion, ajoute la même source, de «réitérer l'attachement à sa mise en œuvre effectif pour une sortie durable de la crise au Mali». M. Boukadoum a mis en exergue la conviction de l'Algérie que «seule la voie pacifique du dialogue entre les enfants du pays est à même d'amorcer un réel processus permettant de surmonter les difficultés de l'heure», souligne le communiqué.
A cette occasion, les membres du CNSP «ont exprimé leur gratitude pour cette visite, la première du genre et de ce niveau, qui constitue un grand geste d'amitié et de solidarité en direction du Mali. Ils ont exprimé leur confiance en l'Algérie qui s'est toujours tenue du côté du peuple malien frère», ajoute-t-on. Au terme des discussions, les membres du CNSP, tout en réitérant leur attachement aux relations bilatérales avec l'Algérie, «ont exprimé leur souhait d'être accompagnés dans leurs efforts visant à aller vers une sortie de crise consensuelle dans les délais les plus courts possibles», conclut le communiqué du MAE.
L'Algérie qui a accueilli, en tant que chef de file de la médiation internationale au Mali, les négociations ayant abouti en 2015 à un accord de paix entre Bamako et les groupes armés, a réagi au coup d'Etat qui a renversé Ibrahim Boubacar Keïta en appelant à des élections et au «respect de l'ordre constitutionnel».


Boukadoum s'entretient avec le chef de la MINUSMA
Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, s'est entretenu, vendredi à Bamako, avec Saleh Annadif, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies et chef de la Mission intégrée multidimensionnelle des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Le chef de la diplomatie algérienne a également eu des discussions avec le chef de la Mission de l'Union africaine pour le Sahel (Misahel), Pierre Buyoya. Ces deux rencontres ont eu pour objet «la situation prévalant actuellement au Mali ainsi que les voies et moyens à même d'accompagner ce pays frère et voisin pour surmonter les défis de l'heure», précise la même source.APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.