Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sabri Boukadoum à propos de la crise malienne : «Tout ce qui concerne le Mali concerne aussi l'Algérie»
Publié dans El Watan le 30 - 08 - 2020

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a indiqué vendredi dans une déclaration à la presse à son arrivée à Bamako pour une visite d'une journée que le Mali est un pays «extrêmement important pour l'Algérie». «(...) Tout ce qui concerne ce pays voisin nous concerne aussi», a-t-il ajouté.
La visite de Sabri Boukadoum à Bamako intervient 10 jours après le renversement du président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). Il est le premier membre d'un gouvernement étranger à se rendre à Bamako depuis le putsch du 18 août, en dehors des médiateurs de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao). «Je suis venu sur instruction du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, pour écouter d'abord, discuter et échanger les points de vue sur la situation au Mali de manière à ce que le peuple malien puisse vivre dans la paix, la sérénité et la concorde», a-t-il souligné. M. Boukadoum a, en outre, relevé que l'Algérie et le Mali sont deux pays voisins qui partagent de longues frontières et qui sont unis par des liens «historiques, familiaux, tribaux et d'amitié».
Sur place, Sabri Boukadoum s'est entretenu avec les membres du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) au Mali qui ont renversé IBK, rapporte un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Cette rencontre a eu pour objet «la situation prévalant au Mali ainsi les paramètres de la sortie de la crise», note la même source. Lors de ses entretiens, le ministre des Affaires étrangères a réitéré «la disponibilité de l'Algérie à accompagner le Mali en ces circonstances particulières, comme elle l'a toujours fait».
Il a réitéré, à cet égard, «l'engagement indéfectible de l'Algérie en direction du Mali et du peuple malien frère, qui a depuis toujours caractérisé les relations entre les deux pays, y compris dans le cadre de la mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du Processus d'Alger». Cette rencontre a été l'occasion, ajoute la même source, de «réitérer l'attachement à sa mise en œuvre effectif pour une sortie durable de la crise au Mali». M. Boukadoum a mis en exergue la conviction de l'Algérie que «seule la voie pacifique du dialogue entre les enfants du pays est à même d'amorcer un réel processus permettant de surmonter les difficultés de l'heure», souligne le communiqué.
A cette occasion, les membres du CNSP «ont exprimé leur gratitude pour cette visite, la première du genre et de ce niveau, qui constitue un grand geste d'amitié et de solidarité en direction du Mali. Ils ont exprimé leur confiance en l'Algérie qui s'est toujours tenue du côté du peuple malien frère», ajoute-t-on. Au terme des discussions, les membres du CNSP, tout en réitérant leur attachement aux relations bilatérales avec l'Algérie, «ont exprimé leur souhait d'être accompagnés dans leurs efforts visant à aller vers une sortie de crise consensuelle dans les délais les plus courts possibles», conclut le communiqué du MAE.
L'Algérie qui a accueilli, en tant que chef de file de la médiation internationale au Mali, les négociations ayant abouti en 2015 à un accord de paix entre Bamako et les groupes armés, a réagi au coup d'Etat qui a renversé Ibrahim Boubacar Keïta en appelant à des élections et au «respect de l'ordre constitutionnel».


Boukadoum s'entretient avec le chef de la MINUSMA
Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, s'est entretenu, vendredi à Bamako, avec Saleh Annadif, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies et chef de la Mission intégrée multidimensionnelle des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Le chef de la diplomatie algérienne a également eu des discussions avec le chef de la Mission de l'Union africaine pour le Sahel (Misahel), Pierre Buyoya. Ces deux rencontres ont eu pour objet «la situation prévalant actuellement au Mali ainsi que les voies et moyens à même d'accompagner ce pays frère et voisin pour surmonter les défis de l'heure», précise la même source.APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.