L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Où est l'Algérie ?
Publié dans El Watan le 20 - 09 - 2020

L'annonce, mercredi, par le Premier ministre libyen, Fayez Al Sarraj, de sa décision de démissionner de ses fonctions à la fin du mois d'octobre prochain a révélé une réalité amère : l'absence totale de l'Algérie de la scène libyenne.
Ce jour-là, toutes les télévisions d'outre-Méditerranée ont évoqué tous les acteurs de tous les pays jouant un rôle dans la crise libyenne. Même des régimes qui évitaient à une certaine époque la Libye à cause du comportement imprévisible et déstabilisateur de Mouammar El Gueddafi se sont mis à s'intéresser au problème dans le seul but de redorer leur blason, même si cela doit se faire au détriment du peuple libyen, considéré comme quantité négligeable.
Dans la région, seule l'Algérie avait une connaissance claire de la Libye et des frasques et caprices de son leader. Pour des raisons multiples, elle a su tempérer les fougues et excentricités de Mouammar El Gueddafi. Il faut dire que les relations entre les peuples algérien et libyen, marquées par un respect et une confiance totale, datent de la Guerre de Libération et ne se sont jamais altérées depuis. Si par hasard les autorités libyennes avaient un problème, elles trouvaient l'Algérie présente pour les sortir du bourbier.
Cela s'est largement vérifié en juillet 1977, El Gueddafi n'avait rien trouvé de mieux à faire que de provoquer des incidents militaires à la frontière égypto-libyenne. Anouar El Sadate a envoyé son armée pour riposter et il était décidé à en découdre définitivement avec le dictateur de Tripoli. Boumediène intervient. Il prend l'avion et s'envole pour Le Caire. Il réussit à calmer le raïs. N'était son intervention, l'armée égyptienne aurait marché sur Tripoli. C'est un exemple parmi tant d'autres pour dire que l'Algérie est incontournable lorsqu'il s'agit de la Libye. Malheureusement, cette aura allait être détruite par un homme : Abdelaziz Bouteflika.
Lorsque la guerre civile éclate en 2011 chez le voisin, après la mort violente d'El Gueddafi, le ministre algérien des Affaires étrangères de l'époque, Ramtane Lamamra, un diplomate chevronné très respecté sur la scène internationale et surtout en Afrique, engage une médiation à haut risque entre les belligérants pour leur faire entendre raison. On raconte qu'il était près de réussir et que dans ce cas, il serait éligible au prix Nobel de la Paix. Une perspective que l'imposteur Bouteflika ne pouvait accepter, surtout que lui-même rêvait de ce prix dès le premier mandat et a mobilisé pour cela l'administration nationale et l'appareil diplomatique.
Son atout ? Il a ramené la «concorde civile». Un argument ridicule qui avait le mérite de prouver qu'il était un piètre diplomate qui avait exploité le prestige de la Révolution algérienne à son projet. Il avait préféré limoger Lamamra pour qu'il n'atteigne pas l'objectif, même si cela devait prolonger les souffrances du peuple libyen. Depuis, il a interdit à deux diplomates algériens de parler de la Libye ou de s'y rendre. Il a tout fait pour que l'Algérie soit absente de la scène libyenne et il a réussi. Une absence que nous payons chèrement aujourd'hui. L'Algérie, qui était la «Mecque des révolutionnaires», est aujourd'hui quantité négligeable sur la scène internationale.
On ne reconnaît plus la flamboyante Algérie qui a dirigé avec brio le Mouvement des non-alignés en 1973, qui défiait les «grands» et qui osait dire par la voix de Boumediène au sommet islamique de Lahore en 1974 : «On ne va pas au paradis le ventre creux. Le Coran n'a jamais nourri son homme.» Quel dirigeant musulman oserait tenir un tel discours aujourd'hui ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.