Explosion de gaz à El-Bayadh : 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 12 accusés    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Musulmans de France, tous coupables ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»
HOMMAGE à L'ACTEUR FRANCO-BRITANNIQUE MICHAEL LONSDALE
Publié dans El Watan le 26 - 09 - 2020

L'acteur franco-britannique Michael Lonsdale, décédé le 21 septembre 2020, à l'âge de 89 ans, est celui qui a incarné le rôle poignant de frère Luc, l'un des huit moines du monastère de Tibhirine, morts assassinés en 1996, dans le film Des Hommes et des dieux de Xavier Beauvois. Nous l'avions rencontré à l'hôtel Sofitel à Alger, grâce à Hachemi Mokrane, de l'Institut français l Michael Lonsdale était venu animer un récital poétique portant sur Victor Hugo et George Sand, accompagné par le pianiste Patrick Scheyder, à la basilique Notre-Dame d'Afrique : Nous reproduisons l'entretien datant du 8 avril 2018 donné à El Watan. Hommage.
Propos recueillis par K. Smail

-Alors, vous allez déclamer des poèmes...
Michael Lonsdale : Non, je ne déclame pas. C'est fini la déclamation. Ce fut un temps...(Il mime les joutes poétiques, envolées lyriques pour dire que c'est obsolète avec ironie). C'est fini cela. On «cause» très rapide maintenant (rires).
-Alors ce sont des lectures...
Oui, ce sont des lectures de poèmes, des textes de Victor Hugo et George Sand. Et surtout de Victor Hugo. Des gens qui ont été vraiment préoccupés par la nature (préservation de l'environnement immédiat).
-Ils étaient écologistes avant l'heure...
George Sand avait sauvé la forêt de Fontainebleau (ville située au sud-est de Paris) qui était destinée à être rasée. Pour construire des maisons. Alors il a écrit à Stendhal et Victor Hugo en leur disant : «Ecoutez ! Envoyez une lettre au président de la République pour faire arrêter ça, suspendre cette décision...» Eh bien, ça été fait. On l'a écouté. Grâce à George Sand.
Patrick Scheyder (pianiste) : Cela fait dix ans qu'on travaille sur ce concept intitulé «Des hommes et des jardins» qu'on appelle d'une façon un peu vague «biodiversité». C'est-à-dire toutes les choses sur la surface de la Terre, les végétaux, les animaux, les hommes sont liées. Donc, on défend cela. Mais comme on n'est ni jardinier ni scientifique, nous utilisons l'art comme moyen de défense de la nature.
D'une façon générale, nous nous produisons dans des jardins, des parcs... Comme par exemple, le jardin d'Essai, ici à Alger. Ce serait tout à fait ce genre de lieu adéquat où l'on joue. On s'est produit dans une cinquantaine de villes...
Michael Lonsdale : J'ai été stupéfait quand j'ai appris que Charles Trénet (grand chanteur) avait une terrasse. Et il y a mis des fleurs en plastique (rire).
-Vous avez la main verte...
Oh, oui (indécis). Mais je n'ai pas beaucoup de choses à entretenir, à soigner... J'ai deux pots de géraniums sur le rebord de la fenêtre de la cuisine.
Un jour, heureusement que j'étais absent, il y a eu un vent terrible. Et un des deux pots est tombé depuis le quatrième étage. Heureusement qu'il n'y avait personne en bas. Là, je ne peux plus mettre de géraniums. Sinon il faudrait les surveiller, les rentrer...
-Vous allez vous produire à la basilique Notre-Dame d'Afrique, un lieu symbolique...
C'est formidable et magnifique de se produire dans un tel endroit. Il y a quelque chose qui y flotte. Il y a une présence. Tout de suite en entrant, on est...
-Apaisé...
Oui, parfaitement. C'est cela.
-Le rôle du frère Luc – l'un des huit moines de Tibhirine morts assassinés en 1996 – que vous incarnez dans le film Des Hommes et des dieux de Xavier Beauvois, était-il lourd à porter ?
Le frère Luc était un saint homme. C'est-à-dire, finalement, il aimait son prochain. Il soignait les gens aussi différents les uns que les autres. Il le dit même dans le texte. C'est un homme universel. C'est un philanthrope. Il aime le genre humain. Et il a accompli ce que le Christ a demandé. Il n'y a pas plus grand amour que de donner sa vie pour ce qu'on aime.
-Le frère Luc soignait les gens au nom de Dieu et d'autres l'ont assassiné au nom de Dieu...
Eh bien, oui. C'est difficile de pardonner. Mais il faut pardonner.
-Le frère Luc n'est pas mort pour rien...
Il a donné sa vie. Comme il le dit dans le film Des Hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «Moi, je reste là (à Tibhirine) parce que je préfère rester avec eux (la population).» C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc. Et puis, c'était l'occasion d'improviser un peu...
-L'éloquente scène avec l'actrice Sabrina Ouazani...
J'ai un peu improvisé avec la petite Algérienne. A un moment, Xavier (Beauvois), le réalisateur, est venu me voir et m'a confié : «Je ne suis pas content de ce que j'ai écrit. Tu ne pourrais pas improviser un peu.» Je lui ai répondu que je pourrais toujours essayer, mais que je ne garantissais rien (rire).
Bon alors, on installe tout et puis moteur, action ! La petite (Sabrina Ouazani) commence : «Oui, mon père veut me marier avec un homme que je ne connais pas... C'est quoi l'amour ?» Et quand elle demande : «Et toi, tu as aimé dans ta vie ?» Il (frère Luc) avouera que oui. Alors, tout cela, je l'ai improvisé. Mais c'est venu comme ça. Il y avait du vrai dans ce que je disais.
-Le film Des Hommes et des dieux est une œuvre utile. Pour que nul n'oublie...
Le film parle avec force de quelque chose que je respecte et que je souhaite en effet. La générosité, l'écoute du prochain...Et puis la grâce de chaque être humain.
Chaque être humain est un trésor. Alors, le trésor va être bousculé (rire). C'est la vie.
-Justement, vous allez vous rendre au monastère de Tibhirine pour vous recueillir et honorer la mémoire des huit moines assassinés...
Oui, absolument. C'est drôle, parce que le premier plan dans le film Des Hommes et des dieux est sur le frère Luc. Il se promène dans le cimetière. Et on voit les tombes des Pères qui étaient morts. Il y aura de l'émotion. Cela va être très spécial.
-Votre message...
Je répète souvent cela : «Si vous n'êtes pas comme des enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume.» (rire)
Patrick Scheyder (pianiste) : On a créé un peu le jardin comme prototype de lieu d'entente et de concorde des cultures. Et aussi un espace de réflexion sur la biodiversité des cultures humaines. Les différences sont de grandes richesses.
Il s'agit de tolérance entre les cultures. Le jardin, c'est la base, un lieu de vie commune. Une base d'harmonie aussi.
Et Tibhirine veut dire «les jardins» en tamazight. Tout un symbole, un signe... Dans le film Des Hommes et des dieux de Xavier Beauvois, il n'y a pas que la foi. Je le souligne souvent et c'est important. Michael Lonsdale a vécu 10 ans au Maroc. Entre 10 et 20 ans. Il sait de quoi il parle. Il incarne le personnage du Frère Luc pour différentes raisons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.