Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    Le nouveau gouvernement se fixe 12 objectifs durant la phase transitoire    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    50 kilomètres en deux ans    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche
Publié dans El Watan le 25 - 01 - 2021

A priori, c'en est fini du désir de la Fédération algérienne de football (FAF) d'adopter de nouveaux statuts avant la prochaine assemblée générale élective.
En effet, ce volet a définitivement été clos par la tutelle qui ne veut plus entendre parler de ce projet qui va à l'encontre de la décision formulée clairement par le ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS), Sid Ali Khaldi, qui a évacué cette question via la note méthodologique n°264 du 8 juin 2020 précisant qu'il était interdit aux fédérations de procéder aux changements des statuts avant la fin du cycle olympique.
La FAF a passé outre une autre recommandation contenue dans la note méthodologique, à savoir l'interdiction du changement de compétitions au cours de la dernière année du mandat.
Le MJS a fermé les yeux sur ce chapitre et la FAF a procédé au changement pyramidal du système de compétitions avec tous les dépassements et transgressions qu'il a charriés.
La fédération a alors programmé, conjointement avec la FIFA, l'amendement de nouveaux statuts qu'elle espérait mettre en pratique avant l'assemblée générale élective, prévue avant le 15 avril 2021. Jeudi, le MJS a définitivement tranché. Il n'y aura pas d'amendement de nouveaux statuts avant les élections pour un nouveau mandat.
La réunion qui a regroupé les cadres du MJS et les représentants des fédérations a validé l'agenda des assemblées générales électives des fédérations et a définitivement clos la question des nouveaux statuts, dont la FAF avait fait son cheval de bataille.
Face à l'intransigeance de Sid Ali Khaldi de ne rien céder sur le plan statutaire et réglementaire, des voix et des plumes de service ont enfourché le cheval de la menace et l'intimidation pour le faire fléchir sur une question qui relève de la souveraineté nationale.
Ni la FIFA ni son président et encore moins les hérauts du chantage médiatique ne changeront le cours de l'histoire. La convention standard de la FIFA, ratifiée par toutes les associations affiliées à la FIFA, dont la FAF, donne toute la liberté aux Etats qui financent le football à travers divers moyens de faire appliquer la législation nationale, comme le précise l'article 4 de la convention standard dans son alinéa 1 : «Les organes de l'association sont mis en place par un processus démocratique, libre et indépendant, en conformité avec la législation nationale et les dispositions statutaires, les règlements et les principes de la FIFA et de la confédération concernée.»
La FIFA elle-même reconnaît, à travers sa convention standard, la primauté de la législation nationale sur sa propre législation.
Les lois nationales et les décrets sont reconnus par la FIFA. Si l'Etat algérien, à travers son ministre de la Jeunesse et des Sports, a interdit la modification des statuts des fédérations avant l'assemblée générale l'élective, les fédérations sont tenues de s'y conformer comme le stipule la convention qui les lie à la tutelle.
L'alinéa 2 de l'article 2 de la convention standard précise : «Toutes les parties à la convention doivent respecter les valeurs mentionnées à l'alinéa 1», à savoir «les statuts et règlements du football, l'élection démocratique des instances dirigeantes, la légalité, la probité... la confiance, la transparence, le fair-play, la solidarité...» Jusqu'à preuve du contraire et à ce jour, il n'y a eu aucune immixtion d'une tierce partie dans les affaires de la FAF.
Aucune élection et aucun organe, ni individu élu n'a été dépouillé de sa qualité. Bien au contraire, les transgressions et dysfonctionnements ont été l'œuvre des hommes en place sans que le MJS n'intervienne, comme le lui confère l'article 181 de la loi du 23 juillet 2013.
Aucune interférence, de quelque nature que ce soit n'a été commise par le MJS à l'endroit de la FAF pour ouvrir la voie à l'intervention de la FIFA qu'appellent de leurs vœux ceux qui s'agitent autour des centres de décision de la fédération. Les amendements, s'ils doivent se faire, attendront jusqu'après l'assemblée générale élective, au printemps prochain.
De nombreuses fédérations dans le monde n'ont pas encore amendé leurs statuts avec ceux de la FIFA. La pandémie de Covid-19 a retardé la mise en œuvre de ce projet. La FAF le fera en temps opportun et sans aucune pression de quelque partie que ce soit.
L'intimidation, les menaces voilées, la stratégie de la peur ne feront pas abdiquer ceux qui sont en charge de ce dossier. En fait, pourquoi ce pressing et maintenant ?
Qui se cache derrière ce complot et pour quels objectifs est menée cette campagne ? Les masques tomberont bientôt et ceux qui avancent cachés seront démasqués. La FIFA restera un partenaire de la FAF, quelle que soit l'identité de celui ou ceux qui présideront aux destinées de l'instance faîtière du football national.
Ceux qui tonnent à longueur de colonnes de journaux, d'ondes radios et d'images télés «citoyens aux abris, la FIFA va lourdement frapper», leur réveil et celui de leurs mentors sera dur. Le ballon continuera toujours de rouler.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.