Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Printemps théâtral de Constantine : Un vibrant hommage pour Salim Merabia
Publié dans El Watan le 31 - 03 - 2021

L'âme du défunt Salim Merabia était présente samedi dernier au théâtre régional Mohamed Tahar Fergani (TRC), lors de l'ouverture du printemps théâtral de Constantine dans sa 19e édition.
Un événement organisé à la mémoire de l'un de ses fondateurs en 1995 et ex-directeur du TRC. «Salim Merabia a fondé cet événement au moment où le rire était interdit, l'expression artistique était non désirée et lorsque les gens rentraient chez eux à 15h.
Durant cette période, à Constantine, la culture résistait ; il y avait un festival, il y avait aussi le printemps andalou et le cinéma. La culture avait accompagné les événements de l'époque. Lors de la création de l'événement, tout le théâtre algérien était présent, pour que les artistes expriment leur position, surtout que ça coïncidait avec le 40e jour après l'assassinat de feu Azzeddine Medjoubi», a témoigné le réalisateur Ali Aïssaoui lors de la conférence de presse, animée vendredi dernier. Et de qualifier cet événement d'un bouquet de fleurs de printemps.
Un printemps, ajoute-t-il, qui a des signes précurseurs annonçant un bel horizon, annonçant des moments forts, une mosaïque de fleurs. Pour rappel, Salim Merabia est né en 1941. Encore étudiant, il avait participé discrètement à la révolution, avant d'intégrer le quotidien La dépêche de Constantine.
Après l'indépendance, Merabia devient instituteur de langue française, il travailla également comme journaliste à Annasr. Après l'arabisation de ce quotidien, il rejoignit le TRC en tant qu'administrateur, avant sa nomination en tant que directeur en 1994.
Il est également l'un des fondateurs et animateurs du Centre régional d'animation culturelle(CRAC). Selon ceux qui l'avaient connu, cet homme qui avait côtoyé de grands écrivains à l'instar de Malek Haddad et Kateb Yacine, a beaucoup donné à la ville du Vieux-Rocher et on lui doit la préservation et la réhabilitation de l'édifice du TRC.
Il a pris sa retraite en 2003, avant de tirer sa révérence en 2006 à l'âge de 65 ans suite à une attaque cérébrale.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.