Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Centre d'Alger : Ces ruelles insalubres et dangereuses
Publié dans El Watan le 31 - 05 - 2021

Au centre d'Alger, des ruelles infectes et dangereuses sont soigneusement évitées par les citoyens, notamment la nuit.
Elles sont pourtant situées à proximité de rues principales et de quartiers connus et fréquentés. Certaines d'entre elles ont bénéficié de travaux d'embellissement et de réhabilitation, ces dernières années, de la part des autorités locales, alors que d'autres sont à l'abandon. Dans les deux cas, ces passages sont à la fois un refuge pour les SDF et parfois un fief pour délinquants.
Depuis plusieurs semaines, des camions-citernes de l'APC d'Alger-Centre effectuent des opérations de nettoyage à grande eau afin de débarrasser ces ruelles des puanteurs qui s'en dégagent et autres détritus laissés sur place par leurs occupants de nuit.
Ces travaux de nettoyage sont quasi quotidiennement renouvelés et le problème est loin d'être réglé. Ces ruelles sont situées à la rue Larbi Ben M'hidi, à proximité de la Place Audin ainsi que du côté de la rue Didouche Mourad, pour ne citer que ces endroits.
Toutefois, d'autres zones problématiques et de non-droit sont à signaler à la rue Hassiba Ben Bouali, à Bab El Oued ou du côté de Belouizdad. Certains sont qualifiés de «coupe-gorge» par des citoyens qui ne s'y rendent qu'en plein jour.
A titre d'exemple, le passage longeant l'hôpital Mustapha Bacha, du coté de Meissonnier, fait office de marché informel dans la journée, mais rares sont les citoyens qui s'y aventurent dans la soirée. Idem pour les escaliers reliant, à différents endroits, la rue Didouche Mourad au boulevard Mohamed V.
Des résidents à proximité de ces rues admettent l'existence de problèmes d'insécurité, notamment la nuit et affirment que généralement les jeunes malfrats ne s'en prennent qu'aux étrangers. «Ces petits voyous commettent leurs petits larcins en ville et viennent se réfugier ici», nous dira un habitant, citant l'exemple d'endroits douteux qui leur permettent de se cacher, tels que la zone située entre la rue Burdeau et le quartier du Télemly.
Au-delà du problème de salubrité publique et de sécurité, les services concernés sont censés veiller à trouver des solutions radicales pour préserver la quiétude et le bien-être des habitants et des visiteurs de la capitale. Cela, d'autant que cette situation perdure depuis des années et que des travaux ont été effectués dans certaines ruelles pour les sortir de leur état de délabrement. Faut-il aussi signaler que bien d'autres endroits et pratiques affectent directement le cadre de vie des habitants. La consommation de drogues et de psychotropes, les bagarres et le tapage nocturne sont fréquents dans de nombreux quartiers.
Une situation qui dissuade les citoyens de sortir la nuit et suscite peur et appréhensions dès qu'un membre de la famille tarde à rentrer à la maison. Ainsi, les Algérois voient leur choix de sortie se rétrécir comme peau de chagrin. «Hormis la promenade des Sablettes, propre et sécurisé, jamais je ne pourrais sortir ailleurs en famille», nous dira un père de famille, ajoutant avoir déjà été importuné même au parc d'attraction de Ben Aknoun et à Bouchaoui. Notre interlocuteur a émis le vœu de voir bien d'autres places et jardins publics bénéficier du même intérêt de la part des autorités publiques.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.