Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Offensive diplomatique contre la Cédéao    Plus de 30 personnes renvoyées devant la justice panaméenne    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le match CSC-JSK décalé de 24 heures    Les secrets du président de la FIFA...    Formation accélérée pour l'obtention de la licence CAF C et B    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Dans l'attente de déterminer le mode d'enseignement    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    Zahia Ziouani au micro de Maya ? J'adore ! Vraiment !    La Chine émet une alerte jaune aux tempêtes de neige    Le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Le taux de chômage inférieur à celui de l'avant-pandémie    L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors va investir 23 mds EUR dans l'électrification sur 5 ans    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Une catastrophe environnementale et sanitaire évitée à Oran Est: L'APC d'Oran a décidé de porter plainte contre X    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Brèves Omnisports    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    La Sadeg améliore sa desserte    «Le pays est toujours ciblé»    Pénurie de... soldats!    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Les preuves du complot    Les APC sans majorité absolue débloquées    Lotfi Benbahmed rassure    Le temps de l'efficacité    Messi penserait à un retour au Barça    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    Les avocats mettent fin à leur grève    14 candidats en lice pour un siège de sénateur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Engager la bataille de la communication
Publié dans El Watan le 04 - 08 - 2021

Jamais auparavant, le gouffre qui sépare le peuple et la classe dirigeante n'a été aussi large et aussi profond. Au peuple qui meurt aux portes des hôpitaux, à ceux qui se démènent pour survive dans le chaos du manque de lits, de médicaments et de la crise de l'oxygène médical mise à profit par d'immondes spéculateurs, les dirigeants donnent l'impression de ne pas avoir pris à sa juste mesure la situation inédite que traverse le pays.
Aux morts qui s'amoncellent dans les morgues, aux tombes creusées à la hâte et à la chaîne, aux familles décimées, à leurs appels de détresse, aux orphelins qui pleurent leurs parents emportés par l'épidémie, aux praticiens de la santé tombés au champ d'honneur, les dirigeants, Président, gouvernement, Parlement et autres hautes institutions de l'Etat et conseils nationaux, ne dérogent pas à leurs mœurs. Ils ne communiquent pas et s'ils évoquent «la question», ce n'est qu'en termes édulcorés. Alors que sur le terrain un combat est livré jour et nuit pour la survie des citoyens, le discours des officiels est monocorde, propagandiste et populiste.
Il aligne des chiffres et des annonces frappés du doute. Le ton de la combativité, de l'engagement et de la détermination pour vaincre le corona, qui sied à une guerre comme celle qui est menée par les praticiens de la santé sur le terrain, est inconnu. En retour, les seules annonces officielles pour lesquelles on leur prête une oreille sont celles des nombres de contaminations et des morts quotidiens et celles relatives aux horaires de confinement dans les wilayas. Les coups de gueule percutants qui attirent l'attention et suscitent de l'intérêt chez les gens viennent, eux, des professionnels de la santé qui se battent au quotidien sur le front et parmi lesquels on compte déjà près de 230 décès.
Fidèles à leurs codes, les grands médias publics et leurs satellites ont emboîté le pas. Ils relèguent au second plan, et c'est beaucoup dire, tout ce qui se rapporte à la pandémie et à son cortège de désolation. Leurs messages de sensibilisation sont inefficaces, inopérants parce qu'indigestes.
Comment dans ce cas s'étonner de sa désinvolture, et stigmatiser le citoyen irresponsable, indiscipliné et récalcitrant ? Pour son manque de ton, sa pusillanimité, son décalage, le message officiel pour la lutte contre le fléau ne passe pas. Il est aussi suspect, mou et timoré que ses émetteurs.
A situations exceptionnelles, mesures exceptionnelles. Une grande partie des citoyens Algériens reste sourde aux appels pour stopper la contamination.
Elle serait plus attentive à des appels et des messages qui sortent de l'ordinaire et de leur rhétorique éculée. Confiée à des professionnels indépendants du pouvoir et de ses affairistes attitrés, qui ont fait leurs preuves et qui rendront des comptes, il est vital d'engager urgemment une bataille de la communication qui cible des personnes intelligentes et douées de sens et non pas des administrés qui doivent s'exécuter. Des appels qui sauront parler au cœur de ce peuple qui vient, une fois de plus, de prouver, dans l'asphyxie à l'oxygène, sa fraternité, sa générosité et son sens du sacrifice pour autrui.
Des messages, nombreux et différents, clairs et attrayants dans la langue du peuple avec ses métaphores et ses mots d'esprit locaux qui seront portés par tous types de médias et de supports, y compris les espaces publicitaires comme les panneaux et les bus. Une bataille de la communication où le matraquage, cette fois-ci, doit prendre tout son sens.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.