Deux clubs espagnols se disputent Isco    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Fête de l'indépendance: 160.000 logements à distribuer    JM-Oran 2022: La boxe et l'athlétisme enrichissent la moisson algérienne    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    La plaidoirie de Lamamra    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Les clés de l'indépendance    L'Algérie se dote d'une unité d'insuline    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    M. Diafat lance le programme national de développement des micro-entreprises    Le sens et les messages d'un défilé    Makri avance sa proposition    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    De quoi le 5 Juillet est-il le nom?    Comme un certain 5 Juillet 1962...    Le «Train de la Mémoire» sur les rails    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    Lancement de la distribution de 160.000 logements à l'échelle nationale    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Appel à la levée de l'embargo sioniste sur Ghaza: le Hamas salue un rapport de l'ONU    JM: programme des finales prévues dimanche    JM/Judo: l'Algérie renoue avec l'or 13 ans après    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Message de l'ancien Président Liamine Zeroual à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Engager la bataille de la communication
Publié dans El Watan le 04 - 08 - 2021

Jamais auparavant, le gouffre qui sépare le peuple et la classe dirigeante n'a été aussi large et aussi profond. Au peuple qui meurt aux portes des hôpitaux, à ceux qui se démènent pour survive dans le chaos du manque de lits, de médicaments et de la crise de l'oxygène médical mise à profit par d'immondes spéculateurs, les dirigeants donnent l'impression de ne pas avoir pris à sa juste mesure la situation inédite que traverse le pays.
Aux morts qui s'amoncellent dans les morgues, aux tombes creusées à la hâte et à la chaîne, aux familles décimées, à leurs appels de détresse, aux orphelins qui pleurent leurs parents emportés par l'épidémie, aux praticiens de la santé tombés au champ d'honneur, les dirigeants, Président, gouvernement, Parlement et autres hautes institutions de l'Etat et conseils nationaux, ne dérogent pas à leurs mœurs. Ils ne communiquent pas et s'ils évoquent «la question», ce n'est qu'en termes édulcorés. Alors que sur le terrain un combat est livré jour et nuit pour la survie des citoyens, le discours des officiels est monocorde, propagandiste et populiste.
Il aligne des chiffres et des annonces frappés du doute. Le ton de la combativité, de l'engagement et de la détermination pour vaincre le corona, qui sied à une guerre comme celle qui est menée par les praticiens de la santé sur le terrain, est inconnu. En retour, les seules annonces officielles pour lesquelles on leur prête une oreille sont celles des nombres de contaminations et des morts quotidiens et celles relatives aux horaires de confinement dans les wilayas. Les coups de gueule percutants qui attirent l'attention et suscitent de l'intérêt chez les gens viennent, eux, des professionnels de la santé qui se battent au quotidien sur le front et parmi lesquels on compte déjà près de 230 décès.
Fidèles à leurs codes, les grands médias publics et leurs satellites ont emboîté le pas. Ils relèguent au second plan, et c'est beaucoup dire, tout ce qui se rapporte à la pandémie et à son cortège de désolation. Leurs messages de sensibilisation sont inefficaces, inopérants parce qu'indigestes.
Comment dans ce cas s'étonner de sa désinvolture, et stigmatiser le citoyen irresponsable, indiscipliné et récalcitrant ? Pour son manque de ton, sa pusillanimité, son décalage, le message officiel pour la lutte contre le fléau ne passe pas. Il est aussi suspect, mou et timoré que ses émetteurs.
A situations exceptionnelles, mesures exceptionnelles. Une grande partie des citoyens Algériens reste sourde aux appels pour stopper la contamination.
Elle serait plus attentive à des appels et des messages qui sortent de l'ordinaire et de leur rhétorique éculée. Confiée à des professionnels indépendants du pouvoir et de ses affairistes attitrés, qui ont fait leurs preuves et qui rendront des comptes, il est vital d'engager urgemment une bataille de la communication qui cible des personnes intelligentes et douées de sens et non pas des administrés qui doivent s'exécuter. Des appels qui sauront parler au cœur de ce peuple qui vient, une fois de plus, de prouver, dans l'asphyxie à l'oxygène, sa fraternité, sa générosité et son sens du sacrifice pour autrui.
Des messages, nombreux et différents, clairs et attrayants dans la langue du peuple avec ses métaphores et ses mots d'esprit locaux qui seront portés par tous types de médias et de supports, y compris les espaces publicitaires comme les panneaux et les bus. Une bataille de la communication où le matraquage, cette fois-ci, doit prendre tout son sens.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.