Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    La société civile en question    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    Les directeurs des CEM se rebellent    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les hôpitaux à l'épreuve du manque d'oxygène
ALORS QU'UN COMMERCE LUCRATIF DE CET ELEMENT PROSPÈRE SUR LES RESEAUX SOCIAUX
Publié dans Liberté le 31 - 07 - 2021

L'oxygène manque dans les hôpitaux qui enregistrent une affluence record, ces derniers jours, de patients en détresse respiratoire.
"Le problème majeur dont souffrent les hôpitaux algériens actuellement est le manque d'oxygène et non les lits", a admis le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, lors d'une rencontre d'évaluation qui s'est tenue jeudi avec les directeurs de la santé publique, appelant à "la coopération entre tous pour surpasser cette crise en rassurant le citoyen loin de tout stress et discours pessimistes".
Pour Lyès Merabet, président du Syndicat national des praticiens de la santé publique, l'afflux accéléré des malades a mis les hôpitaux sous pression : "Un hôpital qui recevait entre 10 et 20 patients Covid, en une à deux semaines, est confronté actuellement à ce même nombre en une heure. La wilaya de Blida compte actuellement 800 hospitalisations Covid-19. Tous ont besoin de grandes quantités d'oxygène, alors que les citernes ont une capacité de stockage limité. Si l'approvisionnement n'est pas constant, il y a risque de rupture de stock d'oxygène."
Ce praticien de la santé publique estime qu'on n'a pas tiré les leçons de la deuxième vague "lorsque l'hôpital de Biskra a connu un épisode de manque d'oxygène". "Il y a eu un relâchement. Il ne fallait pas attendre cette troisième pour réagir", dit-il. Les hôpitaux publics n'ont pas prévu des plans prospectifs, précise-t-il, pour acquérir des générateurs d'oxygène.
Actuellement, détaille un infirmier qui a requis l'anonymat, la plupart des structures sanitaires sont alimentées par de simples bouteilles d'oxygène pour lesquelles, il faut mobiliser des équipes pour les transporter, et qui, au final, alimentent le malade qu'environ 7 heures.
Une scène qui s'est déroulée à l'hôpital d'Aïn Taya, largement relayée sur les réseaux sociaux, illustre bien cette situation. On y voit des hommes en blouses blanches se ruant sur un camion, emportant en courant des bonbonnes d'oxygène.
Pourtant, selon le ministre de l'Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed, le pays a presque quadruplé en 2021 sa production par rapport à l'année dernière, passant à plus à 400 millions de litres d'oxygène gazeux, sous-entendant que le manque d'oxygène dans les hôpitaux est avant tout une question de carence en installations, de gestion des stocks et de distribution.
La solution, selon Lyès Merabet, est "d'envisager lors de la construction de nouveaux hôpitaux et cliniques des installations de production et de répartition dans les chambres d'oxygène médical en plus des citernes de réserve".
Le Premier ministère a annoncé dans ce sens, avant-hier, l'acquisition de dix unités de productions d'oxygène à répartir sur les grands établissements hospitaliers avec pour but d'atténuer la pression qui prévaut actuellement.
Mais les Algériens restent circonspects vis-à-vis des dernières mesures prises par les pouvoirs publics. Les initiatives citoyennes de collecte de dons se sont multipliées pour doter en urgence les hôpitaux en oxygène.
La hausse exponentielle des contaminations a été, hélas aussi, l'occasion pour certains de lancer un fructueux business. La tension sur les concentrateurs d'oxygène a, dans ce cadre, entraîné une flambée de leur prix, atteignant jusqu'à 250 000 DA l'unité de 10 litres.
Quant à leur location, les prix affichés sur les réseaux sociaux ne descendent pas au-dessous de 4 500 DA la journée. De même pour les oxymètres vendus à 11 000 DA, alors qu'ils étaient à moins de 6 000 DA, il y a quelques semaines.

N. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.