Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Exposition de peinture à la galerie Ezzour'Art : Plusieurs générations d'artistes se côtoient
Publié dans El Watan le 28 - 08 - 2021

Intitulée «Summer Art», cette exposition de peinture collective regroupe certes des artistes peintres confirmés, mais également des artistes amateurs qui font leur baptême du feu. Les participants aux différentes tendances artistiques exposent une quarantaine d'œuvres avec une moyenne de 4 à 5 tableaux par artiste.
Le public peut découvrir lors de cette exposition de peinture collective le travail de la jeune autodidacte Raja Ouslimane. Elle qui se plaît à présenter une cité, avec son bâti ancien, peuplé de personnages colorés de dos, des silhouettes de femmes emmitouflées dans des tenues en chèche multicolores ou encore des hommes drapés d'un burnous et d'un tarbouche rouge se prosternant de dos pour accomplir le rituel de la prière. Architecte de formation, Raja Ouslimane nous explique que la silhouette répétitive est la représentation picturale du sentiment d'engourdissement que cause «une société mono-culturel et générique, comme celle dans laquelle nous vivons.
Dans le sens où on devrait tous se ressembler, avoir les mêmes idées et se comporter de la même manière. Surtout lorsque il s'agit de la religion où on se retrouve dans une sphère de foi purement démonstrative et pas plus, peu importe notre choix, on est automatiquement stigmatisé.
Cette monotonie aride était probablement à un certain point de l'histoire nécessaire pour formuler et établir une identité algérienne unie. Aujourd'hui, cela nécessite une réflexion profonde. Nous sommes un peuple qui se bat encore contre sa propre volonté d'idéologiser la vie. Parce que nous sommes attirés par la simplification excessive et ce n'est pas étonnant que la complexité du monde et de la vie est intimidante. Et encore, il existe une sorte de sécurité sociale dans l'appartenance à un groupe.
Ce besoin de sécurité puise cette origine de l'histoire de l'évolution de l'espèce humaine. Néanmoins, il est clair que la réponse à la problématique de l'humanité et de la vie, c'est l'individualité, l'intégrité et la liberté de l'individu. Nous sommes la génération qui va certifier avoir vu, avoir entendu et avoir vécu la chute. Et j'ai peur que je n'aurais qu'à témoigner de cela à travers mes œuvres», éclaire-t-elle.
Concernant sa palette de couleurs variées, elle précise que ce n'est pas un rituel pour elle que de sélectionner ses couleurs avant de commencer une toile. Généralement, elle est intuitive par rapport à cela. Dans des cas très spécifiques, elle sélectionne une toile d'un des artistes qu'elle admire et elle essaye de mimer à sa manière l'atmosphère tissée à travers ses choix colorimetric.De son avis, c'est un bon exercice.
Pour rappel, Raja Ouslimane est détentrice depuis 2019 d'un master II en architecture et urbanisme de l'université Saâd Dahleb de Blida. Son don pour le dessin remonte à l'école primaire. Au cours de 2020, elle a collaboré avec une boutique de chaussures, de sacs italiens et a lancé une collection de sacs en cuir peints à la main. Ce travail lui a permis d'allier son amour de l'art et sa formation d'architecte afin de promouvoir notre patrimoine architectural national. Radja n'a pas une thématique précise pour l'art. Elle peint son vécu. Elle passe d'une période à l'autre, d'un thème à l'autre sans ambages.
Dans une approche totalement différente, Nada Maissoune Bechichi propose des dessins sur verre, créant parfois des formes insolites et des contrastes uniques. Pour sa toute première exposition de peinture, elle exhibe quatre œuvres, réalisées il y a tout juste deux mois. Le regard se laisse happer par ce tableau floral, ce miroir arabesque ou encore par cette murale mandala colorée. Celle-ci se déclinant sous forme florale se présente comme une figure géométrique circulaire qui se compose de motifs symétriques et équilibrés. La mandala est bien plus qu'un simple dessin.
Il s'agit en fait d'une représentation symbolique de l'univers, de la pureté intérieure et de la divinité. Cette autodidacte, par excellence, a abandonné le milieu professionnel bancaire depuis cinq ans pour s'adonner à sa passion de toujours, à savoir la peinture. Difficile mais elle compte bien en faire son métier. Nada tient à préciser qu'elle ne fait jamais du copier-coller mais elle part, plutôt d'une idée donnée pour aboutir à une œuvre finale.
A ces deux artistes, vient s'ajouter Hani Bensaci, un autre artiste peintre autodidacte qui expose ses œuvres depuis 2009. Pour la circonstance, il exhibe cinq tableaux représentant des paysages marins, des natures mortes ainsi que la Casbah d'Alger
. Il ne lasse pas de reproduire des marines contemporaines avec cette exactitude au niveau des couleurs es couleurs de la mer et du coucher du soleil. Ce mordu de peinture nous confie qu'il lui arrive parfois d'immortaliser ses coups de cœur avec son appareil photo pour ensuite les coucher sur sa toile. Il s'appuie également sur d'anciennes cartes postales pour reproduire un lieu ou une situation donnée.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.