Tripoli : 9 morts dans le bombardement d'un dépôt militaire    Crise libyenne : Alger et Tunis affichent leurs inquiétudes    Sports mécaniques : Le CSMB s'illustre    Delort, quelle bonne pioche de Belmadi !    BAC 2019 dans la capitale : Plus de 58 000 candidats    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Baghlia : Manque de transport public    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    L'AACC s'oppose à la dissolution de l'Office central de répression de la corruption    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    114 comprimés psychotropes saisis, deux arrestations    Tlemcen: Un jeune tué à coups de couteau et de sabre    83,31% de réussite à la «5ème»    La saga judiciaire continue    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Quelques scénarios de sortie de crise    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Pour renforcer prochainement la cartographie et la télédétection : Une caméra numérique de nouvelle génération à Oran    Hommage à Ahmed Kellil    Karim Djoudi et Amar Tou, placés sous contrôle judiciaire    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le président déchu comparaîtra la semaine prochaine    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    ACTUCULT    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prise en charge des personnes âgées
Ces parents privés de familles
Publié dans El Watan le 15 - 05 - 2005

Les vingt-quatre centres d'accueil pour personnes âgées et handicapées, gérés par le ministère de l'Emploi et de la Solidarité nationale, s'avèrent insuffisants, voire inadaptés à la prise en charge de 1865 pensionnaires - 864 femmes et 991 hommes.
Ce chiffre a tendance à évoluer à la hausse et montre que le recours aux placements dans les centres d'accueil devient de plus en plus important, notamment quand il s'agit de personnes handicapées ou malades mentales et qui exigent donc une prise en charge particulière. C'est la conclusion à laquelle sont arrivés hier les participants à la journée d'étude consacrée à ce thème et organisée par l'Association d'aide aux personnes âgées, avec la collaboration du ministère délégué chargé de la Famille et de la Condition féminine.
Abandon
Cette manifestation entre dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale de la famille, décrétée par l'Assemblée générale de l'ONU en 1994. Ainsi, selon les spécialistes, les problèmes rencontrés dans la prise en charge de cette catégorie de la population, dite du troisième âge, sont les mêmes dans toutes les structures d'accueil. « La plus grande proportion de nos pensionnaires, soit plus de 50%, présente un handicap physique et des maladies mentales. Ces pensionnaires ont été placés par leurs familles qui les ont par la suite abandonnés. Il y a également les marginaux qui n'ont aucune attache familiale, généralement des enfants abandonnés qui grandissent sans familles et finissent par atterrir dans les centres. Ce qui nous incite à militer pour le placement des enfants abandonnés dans les familles d'accueil. Il existe aussi une minorité de personnes âgées placées dans les centres par leurs leurs proches à la suite de conflits familiaux. Notre plus grande difficulté est cette cohabitation entre les personnes saines et les malades mentaux », a déclaré Mme Silarbi, directrice du centre de vieillesse de Sidi Moussa. Celle-ci a mis l'accent sur les problèmes que rencontrent les pensionnaires pour avoir accès aux soins spécialisés dans les hôpitaux. La directrice a interpellé les pouvoirs publics sur la nécessité de séparer les personnes âgées malades de celles en bonne santé, tout en proposant la création de maisons de retraite qui offrent les meilleures conditions de vie pour les retraités sans familles. Le ministre de la Solidarité, Djamal Ould Abbas, a, dans une longue intervention, parlé des 28 structures d'accueil, dont 24 sont opérationnelles, à travers 23 wilayas. Le ministre a plaidé pour un travail de sensibilisation en direction des familles afin qu'elles ne privilégient pas le placement dans les centres pour les personnes âgées. Il a reconnu que « la société algérienne est en pleine évolution et a tendance à connaître donc les mêmes problèmes que les pays développés, mais dont les capacités sont plus importantes ». Il a mis l'accent sur l'apport du mouvement associatif dans le soutien et l'aide à ces personnes « qui vivent dans un dénuement le plus total ». Le représentant du ministère des Affaires religieuses a, quant à lui, appelé à une éducation des enfants basée sur le respect envers les parents afin de renforcer les liens sacrés de la famille.
Un vide juridique
Ces liens, a insisté le représentant du ministère de la Solidarité, sont en train de s'effriter du fait « de la disparition progressive de la cellule patriarcale, pour laisser place à la cellule nucléaire, composée uniquement du couple et des enfants ». M. Hamoudi, professeur à l'université de droit, a, quant à lui, fait état du vide juridique qui existe en matière de protection des personnes âgées alors que des lois existent pour préserver les droits des mamans, des enfants, des travailleurs et des retraités. Il a néanmoins rappelé les quelques dispositions du code de la famille qui préservent les droits des personnes âgées en milieu familial, également celles de la loi sur la protection sociale et du code de la santé. « Le grand problème aujourd'hui est de réprimer l'abandon des parents par leurs enfants. Comment obliger la famille à reprendre la personne âgée et lui garantir une nourriture, un toit, des habits et des soins ? » M. Brahimi, du comité olympique, a exprimé son « inquiétude » face à ce phénomène de placement des personnes âgées dans les centres d'accueil. « Nous ferons tous un jour partie de cette catégorie du troisième âge et chacun de nous doit penser à cet avenir très proche. Comment peut-on décider de se couper des parents après toute une vie commune et un sacrifice très lourd à supporter ? Nous sommes en train de les pousser vers la mort, alors qu'ils ont tant de choses à nous donner. » Axée sur la prise en charge sanitaire des personnes âgées, le représentant du ministère de la Santé fait état des différentes maladies auxquelles est confrontée cette catégorie de la population, qui a tendance à connaître une hausse considérable dans les prochaines années. « Maladies cardiovasculaires, rhumatismes, maladies psychosomatiques, pathologies mentales, ophtalmologiques et cancéreuses sont celles qui reviennent le plus souvent chez les pensionnaires des centres d'accueil. Leur état psychologique affecté du fait de la marginalisation dont elles sont victimes influe négativement sur leur prise en charge et engendre souvent des complications. » Ces interventions se sont terminées en fin de journée avec comme conclusion « la nécessité de se pencher sérieusement sur cette catégorie de la population qui a tant donné à la famille et au pays ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.