Le président Tebboune annonce son retour    Deux terroristes abattus au cours d'un accrochage    Belmadi dénonce    953 nouveaux cas en Algérie    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Rien ne va plus pour le Real Madrid qui chute en Ukraine    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    Le président Tebboune de retour au pays prochainement    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    HACIANE (MOSTAGANEM) : Le wali inspecte la zone industrielle de Bordjia    JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA : Benbouzid affirme la volonté de l'Algérie d'éradiquer l'épidémie    PROGRAMME ‘'LPA'' 2018-2019 A MOSTAGANEM : Le wali préside une réunion de coordination    28 INTERVENTIONS ENREGISTREES : Alerte à l'asphyxie au gaz à Mostaganem    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    L'Université Oran 2 au temps de la Covid-19 : cap sur le mode d'enseignement à distance    La vente des billets à partir de demain    Flambée des prix de l'aliment de bétail    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    Le CRB assure l'essentiel    Le casse-tête de l'association des supporters    Mahdi Khelfouni n'est plus    Le fisc peine à taxer les fortunes    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Le procès en appel de "Mme Maya" reporté au 7 décembre    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    À Kinshasa, le combat des amoureux du livre et de la lecture    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Une écriture antillaise    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au nord-est du Nigéria    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un intrus encombrant !
Publié dans El Watan le 27 - 06 - 2005

Il fallait bien restaurer, réparer, requinquer des immeubles, des logements, des murs lézardés, des couloirs décrépits, des escaliers à bout de souffle. Du grain à moudre dans une cité forcée de se résigner à boire le calice jusqu'à la lie.
Que l'on se mette enfin à trancher dans le vif en retroussant les manches est de bon augure. L'attentisme et l'apathie n'ont que trop duré. Mais il y a la médaille et le revers de la médaille, selon l'expérience consacrée. Ces travaux de réfection, que l'on observe en différents endroits de la capitale, ont fini par nous contraindre à nous accommoder d'un intrus fort détestable, et dont on aurait volontiers fait l'économie. Je veux parler de tous ces tas de gravats qui trônent partout et qui s'installent pesamment à l'entrée des bâtiments, sur la chaussée, les trottoirs, jusque dans les coins les plus reculés. Des amoncellements disgracieux et envahissants de sacs de gravats « colonisent » l'espace public, générant moult perturbations. L'environnement en prend un sacré coup. Tous ces résidus rajoutent encore plus de laideur dans une ville qui a perdu son lustre et son élégance depuis belle lurette. S'impose alors la nécessité de restaurer tout en s'efforçant de nettoyer autant que faire se peut. Et c'est un moindre mal. Or, on s'aperçoit qu'en ce cas précis, tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes. Loin s'en faut. L'éternel sentiment d'atermoiement, de dilettantisme, prévaut et diffère constamment le ramassage de ces détritus encombrants. L'évacuation des déchets traîne et pénalise tout le monde. J'en veux pour preuve toute cette poussière qui se lève dès que soufflent les vents. Un vrai calvaire. Et on peut multiplier la liste des désagréments. Est-il nécessaire de préconiser un enlèvement rapide des gravats avant qu'ils n'atteignent une hauteur « pharaonique ». Ce serait un gros progrès à mettre à l'actif de toutes les bonnes volontés.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.