Erdogan : l'Algérie, un élément de stabilité et de paix dans la région    Liverpool fonce sur Fabian Ruiz    Le ministre émirati des Affaires étrangères en visite lundi à Alger    Un nouveau site électronique pour la DG des Douanes algériennes    Handball / CAN-2020: l'Algérie bat l'Angola (32-27) et prend la 3e place    Coronavirus: le ministère de la Santé appelle à l'impératif respect des mesures préventives    MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur reçu par le président de la République    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Le dossier de Karim Tabbou transféré en correctionnel    Une bactérie dans le camembert Tassili    MOUVEMENT DANS LES CORPS DES WALIS : Le président Tebboune procède à un nouveau changement    ASPHYXIEE AU MONOXYDE DE CARBONE : Une femme décède à Beni Messous    Les entretiens Tebboune-Erdogan élargis aux membres des deux délégations    Une réplique d'une magnitude de 3,3 enregistrée à Jijel (CRAAG)    Accidents de la circulation: 9 morts et 46 blessés en 24 heures    Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours    Pour une conférence nationale indépendante    Première apparition publique de Lyes Fakhfakh    Les forces gouvernementales se rapprochent d'un objectif-clé    Le bilan du raid contre une base américaine en Irak s'alourdit    Irak : le pouvoir déterminé à mater la révolution    La Banque Casher de la souffrance !    Les actes qui "tuent" les promesses    Nabil Alloune et Ilyas Lahouazi devant le procureur aujourd'hui    L'USMA manquait d'armurerie !    Les hirako-sceptiques et le moral du peuple    Déception des uns, réticences des autres…    La production en hausse, les pénuries subsistent    Alliés pour tuer le progrès !    Les meilleures plantes pour purifier et désenflammer le côlon    La Fémis accueillera un cinéaste algérien pour son université d'été    "Les Algériens ignorent pour la plupart l'histoire de leur pays"    Des ahmadis convoqués par la justice    Le dégoût de l'Europe    Ligue 2 (16e j): le WA Tlemecen rejoint l'O. Médéa en tête du classement    En bref    Assemblée Générale Extraordinaire du COA : Les cinq membres «exclus» remplacés    Les procès de l'année 2019 sans aucun effet    Transfert : Benzia en négociation avec Dijon    26e opération de relogement : La première étape a concerné plus de 200 familles    Il fera escale les 18 et 19 février prochain: Le salon itinérant de l'étudiant s'internationalise    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme: Près de 1.500 nouveaux cas de cancer en 2019     Suscitant une polémique franco-française: Macron compare la guerre d'Algérie à la shoah    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Comme l'ombre d'un doute…    Le rendez-vous de toutes les surprises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bab El oued. Loisirs urbains
La capoéira, artistiquement martiale
Publié dans El Watan le 02 - 08 - 2005

Les jeunes Algérois trouveront toujours, en dépit de toutes les privations, de quoi s'occuper pour ne pas passer des journées entières à ne rien faire. A Bab El Oued, à Alger, le bonheur est dans un sport qui vient du Brésil : la capoéira.
Sur une plage pleine de détritus, à Kaâ Sour, littéralement « le bas du mur », près d'El Kitani, Amine, Nassim, Ahmed et les autres se donnent rendez-vous. Ils se livrent à leur passion : l'entraînement acharné pour développer la technique de capoéira. Nous les observons pendant un moment avant de leur demander ce qu'ils font. Ils disent qu'ils pratiquent la capoéira et précisent que c'est un art martial déguisé en danse. Nous regardons pendant un moment. Notre présence n'a pas l'air de les déranger. Ils reviennent à nous et racontent les difficultés qu'ils rencontrent en pratiquant ce sport. Pas de salle où s'entraîner. Pas de moyens non plus. Malgré tout, ils déclarent ne pas vouloir abandonner. Quoi qu'il arrive, ils continueront à pratiquer la capoéira. Et ils envisagent de l'apprendre à d'autres. Au fait, quelle est l'origine de la capoéira ? C'est une danse venue d'Afrique, précisément d' Angola. Elle a été importée au Brésil par des esclaves traînés de force par les conquistadores au XIVe siècle. Au Brésil, les esclaves l'ont développée pour la rendre plus combative. C'était leur façon de se défendre contre les maîtres qui les maltraitaient. Danser en se défendant ? Ou se défendre en dansant ? Sont-ce là les raisons qui poussent les jeunes Algériens à la pratiquer ? Avec la violence qui règne dans la société, il se pourrait que ce soit le cas. Cela dit, la capoéira n'est pas que violence. Au contraire, c'est un art de bienfaisance qui permet de développer un esprit sain dans un corps sain. La base de la capoéira est la jénga, une danse qui représente des esquives, prépare un enchaînement de coups de pied, suivis de mouvements acrobatiques. Aujourd'hui, la capoéira existe partout dans le monde. Des compétitions sont organisées chaque année aux niveaux local et international, dans les pays qui l'ont adoptée. Ceux qui pratiquent la capoéira sont prisés pour leur talent d'acrobate par le monde des arts et des spectacles : différentes démonstrations sont faites par des capoéristes dans les cirques, casinos, cabarets et autres lieux de divertissement. En Algérie, la capoéira commence à se développer à grands pas. On la pratique dans toutes les régions, et les jeunes sont de plus en plus nombreux à l'adopter. Une aubaine dans un pays où les activités destinées aux jeunes sont rares. Des jeunes doués, pleins d'espoir, qui veulent réussir là où d'autres ont échoué. Ils veulent faire connaître une discipline sportive encore méconnue du grand public. La capoéira a été, pour certains d'entre eux, un tremplin vers l'Europe, comme en France où ils ont eu la chance de se produire dans de nombreux spectacles et où le succès fut au rendez-vous. A se demander quelles sont les raisons qui ont fait que ces jeunes n'ont pu s'épanouir qu'une fois en dehors de chez eux, la réponse paraît simple : la créativité artistique, bien qu'elle soit qu'à ses débuts, n'a jamais fait l'objet d'un intérêt réel de la part des autorités concernées.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.