TRIBUNAL MILITAIRE : L'avocat du général Toufik demande le report du procès !    PRESIDENTIELLE : 39 postulants à la candidature retirent les formulaires    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    Real Madrid: Benzema, un record de la tête en 2019    Boudjemaâ Talaï placé sous mandat de dépôt    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Les magistrats confirment et dénoncent    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    Le procès renvoyé au 29 septembre    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lycée Ettaâlibiya 1
Le Palais du dey se délabre
Publié dans El Watan le 28 - 09 - 2005

Le Palais du dey Hussein, situé à l'enceinte même du lycée Ettaâlibiya 1, est dans un état de délabrement inquiétant. Ce joyau architectural datant de l'époque ottomane, a servi entre 1819 et 1830, de résidence secondaire pour le dernier dey de la Régence d'Alger.
D'après certaines informations recueillies auprès d'un enseignant, ayant exercé dans l'établissement précité, cet édifice a été livré aux aléas du temps des années durant. Il n'a bénéficié d'aucune mesure visant une quelconque préservation. « En sus des affres du temps, des actes de vandalisme commis par certains élèves ont aggravé sa détérioration. Tout en ignorant la valeur de ce monument historique, ces élèves ont arraché des motifs ornementaux », a-t-il témoigné. Du côté de l'APC d'Hussein Dey, on se targue ostensiblement d'avoir arrangé une opération de restauration. « L'APC d'Hussein Dey a chargé une entreprise spécialisée pour réhabiliter le Palais du dey », a déclaré un élu de l'APC. Notre déplacement sur les lieux nous a permis de constater l'état de délabrement très avancé. Des pièces en bois ont été fixées en guise de support. Les parois ont été également dégarnies de leur crépi initial. « Les travaux sont à l'arrêt. Les travailleurs de l'entreprise, à laquelle on a confié la réhabilitation, n'ont plus remis les pieds depuis plus de six mois », a affirmé une source proche du lycée. Contacté à propos de la restauration du palais, un chercheur de l'Agence nationale d'archéologie a précisé que la direction de la culture de la wilaya d'Alger a engagé une entreprise pour procéder à la restauration. « Au lieu de confier l'opération à l'Agence nationale d'archéologie qui dispose de spécialistes habilités à assurer convenablement la restauration des monuments, la direction de la culture a soumissionné une entreprise, dont les travailleurs ignorent tout à fait le domaine. Quelques travaux ont été exécutés, mais ils ne répondent à aucune norme », a-t-il expliqué. Au demeurant, cette situation ne pourrait que favoriser davantage la dégradation de cet édifice. Toutefois, si les travaux de restauration ne sont pas entrepris d'une manière adéquate, ce monument, reflétant une période historique, disparaîtra à jamais.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.