Barça : Bartomeu prévoit des arrivées mais également des départs    Ligue 1 Mobilis: Le programme des rencontres de la 30ème journée    Trump relativise les tirs de missiles nord-coréens    Lotfi Cheriet retournera-t-il à l'Arav ?    Flambée des cours et tension sur les devises en vue    Les itinéraires-bis vers la capitale, les impers noirs ou gris et tous les chemins qui ne mènent pas à Achgabat !    Sahli et Belaïd se retirent de la course    Grève de deux jours à partir de mardi    Venezuela: Guaido refuse tout "faux dialogue" avec Maduro    Téhéran dénonce la surenchère américaine    La police diffuse de nouvelles photos du suspect    Les raisons d'une visite    Transition : la mort de l'article 102    Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"    Mellal : "J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive"    Belaïli et l'EST se rapprochent du sacre    Galettes de légumes    5 224 élèves aux examens de 5e    Sachez que…    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    Le retour de Kamel Ferrad    Le pessimiste, cet ennemi du bonheur    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Skikda : Prison ferme pour cinq douaniers    Aïn El Turck pas encore prête pour l'accueil du rush des vacanciers: Les prémices d'un énième échec de la saison estivale    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Cette jeunesse algérienne qu'on entend rugir sur Facebook    Le président Trump effectue une visite au Japon    La liste s'allonge    L'activité en baisse de 85%    Sonatrach peut-elle s'en passer?    Lâche agression d'une fonctionnaire    La Caravane verte contre les feux de forêts    Il fallait y penser    Que faire?    Le Hirak libère les énergies    Des adoptions dans un climat délétère    Asselah offre le maintien à son équipe    Signature imminente de Fékir?    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    Plus de 4.750 logements attribués    Où est la promesse du gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





YA BAHDJATI ! : Dar El Hamra, le palais rouge ou l'exil du Dey
Publié dans Horizons le 06 - 09 - 2009

Pourpre est la demeure du dey …La fontaine vermeille, Ain el Hamra également …c'est elle qui a partagé son appellation avec le palais de Hussein construit à l'image des autres palais d'Alger l'indisciplinée. Elevé dans cette partie de la ville basse proche de la mer, Dar El Hamar n'était pas la demeure favorite du Dey Hussein. Les luttes intestines et secrètes lui faisaient craindre pour sa vie. La citadelle et ses remparts impressionnants hérissés de canons et autres batteries étaient plus surs en cette période de rivalité et d'adversité absolue.
Le dey tournait le dos à cette magnifique résidence aux balcons des galeries faits dans des bois sculptés par des mains d'artisans et artistes. Rien n'a été laissé au hasard.
Faïences de Hollande, murs de fines dentelles , plafonds en bois recouverts de fines feuilles d'or et d'enluminures réalisées par des maîtres miniaturistes. Cet énième joyau architectural d'El Djazair a été le lieu de l'ultime départ vers l'exil du Dey Hussein. Zenkat Ain El Hamra, le quartier de la source vermeille, protégeait les maisons et voûtes, les murs et parois où régnait raconte l'homme à la parole magique tout un environnement où le pourpre, le vermillon et le rouge écarlate dominaient. Le conteur finira son récit sur le lieu de prières qui était la mosquée rouge, Djamaa el Hamra , lieu d'où sont montés vers le Très Haut tant d'adorations et de culte et qui sera détruite sans états d'âme en 1863.
- Dar-El-Hamra «Dar Mami Arnaout», se situe dans la basse Casbah, au niveau de la place de la régence, bordant la rue Mohamed Bouras (Zenqat Ain el Hamra).
Construite par le Dey Hussein en 1818, elle a subi une succession de transformations dues notamment à son aménagement en hôtel du directeur des fortifications puis aux élargissements des voies à l'époque coloniale, utilisée par la suite comme habitation et enfin siège de l'OFIRAC. Elle fut classée en 1887. Elle a subi de légers travaux en 1986 et des travaux de restauration suite au séisme de 2003.
Ce palais abritera le Centre National de Recherche en Archéologie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.