Dubaï : Le ministre Abdelkader Messahel reçoit le Prix des pionniers arabes des réseaux sociaux    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    «Le médicament anti-douleurs sera disponible dans toutes les pharmacies»    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    BLOQUANT LA CHAINE DE PRODUCTION D'EL HADJAR : Les recrutés en CTA protestent à Annaba    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    300 MISES EN DEMEURE ADRESSEES AUX BENEFICIAIRES : 23 marchés couverts non exploités à Oran    A l'écoute des fédérations    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    5 candidats pour un siège    Le communiqué déroutant de la coalition    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Remise de clefs de 100 logements sociaux sur les 300    Deux morts et deux blessés graves dans un accident de la circulation à Aïn Touta    Nouvelle orientation    «C'est un jour important pour moi»    Riche programme au menu    30 artistes entrés en lice    Un Nobel, c'est une lumière au bout du tunnel    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Cérémonie de béatification des 19 religieux: Oran fait valoir ses atouts hôteliers    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Société des industries connexes de Ferdjioua
Une entreprise en pleine mutation
Publié dans El Watan le 16 - 10 - 2005

De nos jours, dégoter un emploi stable dans un secteur d'activité public est une bien pénible et harassante entreprise pour ne pas dire qu'elle relève carrément du miracle.
De surcroît, dans une wilaya comme Mila où le tissu industriel, ou ce qu'il en reste, se trouve réduit à la portion congrue, laminé sous la poussée irrésistible et fatidique des réformes et le passage douloureux à l'économie de marché qui ont mis sur le carreau plusieurs secteurs d'activité avec, à la clef, la mise au chômage forcé de milliers de salariés. C'est dans ce contexte sombre et empreint d'incertitudes que les 300 travailleurs de la Société de réalisation et de gestion des industries connexes (Sonaric-Spa) de Ferdjioua, vouent un dévouement quasi-sacerdotal et une intégrité irréprochable à leur unité de production tout en luttant avec l'énergie du désespoir afin de faire face à la rude concurrence du marché. Le complexe radiateurs domestiques et climatisation de Ferdjioua, nous confie son directeur intérimaire Azeddine Boukhenoufa, a, à l'instar de beaucoup d'entreprises étatiques, vécu des épreuves difficiles et passé par moult vicissitudes dans sa quête déterminante de la maîtrise des coûts d'exploitation et l'impératif d'arracher des parts du marché. Hormis une timide percée en matière d'exportation de quotas de radiateurs domestiques vers l'Albanie en 1998, la Sonaric, unité de Ferdjioua, n'a certes pas l'étoffe d'un géant industriel, mais n'en démord pas moins de gagner ses lettres de noblesse.
« Sonaric », un label qui tient la route
Inconnue au bataillon, il y a à peine quelques années, l'unité radiateurs et climatiseurs de Ferdjioua qui a pour vocation la production et la commercialisation de différents types d'appareils de chauffage destinés aux ménages tels le radiateur à gaz naturel (RGN) avec 8 modèles de puissance calorifique 8000 kcal /h, le radiateur à gaz butane (RGB) avec 2 modèles de puissance calorifique 2700 et 4500 kcal/h, la poêle à mazout avec 2 modèles, le convecteur électrique avec 2 modèles de puissance 1000 et 2000 w et le climatiseur Split système a fait du chemin. Pour preuve, et sans s'endormir sur ses lauriers, l'usine a pris à bras-le -corps l'exigence d'amélioration de sa performance et l'adéquation de ses produits sur les normes et références internationales. L'homologation de son radiateur à gaz naturel (RGN), suivant la norme Deutsch institute normalization (DIN) 3364 du laboratoire de l'université de Karlsruhe en Allemagne ainsi que la European norm (EN 613), est édifiante à ce titre. La mise à niveau entamée en 2003 portant dans sa phase matérielle sur le renouvellement du parc roulant (véhicules légers et lourds) s'est poursuivie dans sa phase immatérielle avec la rénovation de quelques installations et la formation du personnel en management, marketing, comptabilité et finances et s'est avérée amplement bénéfique dès lors qu'elle aura permis au complexe radiateurs domestiques de Ferdjioua de gagner en maturité et améliorer sensiblement la qualité de sa gamme de produits qui somme toute se respectent sur le marché. La maîtrise des charges d'exploitation, la rationalisation des dépenses et la réalisation des objectifs tracés sur le double plan de la production et de la commercialisation, plaident pour la croissance de l'unité et la relance de ses activités économiques.
Progrès techniques et performances commerciales
Peu ou prou d'observateurs anticipaient que l'usine de Ferdjioua qui est l'une des principales unités de production de l'entreprise publique économique EPE Sonaric-Spa et qui dépend du holding de l'industrie, électricité et électronique (Indelec) allait, sinon, mettre la clé sous le paillasson, du moins passer sous les fourches caudines du cyclone des privatisations qui ont décimé le secteur public. Mais que dalle. Contre vents et marées, le complexe qui étend son manteau sur une superficie occupée de 91 260 m2, dont une surface couverte de 21 280 m2 a réussi avec brio son baptême de feu et préservé la quasi-totalité des emplois en raison, nous explique Djaâfar Lemoussi, responsable qualité, de l'importance des plans de charge qui nous sont assignés. La courbe ascendante arpentée par l'unité de Ferdjioua et que conforte l'évolution positive du rapport production vente, est corroborée par les résultats prometteurs de réalisation des programmes de production qui se sont stabilisés entre 2000 et 2004 dans la proportion des 84% à 100%. Conciliant une parfaite maîtrise technique de l'outil de production d'origine danoise, italienne et allemande, à une capacité d'adaptation aux nouvelles technologies de management, les ouvriers, techniciens et opérateurs ont, au fil du temps, acquis un savoir-faire et un capital expérience de bon aloi. Un professionnalisme et une sérénité omniprésents dans les quatre bâtiments de l'usine de 5200 m2 chacun. Depuis, l'atelier de stockage et débitage de tôle, en passant par le bâtiment de transformation (assemblage soudage), l'aile réservée au traitement de surface (décapage, émaillage et peinture), et enfin jusqu'au bloc de montage des produits finis avec ses trois chaînes. Au chapitre finances, le complexe de Ferdjioua, nous indique son premier responsable, s'en sort plutôt bien et honore la totalité de ses créances relatives à l'acquisition des intrants auprès de fournisseurs nationaux, comme Sider-Annaba et d'autres partenaires étrangers. La cohésion sociale, la stabilité et la relative embellie économique sont jusque-là si patents, mais qui sait de quoi seront faits les lendemains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.