Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Imposante mobilisation à Alger    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    L'ONU demande une enquête "impartiale"    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Arrestation d'un dealer à Téleghma    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    107e vendredi de contestation: La mobilisation se poursuit    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une question à Eric Goldstein, Directeur de la branche Moyen-Orient-Afrique du Nord de Human Rights Watch (HRW) Contrechamps : les autres articles
Publié dans El Watan le 20 - 08 - 2010


-L'ordonnance 06-03 est-elle en accord avec le droit international relatif aux droits de l'homme ? L'ordonnance 06-03 viole les obligations de l'Algérie en matière de droit international des droits de l'homme, plus précisément le pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) dans deux fondamentaux : en suspendant la liberté religieuse et en discriminant les non-musulmans. Cette loi entrave de manière ouverte la liberté religieuse en interdisant aux non-musulmans l'exercice de leur culte en collectif, à l'exception des édifices pour lesquels des permissions ont été obtenues dans ce but. Par ailleurs, cela crée une situation discriminante supplémentaire à l'encontre des non-musulmans, dans le domaine du prosélytisme. Alors même que l'Algérie n'a pas de loi qui pénalise le prosélytisme musulman, un chrétien peut très bien être condamné jusqu'à cinq années d'emprisonnement pour avoir «ébranlé la foi» d'un musulman. Il de ne s'agit pas ici d'un simple problème d'abstraction juridique : le gouvernement algérien utilise cette loi pour poursuivre des citoyens accusés de pratiquer leur religion en dehors des églises autorisées à cet effet et de prosélytisme envers des musulmans. L'Algérie se définit elle-même en tant qu'Etat musulman, et c'est son droit, mais cela ne l'exempte pas d'honorer son obligation de traiter de manière égale les membres de toutes les confessions et doit s'abstenir d'imposer des restrictions dans la pratique de n'importe quel culte, excepté dans les cas où ces restrictions ont un but légitime, comme cela est permis par le droit international des droits de l'homme.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.