Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Imposante mobilisation à Alger    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    L'ONU demande une enquête "impartiale"    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Arrestation d'un dealer à Téleghma    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    107e vendredi de contestation: La mobilisation se poursuit    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Quel retrait, pour quel Irak ?" Gérard Challiant. Spécialiste des relations internationales et de l'étude des conflits armés, auteur de Guérillas. Du Vietnam à l'Irak.
Publié dans El Watan le 20 - 08 - 2010


Les forces de combat américaines ont quitté l'Irak hier, en retirant leur dernière brigade de combat. De nombreux Irakiens accueillent ce retrait avec méfiance et se demandent si les forces irakiennes seront capables d'assurer la sécurité du pays où les violences persistent. Alors même que cinq mois après les élections législatives, il n'y a toujours pas d'accord en vue pour désigner un Premier ministre. -Le retrait des dernières troupes de combat en Irak était fixé avant le 31 août 2010, ce qui ramène la présence militaire américaine en sol irakien à 50 000 hommes. Qui sont ces derniers soldats à rester sur place ? Ces 50 000 soldats peuvent parfaitement devenir des troupes de combat. Les troupes de combat n'étaient déjà plus utilisées pour combattre depuis cinq mois, mais pour maintenir une paix précaire. Ces forces qui restent en Irak servent de forces d'interposition, dans certaines zones du Nord, notamment. Par exemple, entre les Kurdes du Nord et les Arabes sunnites. Le retrait de l'ensemble des troupes américaines est annoncé pour la fin de l'année prochaine. En Irak, toutes les conditions d'une guerre civile sont aujourd'hui réunies. On attend déjà la désignation d'un Premier ministre depuis 5 mois. Les sunnites sont frustrés et se sentent laissés dans la partition du pouvoir. Différentes factions, au nombre de trois chez les chiites, ne sont pas d'accord entre elles. De plus, la prospérité des Kurdes au Nord, qui semblent avoir trouvé un moyen de se gouverner, dérange les majorités arabes. -Barack Obama avait annoncé un retrait complet des forces américaines en Irak, au plus tard au 1er janvier 2012. Peut-on s'attendre à un respect de cet objectif ? C'est une échéance qui ne sera pas tenue. Selon moi, le Premier ministre irakien à venir demandera, en 2011, aux Américains, de laisser derrière eux une force résiduelle, car leur départ laisse se profiler des choses très incertaines. Cette force résiduelle servira à pousser plus loin la stabilité du pays. Comme l'avait demandé récemment un général de l'armée irakienne, les Américains resteront, semble-t-il, plus longtemps qu'avant la date annoncée par Barack Obama. Selon ce scénario, le président américain sera dédouané du manquement à ses objectifs en Irak, en disant qu'on lui demande de rester pour assurer la protection d'un Etat en construction. -Quel est donc l'intérêt stratégique supérieur américain qui mènerait à un retrait plus tardif ? Cet intérêt est celui de ne pas laisser un pays en état de guerre civile, qui serait alors l'expression du fiasco complet de l'invasion irakienne. Le tout, pour que les Américains arrivent à s'extirper de cette situation est de laisser un Etat boiteux, mais pas déchiré.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.