Les bienfaits méconnus du citron    Ballon d'Or : Guardiola prend la défense de Messi    Déclaration de patrimoine en question    Quand la chute du dinar fausse les calculs    Elections locales: Les résultats préliminaires connus    Du 4 au 6 décembre: Une conférence nationale sur la relance industrielle    Coupe arabe FIFA: Algérie A' - Soudan, aujourd'hui à 11h00 - Bien entamer la compétition    Ballon d'Or: Messi, un sacre qui fait grincer des dents !    JSK - Les joueurs confinés: Le match face au Royal Léopards reporté    Ténès: Deux morts dans un glissement de terrain    Raffinerie de Skikda: Huit personnes atteintes de brûlures suite à un incendie    Illizi: Quatre morts dans une collision    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès    Le FFS en quête d'alliance    Les indépendants exigent une enquête    Le temps des tractations    Vers la révision des textes juridiques    Témoignages    Messi, le ballon dort    Mahrez au 20e rang    Toujours dans l'impasse    «L'Algérie est ciblée»    Le programme de travail sera valable du 4 décembre 2021 au 31 janvier 2022    L'Algérie souhaite davantage d'investissements chinois    Le docteur Derrar fait le point    82 familles relogées    17 personnes coincées dans un immeuble    Ce que veulent les syndicats de la santé    95 décès depuis le début de l'année    L'hostilité à l'engagement armé de la France de plus en plus visible    Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion à l'ONU    «L'art : le regard pour ombre»    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Semaine du court métrage    Accélérer la mise en œuvre de l'Accord d'Alger    Maroc Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Les nouvelles technologies au secours de la culture    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le génie populaire supplante les appellations officielles
Dénominations insolites
Publié dans El Watan le 26 - 09 - 2010

Il est des lieux où l'appellation s'impose d'elle-même. Les noms des rues sont intimement liés, aux yeux des Algériens, à la description des sites et de ceux qui y habitent.
Des dénominations pour le moins originales se substituent bien souvent à l'appellation officielle. Florilège. Presque chaque commune algérienne dispose d'un quartier «Dallas», désignant les villas cossues comparables à celle de la famille Ewing du célèbre feuilleton télévisé. Les quartiers les plus pauvres n'échappent pas non plus aux surnoms populaires, d'autant que la plupart des bidonvilles ne disposent pas d'une adresse officielle. Récemment démoli, le bidonville «El Djazira» de Bab Ezzouar ressemblait véritablement à un îlot de misère au milieu d'une cité sans histoires. Dans une société où la langue populaire est très imagée, il n'y a rien d'étrange à nommer un quartier insalubre «Hai Qadra wa Keskess», comme c'est le cas à Larbaâ dans la wilaya de Blida ou «Houmat Abazine» désignant un plat de pauvres typiquement kabyle à Bejaïa.
Les noms des cités sont parfois liés au climat qui y règne. Les quartiers réputés violents sont ainsi comparés aux villes irakiennes connues pour leur insécurité comme «Falloudja» (à El Harrach). Les mosquées qui semblent proches du mouvement salafiste sont naturellement baptisées «Kandahar». Le cinéma offre une panoplie d'idées de dénomination : on trouve un peu partout les cités «Chicago», «Las Vegas» et «Italia». S'il est un nom qui semble tout droit tiré d'un western-spaghetti à la Clint Eastwood c'est bien celui des «Douze Salopards» de Tizi Ouzou dont l'histoire demeure, à ce jour, énigmatique. Et puis il y a les quartiers nommés selon la forme de leurs immeubles comme «El Babor» à Belcourt, cité dans une chanson du défunt El Hachemi Guerrouabi. Dans la liste des noms les plus saugrenus figurent également «Trig Ezzaoualia» à Jijel, «Village Errih» à Sidi Bel Abbès, «Douar El Flaless» et village «Hram Allikoum» à Mostaganem.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.