Jamal Khashoggi : son dernier article au Washington post avant d'être décapitée par les saoudiens    Hakim Saheb. Avocat et enseignant à la faculté de droit à Tizi Ouzou : C'est une situation alégale et un coup de force prolongé !    Afripol – AN 1 Quelques accomplis et beaucoup de résolutions    Installation de la Commission nationale chargée de l'organisation des manifestations économiques à l'étranger    Tipasa : Une opacité qui produit de l'anarchie    L'amélioration du processus électoral en Algérie est une mission nationale    Le Canada légalise le cannabis    Pour ou contre : Le niqab interdit dans les lieux de travail    El Tarf : Saisie de psychotropes au poste frontalier d'Oum Tboul    En bref…    Visite guidée à Azemour Oumeriem… élu pour sa propreté    Youcef Aouchiche. Président de l'APW : Nos efforts se poursuivront pour élargir davantage la participation    Nadir Dendoune : Un journaliste pas comme les autres    Amina Kara Mecheti. Directrice associée de International Talents Network et présidente du club DiasporAfrica : La diaspora algérienne joue un rôle fondamental, je dirai même vital dans le développement de l'Afrique    L'Agex de la Fédération algérienne de boxe contestée    J'estime faire simplement mon devoir de citoyen en relatant mon vécu    La Mostra de Valencia… El gran retorno    14 promoteurs immobiliers défaillants sur liste noire    Des proches du prince héritier Mohamed Ben Salmane parmi les suspects    Les carences logistiques à l'origine du gaspillage alimentaire    Une enveloppe supplémentaire de 300 milliards de centimes pour l'aménagement extérieur    Le feuilleton Badou Zaki connaît son épilogue    Enième report du coup d'envoi du championnat    Le GS Pétroliers à la reconquête de l'Afrique    L'après-Bouhadja à l'APN: Le compte à rebours a commencé    Macron en toute petite forme    Aéroport international d'Alger: Saisie de plus de 250.000 euros    Handball - Division Excellence: En l'absence des trois leaders    APN : ils ont touché le fond et ils continuent de creuser!    Lettre ouverte à ceux qui détiennent le pouvoir    El-Bayadh: Une série d'infrastructures inaugurées    Chlef: 260 logements attribués le 1er novembre    L'incivisme politique    Saisie de 18 kg de Kif traité    Arrestation d'un élément de soutien aux groupes terroristes à Batna    Un statut d'observateur au sein du Groupe des 77    «L'utilisation du GPL devra atteindre 500 000 véhicules d'ici 2020»    Appel à mettre fin aux situations coloniales subsistantes    Eviter le doute, après la victoire de Blida    Qualifications CAN-2019 (4e J - Gr. D)    Le fichier national du logement écarte 5.712 candidats des listes    Commémoration du 17 octobre 1961 à Paris    Non à la culture de l'oubli    Mise à niveau des activités économiques    La promesse du nouveau consul général à Oran    Coup de force contre Bouhadja    Ali Haddad en route pour un deuxième mandat    Les co-leaders en déplacement périlleux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Autopsie d'un engagement Biographie .Ali Boumendjel, l'avocat martyr
Publié dans El Watan le 20 - 11 - 2010


Une jeune historienne restitue avec brio et nuances le parcours du grand militant nationaliste. La révolution algérienne continue de livrer avec parcimonie ses vérités. Cinquante ans après l'indépendance, des parcours peuvent encore étonner par leur singularité et la nature de leur engagement, des parcours exemplaires qui peuvent éclairer un présent parfois chaotique.C'est ainsi que l'historienne, Malika Rahal, nous livre une remarquable biographie consacrée à feu Ali Boumendjel*. Cet ouvrage s'inscrit dans la continuité de sa thèse portant sur l'histoire de l'UDMA (Union démocratique du manifeste algérien), présidée par feu Ferhat Abbas. Comme le rappelle l'auteure dans son introduction, c'est la famille Boumendjel qui est à l'origine de ce travail. Mais, rapidement, l'historienne se rend compte que le récit familial et les différents témoignages mis à sa disposition sont insuffisants pour aboutir à un travail qui rompt avec l'hagiographie. En historienne avertie, elle élargit le champ de son investigation pour solliciter d'autres sources que le témoignage oral et les archives familiales. Le lecteur est rapidement happé par les multiples connexions qui s'offrent à lui, pour plonger dans une période riche en événements et en bouleversements sociopolitiques. D'abord, on fait connaissance avec la famille Boumendjel, originaire des Ath Menguellet, près de Aïn El Hammam. Le père, Mohand, élève brillant à l'école communale, devient instituteur et prend son premier poste à Relizane. C'est dans cette charmante ville de l'ouest algérien que naît Ali Boumendjel, le 24 mai 1919. Et comme la vie des enseignants est soumise aux aléas des affectations de la tutelle éducative, il fera sa scolarité à Larbaâ, tout proche d'Alger. Aussi brillant élève que son père et lecteur invétéré, il décroche avec brio la bourse qui lui permet d'accéder au collège Duveyrier de Blida, que l'auteure désigne comme une «pépinière nationaliste». Il aura des camarades de classe prestigieux, tels Abbane Ramdane, Benyoucef Ben Khadda, Saâd Dahlab et Sadek Hadjrès (ainsi que le journaliste Jean Daniel). Tous ces futurs héros de la révolution algérienne sont encadrés par le Dr Lamine Debaghine, leur maître d'internat. L'initiation à la lutte se fait par les grèves déclenchées autour des conditions de vie au collège. Après le lycée, Ali Boumendjel bifurque vers le droit, sur les traces de son frère aîné, l'avocat Ahmed, proche de Ferhat Abbas. Cela va l'amener vers une activité journalistique intense au journal Egalité, organe des Amis du manifeste algérien. La répression du 8 Mai 1945 va lui inspirer l'un de ses articles les plus percutants, intitulé «Le temps des cerises», en référence à la chanson de la Commune de Paris. On peut lire ainsi sous sa plume : «Temps des cerises 1945. On pourrait allonger à l'infini le martyrologe de ce printemps rouge, de cet été tragique, de cette année terrible. C'est de ce temps-là que je garde au cœur une plaie ouverte dit la vieille chanson. Oui, l'Algérie musulmane tout entière garde au cœur une plaie ouverte qu'on tarde dangereusement à panser». La création de l'UDMA, en 1946, le fera entrer de plain-pied dans le militantisme politique, tout en gardant une grande liberté dans ses opinions et ses amitiés. Après le déclenchement de la révolution du 1er Novembre 1954, il devient l'avocat des nationalistes algériens qu'il défend avec abnégation. En 1955, quand Abbane Ramdane sort de prison et s'installe à Alger, leur amitié va les rapprocher pour amener l'UDMA à intégrer le FLN. Et c'est à l'instigation de Abbane Ramdane que Ali Boumendjel change d'orientation professionnelle et rejoint le service contentieux de la compagnie pétrolière Shell. Surveillé de près par les paras qui prennent le pouvoir à Alger à partir de la fin 1956, il sera arrêté le 9 février 1957 sur son lieu de travail. Détenu pendant plus de quarante trois jours, il subit les tortures les plus horribles. Les paras de Massu et de son homme de main, le sinistre Aussaresses (qui a reconnu le crime en 2001) vont le jeter du haut d'un immeuble d'El Biar. Le 23 mars 1957, son assassinat est maquillé en suicide, comme dans le cas de Larbi Ben M'hidi. Cette mort va susciter une grande émotion et une indignation sans commune mesure en Algérie et en France. Malika Rahal a réussi une biographie riche aux multiples facettes et sans concessions. La limpidité du texte qui se lit de façon heureuse nous restitue une époque trouble et passionnante par ses hommes et leurs sacrifices. Slimane Aït Sidhoum Malika Rahal, Ali Boumendjel, une affaire française, une histoire algérienne, Les Belles Lettres, Paris, 2010.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.