Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Les députés votent le texte à la majorité    Algérie Télécom baissera les tarifs d'abonnement    En dépit de la grève d'Air Algérie: Tous les avions sont soumis au contrôle technique avant leur décollage    Consolidation de la démocratie participative    Pour une meilleure maîtrise des prix : Création prochaine de dispositifs de distribution des produits de base    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    CAN-2018 (dames) : La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Nuit d'émentes à Bab el-Oued    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Loi de finances 2019: Le projet adopté sans l'opposition    Meurtre du journaliste Khashoggi: Tentative d'innocenter le prince    Emploi à Bordj Bou Arréridj: Convention entre l'ANEM et le CABBA    Incidents du match MCA-USMBA: El Habiri au chevet des policiers blessés    APC d'Ain Bessem (Bouira): Les élus du FLN se retirent des commissions    Lila Benzaza: «Dans tous mes livres, il y a une part de vérité»    Mohamed Aïssa à Tipasa : « C'est le Président de la République qui décidera de la date de l'inauguration de la Grande mosquée d'Alger ».    «On ne veut plus de Tliba ni de son clan», affirment les élus    Une école de qualité, un important défi pour l'Algérie à l'horizon 2035    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Echos de Lomé    «L'anesthésiste assume avant, pendant, et après l'opération des responsabilités personnelles»    L'anarchie s'empare de la ville    Accalmie «provisoire» après un regain de violences à Hodeida    L'Unrwa en passe de compenser la perte du budget américain    Partenaires pour un hommage à Alloula    Générale de «Ali Bitchin, pour l'amour d'une princesse»    Sondage du Centre national du livre    SIDI BEL ABBES : Une demoiselle remporte les primaires du FLN !    TELECOMMUNICATIONS : Feraoun annonce une baisse des tarifs de l'internet    APN : Le projet de loi de finances 2019 adopté à la majorité    Quel directoire pour le FLN ?    MOSTAGANEM : Tigditt, la mémoire d'une ville    Nous sommes vivants    Alerte au massacre des renards à Mila    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    Ligue 1 L'USMA champion d'hiver    Lalmas au Top 10 des icônes oubliées du foot africain    En bref…    De l'amour, de la passion et du… chocolat naturel    Azazga : Caravane de sensibilisation sur les fléaux sociaux    Tout un programme pour l'Algérie    Daïkh Miloud : Je suis né artiste peintre…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Karim Amellal (Auteur de l'essai Discriminez-moi !)
« Nous avons besoin d'un nouveau projet de société »
Publié dans El Watan le 14 - 11 - 2005

Le parcours de Karim Amellal est atypique. Franco-Algérien, il a vécu longtemps en Algérie avant de s'installer dans la banlieue parisienne. Il a fréquenté les grandes écoles et vient de publier un essai ( Discriminez-moi ! Flammarion) qui fera date. A 27 ans, le jeune essayiste crie sa révolte et dit qu'une autre France est possible.
Avez-vous été surpris par les émeutes qui secouent les banlieues françaises depuis deux semaines et comment les analysez-vous ?
Non. Ces émeutes étaient à la fois logiques et prévisibles. Les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets. Or, cela fait plus de vingt ans que rien n'a été véritablement entrepris pour lutter contre le creusement des inégalités, l'ampleur des discriminations raciales, les multiples ségrégations sociales et économiques qui emprisonnent dans des ghettos les personnes qui vivent dans les quartiers défavorisés, surtout les jeunes. Nos gouvernants ne cessent d'envoyer des signaux négatifs : ils ont peur de l'Islam, peur de la diversité culturelle, peur des quartiers, et comme ils ont peur, ils ont préféré refermer le couvercle sur la réalité des banlieues. Il n'a fallu qu'une étincelle, les mots de Sarkozy, pour enflammer le brasier. Aujourd'hui, on assiste, non à des actes de délinquance sauvage perpétrés par des « racailles », mais à un acte de révolte contre une société et des élites perçues comme autistes. Enfin, je pense que l'importance de ces émeutes doit nous alerter sur le degré de frustration des jeunes issus de l'immigration : ils ne peuvent plus tolérer l'exclusion globale dont ils souffrent, l'absence de représentation, l'impossibilité de sortir du ghetto. A force d'avoir ignoré et laissé pourrir tous ces problèmes, on a créé une situation hautement à risque, proche de celle qui a préfiguré des types bien plus graves d'émeutes raciales, comme aux Etats-Unis.
Le titre de votre livre, Discriminez-moi, ressemble à un cri de révolte, d'amour et de désespoir...
Oui. Je suis révolté et désespéré par l'incurie des hommes politiques depuis vingt ans. Nous en sommes toujours au même point et cela fait mal. Le décalage qui existe entre les nobles principes de la République et la cruelle réalité des ghettos français est insupportable. La propension de la France à sans cesse s'ériger en donneuse de leçons à l'étranger, sur le terrain des droits de l'homme notamment, contraste avec son incapacité chronique à se remettre en question, à s'adapter à la réalité d'un pays devenu, qu'on le veuille ou non, multiculturel et multiconfessionnel. Le hiatus existant entre les droits formels affirmés dans les textes et les droits réels liés à une fraction importante de notre société, les personnes issues de l'immigration, est intolérable. Ma révolte vient aussi de ce que notre imaginaire national n'a finalement que peu évolué depuis la colonisation : la figure de l'« autre », l'étranger ou celui qui y ressemble, l'Arabe en particulier, continue de faire peur, de déranger et de susciter le rejet. Je suis donc désespéré et révolté par ce que je vois et ce que j'entends, mais je suis en même temps fier d'être un Français d'origine algérienne. J'aime mes deux pays comme un enfant aime à la fois son père et sa mère.
Le diagnostic est donc clair : l'intégration à la française est une impasse. Que faut-il faire à votre avis ? Instaurer la discrimination positive ?
Je ne dis pas que l'intégration à la française est une impasse. Elle a tout de même eu de beaux succès... mais au siècle passé ! Nous devons aujourd'hui adapter ce modèle sans toutefois trop rogner les principes qui le fondent. La République doit « digérer » la diversité culturelle, les différences culturelles, les religions, et non les rejeter en marge, les exclure du système. Nous avons besoin d'un nouveau projet de société, moderne, correspondant à la réalité multiculturelle de notre pays. Les jeunes des quartiers ne croient plus en la République, ils ne savent même pas ce que c'est. Il n'y a plus de « modèle », qu'un grand vide où s'insinuent toutes les frustrations. Pour redonner du sens à tout cela et recréer un modèle, il faut de puissants symboles, il faut une machine à positiver là où il n'y a que de l'échec. Il faut aussi taper un grand coup tant on a accumulé de désespoir. C'est pour cela que je préconise une discrimination positive, provisoirement, afin de produire de l'espoir, de nouveaux horizons de réussite ; bref, pour rétablir une égalité des chances qui aujourd'hui n'existe que sur de vieux parchemins.
On retrouve dans votre livre, dès la page 20, le mot « racaille ». Quelle est donc l'image aujourd'hui d'un jeune beur ?
Pour une vaste majorité de la population française, les « beurs » ont une image négative, en témoignent de nombreux sondages d'opinion sur le sujet. En réalité, les clichés sont nombreux et font encore écho, à certains égards, à la prégnance d'un schéma de type néocolonial dans notre imaginaire national. C'est vrai que pour beaucoup de Français, les jeunes beurs qu'ils voient à la télé, arborant une casquette et parlant en verlan, sont des « racailles ». Mais peut-on, à l'instar du ministre de l'Intérieur, se borner à de tels préjugés ? Naturellement non. Le problème, c'est que la très faible représentation (c'est un euphémisme) des personnes issues de l'immigration dans les lieux de pouvoir (grandes écoles, haute administration, politique, grandes entreprises) confirment d'une certaine manière les préjugés : autrement dit, pense-t-on, s'ils ne sont nulle part, c'est que ce sont vraiment des « racailles » ! C'est aussi pour cela qu'il faut des symboles puissants, pour changer les mentalités : plus on verra de personnes issues de l'immigration réussir (ce qui suppose de lever les barrières), plus on rétablira le dialogue, la confiance et la compréhension mutuelle.
Quand on s'appelle Karim Amellal et qu'on est diplômé de sciences po, est-ce qu'il est facile de trouver du travail ?
Le fait de passer par des grandes écoles (j'ai fait sciences po mais je suis aussi passé par l'Ecole supérieure de commerce de Paris) facilite beaucoup les choses : cela donne les codes et nous permet de nous insérer dans de bons réseaux. Dans cette mesure, les grandes écoles, pour les personnes issues de l'immigration, n'ont rien à voir avec les universités. C'est d'ailleurs pour cela qu'il faut élargir l'accès des grandes écoles aux personnes issues de l'immigration. Cela dit, j'ai un parcours assez atypique : je suis né en France, d'une mère française et d'un père algérien, et j'ai ensuite vécu plusieurs années en Algérie avant de venir m'installer dans une cité du Val-d'Oise. J'ai maîtrisé très tôt, grâce à mes parents, les codes culturels et sociaux requis pour une progression sociale optimale. Je ne suis pas un vrai « beur », je n'ai pas passé toute ma vie dans un quartier sensible même si je connais très bien cette réalité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.