FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    PRODUCTION D'AGRUMES : Près de 40.000 quintaux d'oranges récoltés    EXPLOITE DE MANIERE SCANDALEUSE EN FRANCE : Le médecin algérien payé ‘'à moitié prix''    LE FLN ET LE RND SE LIVRE UNE RUDE BATAILLE : La campagne des sénatoriales bat son plein à Oran    INTERDICTION DU NIQAB : Les Zaouïas appellent à une interdiction totale    LES NEGOCIATIONS ABOUTISSENT A DE "BONS RESULTATS" : Une zone de libre-échange africaine dans 10 ans    TIARET : Un homme et une femme écroués pour charlatanisme    AIN TEMOUCHENT : 07 harraga portés disparus en mer    ORAN : Un jeune arrêté pour chantage sur facebook    L'art de la confusion.    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Léo Rojas, nous y étions !    Kamel Messaoudi : Le chanteur qui a osé    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Le FLN part en favori    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les jeunes doivent faire un effort au niveau des paroles et de la musique» Hassan Dadi. Chanteur d'expression chaouie
Publié dans El Watan le 02 - 01 - 2011


-Y aura-t-il bientôt un nouveau produit Hassan Dadi sur le marché ? Effectivement, il y a un nouvel album sur lequel je suis en train de travailler depuis près de deux ans, et c'est la troisième fois que j'efface pour tout reprendre de zéro avec de nouvelles moutures. Je ne suis pas satisfait du produit, car vu mon âge et ma carrière et étant l'un des doyens de la chanson chaouie, je me devais de ne pas faire n'importe quoi et de sortir quelque chose à la hauteur. -Peut-on avoir une idée des chansons incluses dans cet album ? L'album comprend douze chansons, dont l'une en arabe qui s'appelle Dhaouia, en référence à l'Algérie. Il y a deux duos ; l'un, avec la comédienne Asma Djermoune qui chante en chaoui pour la première fois, et l'autre avec un chanteur kabyle, elle s'appelle Netchni d'athmathen (Nous sommes des frères). Dans cette chanson, je voulais rendre hommage à la Kabylie qui m'a beaucoup donné, car c'est là que j'ai fait mes débuts à l'âge de 19 ans en compagnie du groupe Your, et c'est un Kabyle qui nous a facilité l'enregistrement. Donc, je dois quelque chose à tous les frères kabyles qui m'ont aidé et je rends hommage à la Kabylie à l'occasion de cet album. Il y a une autre chanson en arabe qui s'appelle Kheddam rdjal sid'houm, dans laquelle je rends également hommage à tous les travailleurs qui s'occupent de la tâche ingrate de l'assainissement. Le reste, ce sont des chansons chaouies écrites par le grand poète Aïssa Brahimi. Il y a également une chanson en ‘‘chlouh'' de Ouargla. -Quelle est votre appréciation personnelle de ce Festival de la musique et de la chanson amazighes ? Je pense qu'un grand effort a été fait cette année en matière de communication et de couverture médiatique ; cela, en ce qui concerne l'organisation. Pour le reste, je vois qu'il y a beaucoup de valeurs montantes, que ce soit dans la chanson targuie, chaouie, mozabite ou kabyle. Donc, ce festival a pris tout son sens, puisqu'il joue un rôle de sauvegarde du patrimoine musical amazigh algérien. Le festival est une réussite en ce sens, mais il reste perfectible en matière d'organisation. Le festival permet également un contact direct entre artistes de différentes régions. D'ailleurs, à ce titre, j'ai proposé à la télévision, notamment à la Chaîne IV, un projet de fresque musicale du pays amazigh qui devrait s'appeler Balade dans mon pays. C'est une sorte d'opérette avec un «goual» et un chanteur où des artistes racontent leur région du Tassili jusqu'à la Kabylie. -Qu'est-ce que Hassan Dadi pense de la chanson chaouie actuelle ? La chanson chaouie, et ça je l'ai dit l'année passée, tourne dans un cercle fermé. Pourquoi ? Parce que les jeunes générations, celles qui sont venues après nous, font tous la même chose. Ils n'innovent pas. Dans les années 80, nous, le groupe Your, Amnay, Les Berbères, Dihiya, Ali Athmani, Nouari Nezzar et d'autres encore avions chacun son propre cachet, mais toujours dans le cadre de la chanson chaouie. Les jeunes d'aujourd'hui font tous plus ou moins la même chose. Ils prennent des choses du patrimoine et les chantent telles quelles, sans effort et sans aucun esprit novateur. A travers les colonnes du journal El Watan, je lance encore une fois un appel à ces jeunes pour leur demander de faire un effort au niveau des paroles et de la recherche musicale. C'est pour cela que je passe mon temps à enregistrer et à effacer pour peaufiner le produit. -Un dernier mot peut-être ? Je voudrais dire quelque chose d'important pour moi et mon public. Moi, je suis de mère saharienne et de père chaoui. Je ne parle pas le chaoui, mais je le chante et le porte dans mon cœur. J'ai été parmi les premiers militants de la chanson chaouie, et je portais le flambeau quand d'autres avaient encore honte de chanter dans cette langue. Alors, que les mauvaises langues veuillent bien cesser de me dénigrer.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.