Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroquinerie à Blida : Menacée de disparition
Mode : les autres articles
Publié dans El Watan le 22 - 01 - 2011

La maroquinerie connaît un net déclin ces dernières années à travers la wilaya de Blida, à telle enseigne que les derniers artisans ont tiré la sonnette d'alarme pour la sauvegarde de ce métier ancestral.
Véritable pépinière d'artisans, cette région de la Mitidja était réputée pour la qualité de ses divers articles de maroquinerie. Ce métier, exercé de père en fils depuis la nuit des temps, est le gagne-pain pour de nombreuses familles blidéennes. Parmi ces produits figurant au répertoire de l'artisanat, il y a la babouche, sorte de pantoufle en cuir tanné de qualité supérieure, se vendant à un prix onéreux. Le «sebbat», produit avec du cuir moins noble, est une chaussure destinée tant aux femmes qu'aux hommes. Appelé également «qibqab», ce soulier, proposé à un prix modique, est utilisé dans les bains maures (hamams). Portefeuilles, mallettes et ceintures sont, entre autres, les produits fabriqués à base de cuir par les maroquiniers qui ont transmis leur savoir-faire à plusieurs générations.
Mais, malheureusement, l'intérêt accordé actuellement à cet artisanat n'est plus ce qu'il était autrefois, car le nombre de maroquiniers ne cesse de rétrécir comme une peau de chagrin. La fermeture de nombreuses tanneries, la concurrence déloyale par les produits d'importation, l'absence d'une main-d'oeuvre qualifiée, la cherté de la matière première et sa répercussion sur le prix de vente, ainsi que la baisse du pouvoir d'achat sont considérés parmi les principales causes à l'origine du déclin de la maroquinerie, estime le responsable de la Chambre locale des métiers et de l'artisanat.
La récente mesure relative à la baisse des taux d'imposition décidée en faveur des artisans a, toutefois, été citée parmi les facteurs ayant participé à la relance de la maroquinerie. Accord de crédits sans intérêt ou à des taux bonifiés, pour l'acquisition et le renouvellement des équipements utilisés dans les activités artisanales menacées de disparitionn est de nature à aider les artisans à aplanir le problème de la cherté du matériel d'artisan, estime, par ailleurs, la même source. Le maroquinier Larbi Rabah Abderrahmane figure parmi les derniers de sa génération à continuer d'exercer ce métier. Son ambition est d'inculquer les bases de cet art artisanal aux jeunes qui en expriment le désir, afin, dit-il, de «sauver ce métier de l'oubli et de la disparition qui le menacent».
Ammi Larbi se consacre depuis plus de 25 ans à la conservation de ce legs culturel par le travail et la confection du cuir au niveau de sa modeste tannerie de Beni Mered, indique-t-on. Pour lui, le désintérêt des jeunes générations pour la maroquinerie a pour origine «les modestes gains qu'elle assure et la difficulté de commercialisation des produits finis, jugés trop chers». Il a, toutefois, assuré avoir des «clients fidèles à l'intérieur et à l'extérieur du pays, qui estiment à sa juste valeur ce produit artisanal, en dépit de sa cherté», soutient-il, en mettant l'accent sur la «difficulté d'importer du cuir de haute qualité, sachant que l'Algérie ne dispose que d'une seule variété de cuir qui est le cuir noir», souligne-t-on. Le manque d'espaces promotionnels de cet artisanat a été également déploré par ce vieil artisan possédant à son actif de nombreuses participations à des expositions nationales et internationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.