Boukadoum: la diplomatie algérienne accorde un intérêt particulier à l'Afrique, surtout le Sahel et son environnement immédiat    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    119 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    Souk Ahras : dénombrement de 1 496 oiseaux d'eau nicheurs à travers 11 zones humides    Belhimer: la transition numérique de la presse écrite, une nécessité "impérieuse"    Report du procès de Karim Tabbou au 29 juin prochain    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    Les députés engagent un débat à l'APN    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Alger ferme ses plages    Déclaration de devises par les voyageurs: les députés votent pour le maintien du montant à 5.000 euros    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    Un lourd héritage    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Coronavirus: Dix wilayas sous microscope    Plus de 460 Algériens bloqués au Maroc rapatriés    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    El Tarf: De nombreuses cultures ravagées par le mildiou    La mort au temps du corona    Mahrez victime d'un cambriolage    Les violentes manifestations se poursuivent    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Les habitants réclament leur réouverture    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    L'ADE rassure ses abonnés    Une récolte de 300 000 quintaux à l'hectare prévue    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Drôle de recette québécoise : Le Couscous Comedy Show
Epoque : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 03 - 2011

Depuis près de deux ans à Montréal, le Couscous Comedy Show remplit les panses et les esprits.
Au menu de ce spectacle : des magiciens, des chanteurs et des humoristes de toutes origines et... de la semoule. La scène ressemble au célèbre Jamel Comedy Club de l'humoriste et acteur Jamel Debbouze en France. Mais à Montréal, on l'accompagne d'un bon plat épicé, et c'est le fanfaron Uncle Fofy qui dirige les opérations au Café Campus.
Son inspiration, Farès Mékideche, alias Uncle Fofy, l'a puisée de son parcours. Il est né en Algérie, a grandi en France et est arrivé au Québec en 2004, pour y faire des études dans la prestigieuse école de gestion HEC Montréal. Avec son colocataire, il décide de vendre aux étudiants du couscous qu'il prépare et congèle. Armé de la recette de sa maman, Farès trouve un vrai concept qu'il exporte dans des cafés, des bars, et enfin sur la scène du Café Campus.
A l'image de la ville, où les immigrants représentent plus de 30% de la population, le spectacle met en scène un vivier d'humoristes et d'artistes. «C'est un grand couscous humain», résume Farah Bendahmane, 22 ans, qui, de temps à autres, monte sur scène. Humoristes, magiciens, chanteurs… On trouve de tout au Couscous Comedy Show. Autour de la table, Farès et une poignée de bénévoles, qui viennent l'aider à chaque spectacle, s'affairent. Tout doit être prêt avant l'ouverture des portes. La semoule d'un côté, la sauce de l'autre, puis la viande et les légumes. «On prépare le buffet, c'est très important. Le couscous est fédérateur. Ici, c'est rire et manger ; ‘‘mangigoler'', sourit l'animateur-couscoucier-saltimbanque.
Le couscous, cet artiste à part entière, Uncle Fofy le prépare avec minutie et amour, autant que ses sketches. Entre deux assiettes services, Farès va accueillir sesartistes : «Tous ceux qui ont quelque chose à dire.» Et ils viennent de partout. Québécois pure laine ou d'adoption, chacun vient avec son thème, son message parfois. Farès-Uncle Fofy a vite pensé à ouvrir la scène à ces artistes. «Les humoristes ethniques ne sont pas encore assez implantés ici, alors qu'il y a un gros public pour cela.» «Ici, tout le monde a les mêmes références culturelles, sait comment ça marche dans une maison africaine ou européenne. Je peux me permettre des improvisations avec des mots arabes. Avec un regard ou un sourire, le public comprend. Ce sont des fans de Jamel Debbouze ou de Gad Elmaleh.»
Uncle Fofy taquine les cultures ; Farès Mékidéche s'amuse comme un fou. Le trublion espère que cela durera, et même que cela aille plus loin : «Mes parents me disent que c'est bien, mais ils attendent que je leur dise que je suis le PDG de Bombardier [multinationale canadienne qui a son siège social à Montréal, ndlr]. Je suis le PDG du couscous, c'est déjà pas mal.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.