Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une nouvelle politique en matière d'hydrocarbures est nécessaire et urgente
Idées-débats : les autres articles
Publié dans El Watan le 12 - 04 - 2011

Ces résultats — 2 périmètres sur 10 attribués, dont 1 pour Sonatrach ; 4 offres reçues alors que 85 compagnies, dont des majors, étaient intéressées au départ — sont un signe clair qu'il y a quelque chose à revoir.
C'est d'autant plus évident que ce résultat s'inscrit dans la même tendance tracée par le précédent round. A mon avis, les explications lues dans la presse, comme quoi cela est dû à la crise économique mondiale, ou encore à la situation actuelle héritée de la gestion opaque dans une atmosphère de corruption de l'ancienne équipe, ne tiennent pas la route.
La situation actuelle marquée par ce début du printemps arabe, par la guerre civile en Libye pour se débarrasser d'une dictature sanguinaire, et suite aux catastrophes naturelles que le Japon affronte courageusement, entraînant ainsi une reconsidération de l'énergie d'origine nucléaire, font que tous ces faits convergent vers l'importance des hydrocarbures.
Ils resteront encore pendant des années et des décennies comme source d'énergie numéro 1. Les prix des hydrocarbures continueront donc à augmenter.
Les grandes compagnies pétrolières le savent très bien, et c'est une des raisons pour lesquelles elles se sont présentées nombreuses pour l'appel d'offres cité plus haut. Donc, la situation est propice pour investir rapidement dans l'exploration des hydrocarbures.Il faut avoir à l'esprit que l'exploration obéit à des règles géoscientifiques très claires qui consistent à passer par des étapes successives, et chaque nouvelle étape repose sur les résultats de la précédente, entraînant des investissements importants avec des risques de plus en plus grands.
Avec toujours une seule question qui domine toutes les acquisitions de données (qui coûtent très chères !) et leurs interprétations (qui ont aussi un prix !) : y a-t-il du pétrole ?
La réponse n'est jamais oui ou non, simplement dite et sans ambiguïté. Il y a, à chaque fois, une incertitude derrière les explications et interprétations. Aussi les réponses sont systématiquement du genre : il est très (ou peu!) probable!
Pour être plus précis, tout en essayant de simplifier pour que les lecteurs de toutes catégories puissent participer à ce débat vital pour l'avenir de notre pays, je dirais qu'il y a 5 étapes :
L'étape n° 1 consiste à pointer du doigt une région (bloc) et se poser la question. Aussi les données existantes sont rassemblées, traitées pour en vérifier la qualité, ré- interprétées à la lueur des dernières acquisitions des géo-sciences et un jugement collectif (de toute une équipe!) est établi pour décider de passer (ou non !) à l'étape numéro 2.
L'étape n° 2 implique des investissements lourds, généralement, pour acquérir des données géophysiques (de subsurface) et de géologie (de terrain), et par la suite les traiter et les interpréter avec à la fin la même question qui revient et que les équipes géoscientifiques doivent cerner de près : continuer ou pas ?
L'étape n° 3 exige des investissements encore plus lourds, comme le forage, sans aucune garantie de succès avec, dans certains cas, et présent à l'esprit, les risques énormes qui peuvent exister. La seule garantie est la qualification et l'expérience des géoscientistes et souvent des expériences et intelligences accumulées pendant des années et des décennies au sein de la compagnie pétrolière.
Le bon sens géoscientifique, à jour des progrès récents, est le seul argument dominant.
L'étape n° 4, conditionnée bien sûr par les succès précédents, consiste à engager une série de forages pour évaluer le gisement et pouvoir répondre à la question : la découverte est-elle économiquement rentable ?
L'étape n° 5 consiste à investir des sommes énormes pour mettre en place toute l'infrastructure pour commencer l'exploitation du gisement, et, souvent, cela prend des années avant de commencer à avoir des rentrées.
Ce chemin est pratiquement le même pour toutes les compagnies, grandes ou petites, anciennes ou jeunes. Une différence qui pourrait parfois être de taille, en fonction des cas, c'est que les grandes compagnies avec une grande expérience sont en mesure parfois d'écourter une étape.
Or que se passe-t-i1 en Algérie ?
Sans entrer dans les détails, la réglementation impose, dès le départ, un programme prédéterminé pour une région (bloc). D'où la question : pourquoi obliger une compagnie, qui s'est engagée, à exécuter un programme sur plusieurs étapes ?
Alors que, peut-être (et cela personne ne le sait !) dès la fin d'une des premières étapes, il s'avère inutile d'aller plus loin, cela devient du gaspillage d'énergie et de fonds.
D'autant plus que seule la compagnie en question supporte les investissements, ce n'est qu'en cas de découverte exploitable que l'Etat, à travers Sonatrach, participe aux dépenses ; mais il ne partage pas les risques au départ .
A mon sens, c'est ce fond du problème qui doit être revu. Et voilà rapidement mon point de vue : l'exploration des hydrocarbures en Algérie doit être basée sur des principes assez simples, sur le bon sens géoscientifique et éviter, à chaque fois que cela est possible, le «bon sens» bureaucratique qui va toujours dans le mauvais sens du succès !
A partir du moment où l'on invite des compagnies à venir s'installer et investir, leur réussite et développement dans le pays est aussi une part du progrès économique, social, scientifique et technique du pays. Elles sont amenées à recruter, en premier lieu, les Algériens. Donc leurs échecs ne sont pas souhaitables ni pour l'Algérie ni pour les Algériens ! Au contraire, tout devrait aller dans le bon sens pour qu'elles réussissent et se développent en Algérie. Plus elles ont des laboratoires sur place et plus la recherche et le savoir-faire se développeront dans le pays.
Il faut, au contraire, éviter qu'elles ne se comportent comme seulement des extracteurs d'hydrocarbures en accumulant leurs intelligences et expériences dans des laboratoires localisés dans d'autres pays.
Pour l'exploration, il est primordial d'aller en premier lieu vers les zones les plus prometteuses, les plus simples et les moins risquées.
Comment les définir ? Par des concertations et des échanges organisés et publiques permettant la contribution de géoscientistes basés dans le pays et dans d'autres pays, des compagnies et institutions du pays et d'ailleurs. Lorsqu'une compagnie s'engage dans l'exploration d'un bloc, une concertation et une souplesse dans les accords devraient permettre de suivre pas à pas la recherche de gisements et réservoirs et l'orienter dans le bon sens en évitant de gaspiller de l'énergie inutilement. Au fur et à mesure que les nouvelles données arrivent, leur traitement devrait donner des résultats appréciables à leur juste valeur, tout en tirant tous les enseignements nécessaires.
Et s'il faut arrêter le programme initial et aller vers un autre bloc, suggéré par l'analyse des données nouvellement acquises au cours des phases initiales exécutées, cela ne peut être que dans l'intérêt général.
Les structures géologiques, riches en hydrocarbures qui existent en profondeur, ne suivent pas nécessairement les limites tracées au crayon et à la règle sur une carte de blocs. La localisation des réservoirs d'hydrocarbures obéit à des lois géoscientifiques très complexes, constamment en amélioration, jamais définitives, variables d'une région à une autre.
Ce sont des approches successives qui permettent de les cerner petit à petit. Ce que l'on peut apprendre à partir d'un bloc peut aider à localiser ces réservoirs, mais pas forcément dans le bloc en question, mais, peut-être plus loin dans un autre bloc, qu'il soit déjà attribué ou pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.