Le Président Tebboune préside une séance de travail au siège du MDN    Entre indifférence et inconscience    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Deux terroristes neutralisés, un autre s'est rendu en mai dernier    Le RND dénonce les campagnes d'information tendancieuses des médias français contre l'Algérie    Un webinaire interactif pour la région Mena    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Raouya présente le PLFC 2020 devant la commission spécialisée    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    Manchester City : Mahrez victime d'un cambriolage à plus de 500 000 euros    Le procès de Karim Tabbou renvoyé au 29 juin    Covid19-Aides aux commerçants: l'ANCA se félicite des décisions du Conseil des ministres    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    Mila : 73 enfants victimes de violences depuis le début de l'année    On vous le dit    La sanction infligée à l'émission "Insahouni" d'Ennahar TV réduite à une suspension provisoire    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Sidi Bel Abbès: Plus de 400 kg de viande issue de l'abattage clandestin interceptés    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité    El-Bayadh: La production céréalière impactée par la sécheresse    "La chloroquine a prouvé son efficacité" selon Benbouzid    Les plages algéroises interdites à la baignade    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coup de «Project'heurts» sur le monde arabe
Béjaïa. 9e édition des rencontres cinématographiques
Publié dans El Watan le 12 - 06 - 2011

Les traditionnelles rencontres cinématographiques qu'organise annuellement l'association Project'heurts à Béjaïa ont entamé hier samedi leur 9e édition qu'abrite, jusqu'à vendredi prochain, le théâtre régional Malek Bouguermouh.
En ouverture, Dans le silence, je sens rouler la terre, un documentaire de Tati Mohamed Lakhdar, a été projeté en soirée, invitant à plonger dans la problématique de l'écriture de l'histoire. Si la thématique du film est en parfaite concordance avec l'actualité, le choix de l'auteur n'est pas, lui, fortuit. «C'est pour marquer une continuité dans le travail», nous explique Abdenour Hochiche, président de Project'heurts, rappelant que Tati Mohamed Lakhdar a fait ses premières classes dans le cinéclub des lycéens qui réunissait, il y a une vingtaine d'années, des férus du cinéma, dont les deux sœurs Djahnine, qui ont gardé leur attache cinématographique. Au programme des longs métrages, des documentaires mais essentiellement des courts métrages de tendances aussi variées que profondes, indissociables de l'actualité brûlante du monde arabe.
Après la Belgique, lors de l'édition précédente, ces 9es rencontres font place au cinéma syrien où la journée du mardi lui sera consacré. Un cinéma qui tente de refléter une réalité où «il y a tant de choses encore à raconter». C'est là le titre d'un court métrage programmé avec, entre autres, Déluge au pays du baâth, un autre documentaire, censuré en Syrie, qui donne à comprendre, un tant soit peu, la situation d'un pays dont la crise qui éclate s'insère dans les révolutions arabes en cours. L'actualité mouvementée empêche cependant deux réalisateurs syriens d'être présents à ces journées. Ghassan Salhab, cinéaste libanais, sera, lui, présent pendant la rétrospective qui lui sera consacrée et un débat à animer autour de la question de savoir «Où va le cinéma ?».
Le cinéma sénégalais est aussi au programme avec Les larmes de l'émigration, un documentaire de A. Diago dont la thématique sera aussi celle de Afric Hôtel, un court métrage réalisé en marge du dernier Panaf, zoomant sur les conditions de vie précaires d'immigrés africains installés à Alger. Sa projection, prévue pour la matinée de ce dimanche, sera suivie par celle de Cinéma algérien, un second souffle, un documentaire de Mounia Meddour, fille de Azzedine Meddour. La soirée de clôture est, elle, réservée pour Un transport en commun, une comédie musicale de D. Gaye, tournée à Dakar et nommée aux Césars.
Cette 9e édition sera marquée par la projection de deux séries de courts métrages, Alger, demain et Transmaghreb, réalisés dans le cadre d'ateliers. L'atelier de réécriture de scénario se tiendra, lui, pour sa quatrième édition sous le parrainage de Tarik Tegui et avec, pour la première fois, une dotation de deux bourses. En plus de Ahmed Bedjaoui, l'atelier verra la contribution de Malek Ali Yahia et du Tunisien Saâdi Djilali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.