Référendum constitutionnel : début du vote dans les bureaux itinérants de zones reculées au sud    West Ham : Des débuts frustrants pour Benrahma    La manifestation pacifique à El-Guerguerat contrecarre les plans du Maroc    Référendum : affluence appréciable dans les bureaux de vote au Royaume-Uni et en Irlande    Le wali d'Alger inaugure le parking à étages et la station multimodale de la commune de Kouba    Coronavirus: 291 nouveaux cas, 187 guérisons et 8 décès    L' ANIE veillera à assurer la régularité et la sécurisation de l'opération de vote    "Leur Algérie" remporte le Prix du meilleur documentaire arabe    L'Association "Ouled El-houma" se recueille à Alger à la mémoire des martyrs    20 décès et 308 blessés durant les dernières 48 heures    Les opérations de Hammam N'baïl et Medjez Sfa, une proclamation du déclenchement de la révolution à Guelma et Souk Ahras    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Début du vote pour les nomades    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Les islamistes reviennent à la charge    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    30 nouveaux notaires prêtent serment    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand l'histoire cachée entre en scène
9e édition des rencontres cinématographiques de Béjaïa
Publié dans El Watan le 14 - 06 - 2011

Des recherches universitaires au secours de l'écriture de l'histoire, pour un travail de mémoire.
L'association Project'heurts de Béjaïa a bien pensé l'ouverture de sa 9e édition des Rencontres cinématographiques en programmant, dès la première soirée de samedi, un documentaire de Tati Mohamed Lakhdar, Dans le silence, je sens rouler la terre. C'était une bonne manière de dire à ceux qui font de notre histoire un espace gardé, que le cinéma est encore là pour mettre à nu leurs carences, voire… leur oubli volontaire. Le public nombreux, présent au théâtre régional Malek Bouguermouh, a été témoin d'une absence flagrante de l'écriture de l'histoire. A la fin de la projection, tous les spectateurs étaient unanimes à dire qu'ils n'étaient pas du tout au courant de cette péripétie franco-espagnole vécue sur notre territoire dans les années 1940.
En effet, le film documentaire est consacré à l'histoire d'un pan de mémoires «ensevelies» regroupant trois nations, l'Algérie comme terre d'accueil et champ des atrocités, la France comme colonisateur et tortionnaire et l'Espagne dont est victime une frange de sa population qui a échoué dans sa lutte face au franquisme. Le réalisateur Tati Mohamed Lakhdar, avec sa caméra baladeuse, tente avant tout de faire un appel à l'éveil de cette mémoire à travers des témoignages dans la ville de Djelfa, qui a abrité le camp de concentration où les Français avaient impitoyablement accueilli les républicains espagnols.
Quelques bribes de souvenirs. Mais point d'archives, ni au musée ni dans les services et administrations publics. Le néant, n'étaient les vestiges et les constructions en ruine. Pour remonter la pente face à ce pesant vide, le réalisateur se rabat sur des recherches d'une universitaire de Bouzaréah, Mme Zerrouki Saliha, qui a basé son travail de doctorat sur l'étude et l'analyse des poèmes et des écrits de Max Aub emprisonné dans le camp de concentration de Aïn Serar à Djelfa. La réalité de la France tortionnaire fait son apparition et dévoile les atrocités qu'ont endurées les exilés espagnols. Ce travail de remémoration pioche dans le témoignage réel, il le retrouve en la personne de Miguel Martinez qui a écrit un livre sur les atrocités du camp de concentration d'El Abadia (Chlef), tout autant que Max Aub à Djelfa.
L'accusation a alors une victime vivante dans le documentaire ; elle se souvient et aide à reconstituer le puzzle de la mémoire.
Par la suite, le réalisateur transpose le passé sur le présent en s'appuyant sur le sujet de l'exil et aboutit au phénomène des harraga. Tati voulait-il nous dire que l'histoire se répète dans le sens contraire vers un autre espace qui n'est ni l'Espagne ni la France, mais celui uni appelé Schengen. A la fin de la projection, le réalisateur Tati Mohamed Lakhdar, du professeur chercheur Zerrouki Saliha et du témoin Miguel Martinez ont rendu les débats fort intéressants. Enfin, au vu du sujet, de la curiosité qu'il éveille, de scoop historique et de sa valeur artistique, le film part favori pour une distinction.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.