Egypte. L'excroissance irrésistible de l'appareil policier    Secousse tellurique de magnitude 3,2 à Tipaza    Les opérateurs désirant produire ou importer le gel hydro-alcoolique invités à retirer une pré-autorisation    Barça : Bartomeu obtient la démission de six membres de la direction    Barça : Messi réagit à la rumeur qui l'envoie à l'Inter Milan    Registre de commerce: 11.427 nouveaux inscrits en mars    Coronavirus à Chlef : un médecin volontaire pour soigner les paysans dans les zones reculées    Tlemcen : Belkhir Nesrine, une infirmière face au coronavirus    Coronavirus: l'agenda culturel chamboulé en Algérie    OPEP + : Accord pour une réduction de 10 millions de barils/jour dont 200 000 barils pour l'Algérie    Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Suspension de la rotation des Casques bleus    L'Adra lance une cagnotte    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    Les marchés pétroliers entre doute et optimisme    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    La FIFA contre les championnats à blanc    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    En difficulté de remboursement de leur endettement bancaire et de renouvellement de leurs lignes de crédit d'exploitation: Dispositif particulier d'aide aux petites et moyennes entreprises publiques et privées    Education: Des syndicats et des parents d'élèves demandent le report du bac et du BEM    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    L'Armée détaille son plan de bataille    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand l'histoire cachée entre en scène
9e édition des rencontres cinématographiques de Béjaïa
Publié dans El Watan le 14 - 06 - 2011

Des recherches universitaires au secours de l'écriture de l'histoire, pour un travail de mémoire.
L'association Project'heurts de Béjaïa a bien pensé l'ouverture de sa 9e édition des Rencontres cinématographiques en programmant, dès la première soirée de samedi, un documentaire de Tati Mohamed Lakhdar, Dans le silence, je sens rouler la terre. C'était une bonne manière de dire à ceux qui font de notre histoire un espace gardé, que le cinéma est encore là pour mettre à nu leurs carences, voire… leur oubli volontaire. Le public nombreux, présent au théâtre régional Malek Bouguermouh, a été témoin d'une absence flagrante de l'écriture de l'histoire. A la fin de la projection, tous les spectateurs étaient unanimes à dire qu'ils n'étaient pas du tout au courant de cette péripétie franco-espagnole vécue sur notre territoire dans les années 1940.
En effet, le film documentaire est consacré à l'histoire d'un pan de mémoires «ensevelies» regroupant trois nations, l'Algérie comme terre d'accueil et champ des atrocités, la France comme colonisateur et tortionnaire et l'Espagne dont est victime une frange de sa population qui a échoué dans sa lutte face au franquisme. Le réalisateur Tati Mohamed Lakhdar, avec sa caméra baladeuse, tente avant tout de faire un appel à l'éveil de cette mémoire à travers des témoignages dans la ville de Djelfa, qui a abrité le camp de concentration où les Français avaient impitoyablement accueilli les républicains espagnols.
Quelques bribes de souvenirs. Mais point d'archives, ni au musée ni dans les services et administrations publics. Le néant, n'étaient les vestiges et les constructions en ruine. Pour remonter la pente face à ce pesant vide, le réalisateur se rabat sur des recherches d'une universitaire de Bouzaréah, Mme Zerrouki Saliha, qui a basé son travail de doctorat sur l'étude et l'analyse des poèmes et des écrits de Max Aub emprisonné dans le camp de concentration de Aïn Serar à Djelfa. La réalité de la France tortionnaire fait son apparition et dévoile les atrocités qu'ont endurées les exilés espagnols. Ce travail de remémoration pioche dans le témoignage réel, il le retrouve en la personne de Miguel Martinez qui a écrit un livre sur les atrocités du camp de concentration d'El Abadia (Chlef), tout autant que Max Aub à Djelfa.
L'accusation a alors une victime vivante dans le documentaire ; elle se souvient et aide à reconstituer le puzzle de la mémoire.
Par la suite, le réalisateur transpose le passé sur le présent en s'appuyant sur le sujet de l'exil et aboutit au phénomène des harraga. Tati voulait-il nous dire que l'histoire se répète dans le sens contraire vers un autre espace qui n'est ni l'Espagne ni la France, mais celui uni appelé Schengen. A la fin de la projection, le réalisateur Tati Mohamed Lakhdar, du professeur chercheur Zerrouki Saliha et du témoin Miguel Martinez ont rendu les débats fort intéressants. Enfin, au vu du sujet, de la curiosité qu'il éveille, de scoop historique et de sa valeur artistique, le film part favori pour une distinction.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.