Le scandale de la semaine : Excès de violence sur un supporter lors du match MCA – USMBA    Nous sommes vivants    Tizi Ouzou : Mise sous tension de deux nouvelles lignes électriques    Interruption momentanée du trafic autoroutier à El Affroun et El Khemis sur l'axe Alger-Oran aujourd'hui et demain    L'opposition critique le PLF 2019 qui ne prévoit pas de mesures pour «l'amélioration de la situation économique»    En bref…    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    Moto : La «der» de Dani Pedrosa    Ligue 2 : Impérative victoire pour la JSMB    Lalmas au Top 10 des icônes oubliées du foot africain    De l'amour, de la passion et du… chocolat naturel    Azazga : Caravane de sensibilisation sur les fléaux sociaux    Alerte au massacre des renards à Mila    Tout un programme pour l'Algérie    Daïkh Miloud : Je suis né artiste peintre…    Une pièce spéciale en hommage à Abdelkader Alloula    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    «Elle devrait se développer en partenariat avec des équipementiers internationaux»    Votre week-end sportif    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    La VAR à l'algérienne : mode d'emploi    L'Arabie Saoudite tente de reprendre les choses en main    Ould-Abbès passe la main    La démission surprise d'Ould Abbès    Des chiffres qui inquiètent    Presbytie, quels sont les signes ?    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Hanoune clashe les partisans du 5e mandat    Zombies-Land !    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    Trois jours d'examens et contrôle continu: La nouvelle formule du bac en 2020    Tlemcen: L'alimentation en gaz naturel renforcée    Constantine - Grippe saisonnière: Les stocks de vaccins épuisés en moins d'un mois    Quarante blessés à l'issue du match MCA-USMBA: Enquête sur une vidéo de supporter tabassé par des policiers    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le pétrole, toujours    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Bouteflika convoque le collège électoral    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des geôles du colonialisme aux geôles du régime
19e anniversaire de la mort de Slimane Amirat
Publié dans El Watan le 30 - 06 - 2011

Le 1er juillet 1992 s'est éteint un valeureux moudjahid, Slimane Amirat, suite à une attaque cardiaque qui l'a terrassé au moment où il se recueillait sur la dépouille de son ami de combat, le président Mohamed Boudiaf, assassiné trois jours auparavant à Annaba.
D'aucuns se souviennent de cette séquence terrifiante de cette fin juin 1992, quand Slimane Amirat s'est écroulé devant la dépouille de Tayeb El Watani couverte de l'emblème national. Ce jour-là, l'Algérie a perdu deux de ses valeureux fils qui l'ont aimée jusqu'à la moelle, chérie jusqu'à sacrifier des années de leur vie dans les prisons coloniales d'abord, puis dans celles du régime abject d'Alger par la suite. Pour commémorer l'anniversaire de la mort de Slimane Amirat, la fondation qui porte son nom a annoncé, hier dans un communiqué, qu'un recueillement sera organisé à 10h sur la tombe du défunt au cimetière El Alia. Et à partir de 15h, une cérémonie de commémoration est prévue au Palais de la culture avec la projection d'un film documentaire sur le parcours du défunt. Selon une biographie élaborée par la fondation, Slimane Amirat est né le 24 juillet 1929 à M'chedellah, à Bouira.
Il était père de quatre enfants. Il a rejoint les rangs de l'ALN très tôt, en 1955. «Son contact se fera directement avec Abderrahmane Mira. Ce dernier remarquant son dynamisme et ses qualités d'homme de terrain, un homme dur et fonceur, le sollicita pour se rendre en France, afin de travailler à la sensibilisation de l'émigration algérienne.» Il est choisi, indique la même source, par le FLN «pour mettre sur pied et diriger les groupes de choc de la région parisienne, afin de lutter contre les messalistes du Mouvement nationaliste algérien (MNA). Il a été arrêté en 1958 et emprisonné à Constantine, à Djorf et à M'sila».
Durant sa détention, ajoute la fondation, «il organise les prisonniers et fait en sorte de continuer la lutte». Une fois libéré, il rejoint la France muni de faux papiers et reprend la direction des groupes de choc de la région parisienne. En 1961, souligne la même source, il est arrêté, sur dénonciation, une seconde fois. «Il sera torturé au camp de Saint Maurice de l'Ardoise, puis au camp de Larzac, d'où il ne sortira qu'au cessez-le feu. Il doit sa vie sauve à une manifestation organisée, à Paris, par des étudiants algériens et français».
Après le cessez-le-feu, le défunt a fait face à l'OAS, et ce, jusqu'au conflit des wilayas. «Slimane Amirat suit la légitimité du GPRA.» «Il était de ceux, avec Krim Belkacem et Mohamed Boudiaf, Mohand Ould Hadj et d'autres, qui ont tenté de créer l'UDRS.» Selon la Fondation, «il se retrouvera ensuite au FFS et est condamné à mort par contumace pendant le procès contre Hocine Aït Ahmed et le colonel Chaabani.»
Slimane Amirat entre dans la clandestinité et avec Krim Belkacem et d'autres militants de la cause nationale ; il participe à la création d'un nouveau mouvement d'opposition le Mouvement démocratique pour le renouveau algérien (MDRA) le 18 octobre 1967. «La réaction brutale du pouvoir conduit à son arrestation le 7 juillet 1968.» Il est mis en détention secrète pendant plus de 9 mois pendant lesquels il a été torturé, avant d'être jugé et condamné à la peine capitale par la cour de la révolution d'Oran, souligne la fondation, qui rapporte également que «pendant quatre ans et demie, il restera enfermé au quatrième sous-sol de la prison militaire d'Oran, le tristement célèbre fort de Santa Cruz».
«Et alors qu'on lui demandait de formuler sa demande de grâce au président Boumediène, il réclamait le respect de ses droits de prisonnier politique ou l'application effective de sa peine, c'est-à-dire son exécution», précise la même source.
Après quatre années passées à la prison d'Oran, il est transféré à la prison de Berrouaghia où il reste en détention pendant deux autres années. Il est ensuite conduit à la prison d'El Harrach, où il passe six mois. Il est libéré enfin le 23 juin 1975, une semaine après le décès de son père. Le combat pour ses idées a continué dans la clandestinité jusqu'en 1989, date de la naissance du pluralisme. Le MDRA a officiellement été agréé en janvier 1990.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.