Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les civilisations face au désordre mondial
Publié dans El Watan le 27 - 12 - 2005

L'inquiétude face au désordre mondial doit se garder de la peur, mauvaise conseillère. La stigmatisation et l'accent mis sur un seul type de risque sont une diversion, par rapport aux problèmes politiques. Si l'on veut penser les perspectives de la relation euroméditerranéenne, le dialogue doit dénoncer toutes les dérives.
La gestion de la Méditerranée comme un espace humain commun est le défi. Aucun groupuscule, comme les racistes, d'une part, et les extrémistes politico-religieux, d'autre part, ne doivent altérer les relations entre les deux rives. Tout dialogue doit prendre en considération un préalable, celui de mettre fin aux amalgames. Le citoyen de la rive Sud, souhaite que son voisin de la rive Nord sache : Premièrement que l'extrémisme politico-religieux n'est pas l'Islam, même si les extrémistes parlent en son nom. C'est une usurpation. D'autant que les plus nombreuses victimes de cette monstruosité sont les musulmans eux-mêmes. Dans mon pays, on sait cela, pour l'avoir combattu et vaincu grâce au fait, d'abord, que l'on n'a pas confondu entre islamisme et Islam et encore moins entre terrorisme et Islam. Et hier notre combat anticolonial n'a pas confondu entre l'Etat colonial et le christianisme. Tout comme l'inquisition, le fascisme, le colonialisme ne sont pas dans l'Evangile, ni le goulag dans Marx, le terrorisme n'est pas dans le Coran. Deuxièmement, les régimes arabes, pour la plupart autoritaires, par-delà leur caractère hétérogène, et des efforts, pour certains, comme l'Algérie, de se réformer, ne sont pas la société, qui, majoritairement, aspire aux valeurs démocratiques universelles. Reste à travailler aux changements, par la négociation interne, entre les forces politiques et aussi la société civile, et non par l'ingérence. Rien, par rapport à nos références ne s'oppose à la liberté comme fondement de l'existence. Troisièmement, le courant dit « moderniste », malgré son opposition aux forces rétrogrades, ne représente pas le peuple qui, lui aussi, refuse l'extrémisme, mais recherche la modernité et l'authenticité, le progrès sans perdre ses racines. Il s'agit d'assumer les changements, sans pour cela passer à l'Ouest, modèle en crise. Ainsi, nous sommes confrontés à trois difficultés du monde musulman :
L'idéologie politico-religieuse qui pratique la fermeture, sous prétexte de répondre aux injustices, à la violence des puissants et à la perte de sens.
Les régimes en place, tentés par la pérennité de la démocratie de façade et l'autoritarisme, par crainte de l'instabilité, ou par appétit insatiable de pouvoir.
Les « modernistes » coupés des masses, soumis à la tentation de l'occidentalisation effrénée et du libéralisme sauvage, sous prétexte d'émancipation. Sur le plan externe, à cause de la volonté d'hégémonie sur le monde et une sorte d'égoïsme, nourris par la suprématie technologique, les impératifs du marché et le recul de l'interconnaissance, les handicaps sont :
La déformation de nos valeurs respectives.
La politique des deux poids et mesures.
Les hésitations de la rive Nord à engager un vrai dialogue, à imaginer de vraies négociations.
L'insuffisance notoire des aides financières en direction du Sud. Le désordre mondial, marqué par le recul du droit, concerne tous les peuples. Cependant, en dialogue avec nos voisins, sans ressentiment, les problèmes peuvent êtres résolus. Retrouver une nouvelle Andalousie, ce n'est pas une utopie. Les atouts de la rive Sud sont :
La jeunesse de la population, assoiffée de savoir et de progrès.
Une culture ancestrale de la résistance à la dépersonnalisation,
L'appartenance à la Méditerranée. Les projets de partenariat, comme le processus Euro-Med et de règlement de questions politiques, comme celle du Moyen-Orient, sont en panne, au moment où l'on a besoin les uns des autres. Malgré des progrès prodigieux, aujourd'hui il n'y a pas de civilisation. Les valeurs abrahamiques, d'un côté, et humanistes, de démocratie, d'un autre côté, influent de moins en moins. Le risque d'aggravation des inégalités et de la déshumanisation est un des traits de notre époque. La morale, l'éthique, la religion sont sorties de la vie. L'acte politique d'être un peuple responsable est remis en cause. En conséquence, les êtres épris de liberté, de justice et de sens ont pour tâche de repenser un nouveau rapport au monde,et non pas tomber dans le piège de combats d'arrière-garde. La mondialisation renvoie à tous les domaines, seul on ne peut pas y faire face ni raisonner les gens désespérés s'ils restent réprimés, dominés ou étrangers à la vie de la cité.
Notre avenir est lié
Depuis des siècles, en dépit des antagonismes, la proximité des peuples « arabes » avec les peuples « européens » est édifiante. Les dérives de la modernité et de nos traditions ne peuvent être corrigées par l'unilatéralisme, mais par l'action commune, fondée sur une juste compréhension de l'articulation à réinventer entre le spécifique et l'universel. Ce n'est point se montrer antioccidental que de s'opposer aux situations politiques injustes, comme celles en Irak, en Palestine et en Tchétchénie, aux dérives du libéralisme sauvage et à celles de la modernité. Et ce n'est point être antireligieux que de critiquer l'instrumentalisation de la religion. Des différences existent entre le monde musulman et le monde occidental, le choc, lui, n'existe pas. C'est une diversion. La mondialisation s'est affranchie des questions politiques et des valeurs de l'esprit. Elle généralise la sécularisation et libère des énergies : c'est positif. Mais nie le droit à la différence et réduit le politique. Sur le plan du sens, le point inquiétant est donc d'ordre moral. Il y a de moins en moins de liens entre la conception du citoyen moderne et le sens auquel les peuples monothéistes, en général, et musulmans en particulier, sont attachés. Ce n'est pas la fin du monde, mais la fin d'un monde. Il nous faut le comprendre et inventer un autre qui échappe à toute fermeture et idolâtrie. Aujourd'hui, la mondialisation, ce n'est pas simplement la sécularisation, mais la déshumanisation, la déspiritualisation, la désignification. Sur le plan politique, le corps social est chargé du niveau d'exécution. Cette dépolitisation de la vie est sans précédent : elle remet en cause la possibilité de faire l'histoire, d'être un peuple responsable, capable de décider, de donner force à un projet de société choisi après débat. Dans le monde développé, en effet, en dépit des débats démocratiques, de la légitimité des institutions, de la prédominance des droits de l'homme, la possibilité d'exister en tant que citoyens responsables, participant à la recherche collective et publique du juste, du beau et du vrai, semble de plus en plus problématique. Nous n'avons d'existence politique, ni au sens moderne, ni au sens abrahamique. Situation aggravée, par les actes belliqueux de puissants, et la réaction suicidaire de faibles. Sur le plan du savoir, l'aspect inquiétant est la remise en cause de la possibilité de penser.
Un monde sans horizon
La mondialisation vise à maîtriser toutes choses par l'exploitation des sciences exactes, appréhendées comme les seules qui soient pertinentes pour le développement. La réduction de l'aptitude à assumer l'interculturel et l'interdisciplinarité, les dérives en matière de manipulation de la nature et l'oubli que sciences sans conscience n'est que la ruine de I'âme, en sont les reflets. La mondialisation se veut totale. Elle cherche une domination totale, même si ce totalitarisme insidieux ne se présente plus sous sa forme brutale. Elle évacue la morale, mais aussi le politique, pour modeler tous les systèmes sur les besoins des entreprises commerciales, sans contre-pouvoir ni projet alternatif de société. Déculturation, dépolitisation, déspiritualisation, trois figures d'un monde sans horizon, auxquelles répondent des réactions irrationnelles, xénophobie, d'un côté, fanatisme, de l'autre. Nous pouvons encore décider que le temps de notre histoire, c'est le nôtre, qu'il n'est jamais donné, qu'il n'appartient ni à une tradition fermée ni au marché-monde. Inquiet, mais ouvert, plus que jamais, à l'alliance des civilisations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.